Des vers vieux de dizaines de milliers d'années ramenés à la vie

Des vers vieux de dizaines de milliers d'années ramenés à la vie

Sciences
DirectLCI
DÉCOUVERTE - On ose à peine y croire, et pourtant. Des biologistes russes sont parvenus à réveiller deux vers enfouis dans le permafrost sibérien et endormi depuis des milliers d’années. Une découverte fascinante, mais aussi inquiétante !

Ils sont désormais les êtres vivants les plus vieux de notre planète. Deux vers, âgés de 30.000 ans pour l’un et de 42.000 pour l’autre, sont sortis de leur long sommeil. Les deux lombrics, qui appartiennent au groupe des nématodes, ont été extraits des sols gelés de Sibérie par une équipe de biologistes russes, dont la découverte a été publiée fin juillet dans la revue de l’Académie des sciences de Russie.


Le premier appartient au genre Panagrolaimus, il a été découvert à 30 mètres de profondeur, dans une couche datée de 30.000 ans, avec une centaine de ses congénères. Le second, du genre Plectus, était reclus à 3.5 mètres, dans une couche qui date d'il y a près de 42.000 ans. Transportés dans un laboratoire à Moscou, seulement deux spécimens présentaient encore des signes de vie, détaillent les chercheurs dans leur publication. De la taille de quelques dixièmes de millimètres, ils ont été placés dans des boîtes à 20 degrés, avec de l'agar-agar (une algue très riche en minéraux) et des bactéries E.coli, comme nourriture.

Stupéfiant, mais un peu angoissant...

Au bout de quelques semaines, les deux vers se sont progressivement réveillés sous les yeux ébahis des chercheurs. En 1946, des biologistes avaient réussi à ramener à la vie des vers de la famille des nématodes retrouvés dans des échantillons végétaux vieux de 39 ans. Des tardigrades ont eux aussi résisté à un séjour de 30 ans dans la glace à -30 °C. Cependant, c'est la première fois que des scientifiques sont témoins d'une si longue hibernation chez une espèce vivante.


Les biologistes russes assurent que les vers ont été stérilisés et il vaut mieux, qui sait s'ils n'ont pas ramené à la surface des microbes virulents et inconnus ? Car le permafrost - qui recouvre 20% de la surface du globe - est en train de fondre et on le sait déjà, libère toutes sortes d'organismes pas vraiment désirables. En Sibérie, la fonte du sol a libéré de l'anthrax et provoqué une épidémie. Le permafrost renferme également des tonnes de carbone qui pourrait s'échapper et réchauffer encore plus l'atmosphère. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter