"Super-Lune de sang" : où et comment admirer la grandiose éclipse totale la nuit prochaine

Sciences
DirectLCI
DANS LE CIEL - Dans la nuit du dimanche 20 au lundi 21 janvier, les amateurs d’astronomie pourront observer une éclipse totale de Lune dans le ciel. Mieux vaut ne pas la rater, puisque ce phénomène ne se reproduira pas dans l'Hexagone avant 2029. Pour en savoir plus, LCI a contacté Pascal Descamps, astronome à l'Observatoire de Paris.

Un ballet céleste va se produire dans la nuit du dimanche 20 au lundi 21 janvier. La Lune va s’éclipser totalement, pendant un peu plus d’une heure, ce qui fera rougir le satellite naturel de la Terre. Ce phénomène cosmique résulte d’un concours de circonstances, durant lequel le Soleil, la Lune et notre planète seront presque parfaitement alignés dans le même axe. La Terre, reine du bal, sera placée entre les deux astres. Et recouvrira la Lune de son ombre. Un événement à ne pas rater, d’autant qu’il ne se reproduira pas avant plusieurs années.


"Si des éclipses lunaires ont lieu en effet chaque année, les éclipses totales sont beaucoup plus rares", rappelle à LCI Pascal Descamps, astronome de l'Observatoire de Paris, au sein de l'Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE). "La prochaine aura lieu en 2022. Cependant, elle ne sera pas visible depuis la France métropolitaine car la Lune sera éclipsée au moment où elle se couche", précise le scientifique. Il faudra donc patienter jusqu’à la date du 20 décembre 2029 pour observer de nouveau ce phénomène depuis l’Hexagone. En ce qui concerne l'événement de lundi prochain, le spectacle promet d'être grandiose, s'enthousiasme l'Observatoire de Paris.

Où, quand et comment l’observer?

Pour admirer ce ballet céleste, il faudra néanmoins se lever tôt (ou se coucher tard). Le phénomène sera visible partout dans l'Hexagone entre 3h36 et 8h48, heure de Paris. Mais c’est à 4h34, précisément, que la zone d’ombre va commencer à grignoter progressivement toute la surface lunaire, jusqu’à l’éteindre complètement. L'éclipse sera totale entre 5h41 et 6h43, pendant 62 minutes au total. "Les habitants des Antilles bénéficieront du meilleur emplacement pour observer cette éclipse (soit à partir de 22h36 chez eux, ndlr), note Pascal Descamps. La Lune sera au zénith, c’est-à-dire juste au-dessus de leurs têtes. Ils auront donc le privilège de pouvoir assister à la totalité de l’éclipse."


Pour observer cette partie de cache-cache, il faudra regarder en direction de l'Est. Installez-vous, si possible, loin des foules, dans un espace dégagé situé à plus de 15 kilomètres d’une agglomération pour éviter la pollution lumineuse. L'idéal est sur un site en hauteur, en bord de mer ou au milieu d’un champ. Aucune précaution particulière n’est à prévoir, sauf peut-être en ce début d'année des vêtements bien chauds. Ceux qui le souhaitent pourront utiliser des jumelles, une lunette ou bien encore un télescope afin de mieux voir. Mais, contrairement à une éclipse solaire, il n’y a aucun danger à la regarder à l’œil nu. L’Association française d’astronomie (AFA) a mis en ligne une carte des meilleurs spots d’observation

En France métropolitaine, par chance, nous sommes donc relativement bien placés. Des conditions favorables qui rendent cette éclipse lunaire encore un peu plus exceptionnelle, souligne Pascal Descamps : "La Lune sera encore suffisamment haute dans le ciel nocturne pour nous permettre d’observer les phases les importantes : le cône d’ombre qui vient se dessiner sur la surface lunaire, en passant par son immersion complète, qu’on appelle la totalité, moment au cours duquel la Lune prend cette teinte rouge cuivrée souvent spectaculaire."

Et en plus, c'est une "super-Lune" !

Pourquoi notre satellite revêt-il une coloration rougeâtre ? "L’atmosphère terrestre filtre toutes les couleurs qui composent la lumière blanche du Soleil, sauf le rouge. L’atmosphère de la Terre joue alors le rôle d’une loupe, en quelque sorte. Le spectre lumineux du Soleil est dévié de sa trajectoire et converge de l’autre côté en direction de la surface lunaire, en laissant passer uniquement les rayons rouges", relève Pascal Descamps. C’est pour cette raison que la Lune prend cette coloration, qu'on appelle désormais communément "Lune de sang".


La Lune apparaîtra également un peu plus grosse qu’à l’ordinaire dans le ciel nocturne car elle sera très proche de la Terre, à une distance de seulement 357.720 kilomètres (sa position oscille entre 355.000 et 405.000 km). "On parle alors de super-Lune" souligne l'astronome de l'Observatoire de Paris. Pour mériter ce titre honorifique, il n’y a pas de définition officielle. "On considère qu’il faut que la Lune soit à une distance de la Terre qui soit inférieure à 358.000 kilomètres, et évidemment qu’elle soit pleine", ajoute-t-il. Notons qu'il s'agira de la première d’une série de trois super-Lune, dont les deux prochains épisodes auront lieu les 19 février et 21 mars prochains.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter