Premier vol habité de SpaceX : à quoi ressemble la capsule Crew Dragon ?

C'est historique : SpaceX, la société du fantasque Elon Musk, a procédé avec succès au lancement d'un vol habité vers la station spatiale internationale. Après un décollage réussi samedi 30 mai, les deux astronautes sont arrivés ce dimanche à bord de l'ISS.

ESPACE - On vous présente la capsule Crew Dragon de SpaceX, qui s'est élancée avec succès avec la fusée Falcon-9 ce samedi avant d'amarrer à la Station spatiale internationale (ISS) ce dimanche.

C'est le premier vol spatial privé et habité. Deux astronautes américains ont rejoint l'ISS, la Station spatiale internationale ce dimanche. Un lancement historique : cela fait près de 10 ans que les Etats-Unis n'avaient pas envoyé eux-mêmes des hommes dans l'espace après l'abandon des programmes Columbia en 2003 et Atlantis en 2011. Depuis, les Américains étaient contraints d'utiliser les fusées russes Soyouz. 

Une situation vécue comme une humiliation nationale, mais qui pourrait bien prendre fin grâce au décollage de la capsule Crew Dragon conçue par l'entreprise SpaceX fondée par le magnat de la Silicon Valley Elon Musk. Ce sera la première fois qu'une entreprise privée enverra des hommes dans l'espace. 

Toute l'info sur

La Lune avant Mars : la conquête spatiale redécolle

Une capsule hors du commun

Le Crew Dragon n'est pas une capsule spatiale comme les autres. Le compartiment qui peut accueillir jusqu'à quatre personnes. En forme de cloche, il pèse 13 tonnes et mesure 8 mètres de haut pour 4 mètres de diamètre. Cet engin sera propulsé par la fusée Falcon 9, également conçue par SpaceX, et pourra transporter jusqu'à 6 tonnes de matériel. 

Il est prévu qu'il s’amarre à la l'ISS. Une arrivée délicate réussie pour la première fois le 3 mars 2019, mais avec un mannequin comme seul passager. Sur cette vidéo, on peut voir les astronautes de la station internationale entrer à l'intérieur de Crew Dragon. 

Autre nouveauté, les panneaux solaires qui équipent le Crew Dragon sont placés directement à l'arrière de la capsule, à l'extérieur de la partie basse. Une différence avant l'ancien modèle de Dragon I qui disposait de panneaux dépliants. Mais sa principale innovation technique est qu'elle est réutilisable. En effet, une fois lancée dans l'espace, Crew Dragon a été conçu pour revenir se déposer sur Terre via un système de parachutes qui se déplieront une fois le délicat passage de l’atmosphère franchi. Un atterrissage déjà bien assuré par le précédent modèle Dragon I et des vols sans passagers de Crew Dragon. A priori, SpaceX table sur six vols pouvant être réalisés par le même Crew Dragon. 

Lire aussi

Sur cette vidéo de la Nasa, on voit la capsule atterrir dans l'océan Atlantique le 8 mars 2019. C'est selon cette même procédure que de prochains astronautes retourneront sur Terre.

Un design soigné

L'une des premières choses qui frappent les experts en conquête de l'espace est la conception de Crew Dragon. Elon Musk n'a pas seulement demandé à ses équipes de concevoir un vaisseau habité capable d'aller dans l'espace, et d'en revenir. Il a aussi exigé que le tout soit beau. Une mission réussie. La capsule ressemble davantage à un décor de cinéma qu'à un réel engin spatial. 

Comme on peut le voir sur cette vidéo de présentation de la Nasa, aucun câble ne dépasse à bord. Le mobiliers et les parois sont seulement en noir et blanc. Les sièges sont en carbones. Il n'y a aucun boutons, voyants ou câbles disgracieux. Le tableau de bord est essentiellement constitué d'écrans tactiles. Tout a été conçu dans un souci d'obtenir un design épuré, à la fois efficace et esthétique. Les passionnés de science-fiction trouveront sans doute des ressemblances avec l'intérieur du célèbre vaisseau Discovery One imaginé par le réalisateur Stanley Kubrick pour le film 2001, l'Odyssée de l'espace

Le patron de SpaceX a poussé le souci du détail jusque dans les tenues de ses astronautes et, là aussi, Elon Musk s'est inspiré du cinéma. Il a sollicité le coût de crayon de Jose Fernandez,  l'un des plus grands créateurs de costumes à Hollywood.

Voir cette publication sur Instagram

Here's some early behind the scenes shots from Batman v Superman: Dawn of Justice (2016). Jose and his team were responsible for building the Batsuit and the Mechsuit for Ben Affleck as well as the Wonder Woman suit for Gal Gadot. Twenty three years had come to pass since Jose first worked on a Batsuit (Batman Returns in 1992 starring Michael Keaton). Since then technology had advanced greatly and Jose gained enough experience to be able to develop a cowl which would allow for movement of the head/neck. BvS was the first time in film history that Batman could turn his head while wearing the classic Batcowl. We are happy and honored to have had the opportunity to work on this Batman film. We wish we were working on the upcoming one (jealous)! #batman #batmanvsuperman #benaffleck #batfleck #batsuit #batcowl #costume #superhero #spfx #specialfx #batcowl #cowl #sculpture #art #design #costumedesign #behindthescenes #wonderwoman #galgadot #superman #henrycavill #dccomics #warnerbros #wb #joseismaelfernandez #ironheadstudio

Une publication partagée par Ironhead Studio (@ironhead_studio) le

Sur le compte Instagram de son atelier, on peut voir l'artiste confectionner le costume porté par l'acteur Ben Affleck lors du dernier opus de Batman. Et bien qu'il s'agira de la première fois qu'une tenue de Jose Fernandez sera réellement portée dans l'espace, le créateur est un habitué des combinaisons spatiales ou de superhéros. Il a notamment conçu les costumes de La Planète des Singes, Thor, X-Men, Les 4 Fantastiques ou encore Oblivion.

Enfin, les deux astronautes ont rejoint la base de lancement à bord d'un modèle spécial Tesla, autre entreprise d'Elon Musk. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : forte hausse des hospitalisations, près de 6000 malades en réanimation

Emmanuel Macron annonce un assouplissement des restrictions de voyage début mai

Logement : vous pouvez faire résilier le bail de votre voisin en cas de fortes nuisances

Dr Gérald Kierzek : "il n'y a pas de problème pour rouvrir les terrasses, parce que c'est à l'extérieur"

"Rien ne fonctionne" : Gérard Lanvin s'emporte dans Sept à Huit contre une époque "affligeante"

Lire et commenter