Surprise : Mercure, et non Vénus, serait la planète la plus proche de la Terre

Sciences
DirectLCI
RÉVOLUTION - En utilisant une nouvelle méthode de calcul, des scientifiques ont découvert que notre plus proche voisine serait la planète Mercure, et non pas Vénus. Elle reste néanmoins celle qui est la plus proche du Soleil.

Notre plus proche voisine dans le Système solaire serait Mercure, et non Vénus, comme nous l'avons tous appris à l'école. C'est en tout cas ce qu'avance une équipe de scientifiques, dont les travaux ont été publiés le 12 mars dans la revue scientifique Physics Today. Aujourd'hui, si vous demandez à un astronome quelle est la planète la plus proche de la Terre, il va probablement vous répondre : "Vénus, enfin !". Il en sera de même si vous posez la question à un moteur de recherche. Vous lirez probablement sur l’encyclopédie en ligne Wikipedia que, même si la distance qui sépare la Terre et Vénus varie inéluctablement, cette dernière est toujours la plus proche de nous. Même son de cloche à la Nasa. Sur son site internet, l’agence spatiale américaine désigne Vénus comme étant le "système planétaire le plus proche de la Terre".


Ce n'est pas faux, mais uniquement si nous parlons de l’astre qui se rapproche le plus près de la Terre au cours de sa révolution autour du Soleil. Or, c'est justement cette approche que contestent trois chercheurs américains. Depuis plus de cinquante ans, nous utilisons comme unité de mesure l’intervalle entre l’astre et son étoile, en l'occurrence le Soleil. La distance moyenne qui sépare la Terre du Soleil représente une unité astronomique (UA), tandis que celle de Vénus est d'environ 0,72 UA. En soustrayant l'une à l'autre, vous obtenez alors la distance moyenne qui éloigne la Terre de Vénus : soit 0,28 UA, ce qui est la plus petite distance entre n'importe quel tandem de planètes dans le Système solaire.

La distance moyenne comme référence ?

Mais si l'on en croit les nouveaux travaux de ces scientifiques, cette approche est loin d'être satisfaisante, car elle est, selon eux, de fait imprécise. Après tout, la Terre passe tout autant de temps de l’autre côté de son orbite que Vénus, ce qui la place à 1,72 UA. Ces chercheurs proposent donc une autre méthode de calcul pour définir la distance qui séparent les planètes du Système solaire. Ils affirment qu'il serait plus judicieux,et surtout plus précis, de calculer l'écart entre différents points de l'orbite des deux planètes, comme l’illustre parfaitement le schéma ci-dessous. 

Les chercheurs ont donc procédé à une simulation par ordinateur, basée sur deux hypothèses : les orbites des planètes étaient approximativement circulaires et leurs orbites n'étaient pas inclinées les unes par rapport aux autres. Résultat, ils ont découvert que Mercure était la planète qui se trouve au plus près de la Terre le plus longtemps en moyenne, parmi toutes les planètes du Système solaire. Mais aussi "la plus proche voisine, en moyenne, de chacune des sept autres planètes du système solaire", écrivent-ils. 


Leur méthode de calcul a néanmoins ses limites, admettent les scientifiques. En effet, elle ne peut pas s'appliquer à Pluton, par exemple. A la différence des autres planètes du Système solaire, son orbite est fortement inclinée et très perturbée, rendant le calcul quasiment impossible par le biais de cette formule mathématique. Cependant, comme le rappelle ces scientifiques zélés, elle n'est en aucun cas une planète, du moins telle que l'Union astronomique internationale (UIA) l'entend. Il s'agit d'une naine, elle a donc été déchue en 2006 de son statut de planète à part entière.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter