Silence radio sur le pôle Sud de la Lune : l'aventure de Vikram et Pragyaan touche à sa fin

Sciences

Toute L'info sur

La Lune avant Mars : la conquête spatiale redécolle

ESPACE - Pas de nouvelles, mauvaises nouvelles ? L'espoir de l'agence spatiale indienne d'établir un contact avec Vikram et le robot d'exploration lunaire Pagyaan, silencieux depuis bientôt deux semaines, s'amenuise chaque jour un peu plus.

Officiellement, personne ne sait si l’atterrisseur lunaire Vikram et son compagnon d’aventures, le robot motorisé Pagayaan, ont survécu à leur tentative d’atterrissage sur le pôle Sud de la Lune. Samedi 7 septembre, l’Agence spatiale indienne (Isro) a indiqué avoir perdu le contact avec son vaisseau, censé devenir le premier engin spatial indien à se poser en douceur sur la surface lunaire. L’appareil a cessé d’émettre à une altitude de 2100 mètres, quelques minutes seulement avant son arrivée sur notre satellite. Depuis, les ingénieurs de l’Isro remuent ciel et terre dans l’espoir d’établir un contact avec lui.

L’engin aurait été localisé le 10 septembre dernier grâce à la caméra thermique de la sonde Chandrayaan-2.  A en croire les médias indiens, il serait en un seul morceau. Mais aucune image n'a été rendue publique pour en attester. Après une semaine sans aucune communication, l’Isro a fait allusion mardi dernier à son atterrisseur, sans donner plus de détails. "Merci d'être à nos côtés. Nous continuerons d’aller de l'avant - propulsés par les espoirs et les rêves des Indiens du monde entier !", écrit l’agence spatiale indienne.  Le même jour, la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) de la Nasa avait survolé la région où Vikram a terminé sa course. Cependant, la zone était trop sombre pour pouvoir photographier le site d’atterrissage.

Lire aussi

Même en cas d'alunissage réussi, l’aventure de Vikram et du robot d'exploration Pragyaan aurait de toute manière était assez brève. Fonctionnant à l'énergie solaire, le robot avait pour mission d’inspecter le pôle Sud de la Lune pendant une journée lunaire, soit quatorze jours terrestres, sa durée de vie. Or la nuit vient tout juste de tomber sur le pôle Sud de la Lune. L'appareil n’étant pas conçu pour résister aux températures extrêmes (-233°C), il y a donc peu de chance que l’Isro parvienne à le réveiller quand le Soleil se lèvera à nouveau début octobre.

Même si Vikram et Pagyaan restent désespéramment silencieux, la mission Chandrayaan-2 est cependant loin d’être terminée. L’orbiteur va continuer de tourner autour de la Lune pendant un an et aider l'Inde à mieux comprendre l'évolution de la Lune, à cartographier les molécules aquatiques et minérales par le biais de ses huit instruments scientifiques. Plus globalement, pour l'Inde, l'aventure spatiale ne fait que commencer. Le géant de l'Asie du Sud compte envoyer un équipage de trois astronautes dans l'espace en 2022, ce qui serait son premier vol habité. Ses scientifiques travaillent également à l'élaboration de sa propre station spatiale, attendue au cours de la prochaine décennie. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter