TESS, le chasseur d'exoplanètes de la Nasa, a commencé ses opérations de recherche

DEMAIN
DirectLCI
COSMOS - Un peu plus de trois mois après son lancement, le nouveau chasseur d'exoplanètes de l'Agence spatiale américaine, TESS, a commencé ses opérations de recherche. Objectif : débusquer de nouveaux mondes aux confins de notre galaxie. Les premières données scientifiques sont attendus pour le moins prochain.

L’engin, de la taille d'une machine à laver, avait quitté la Terre, mercredi 18 avril, à bord une fusée Falcon 9 de la société du milliardaire américain Elon Musk, depuis le Centre spatial Kennedy, en Floride (Etats-Unis). TESS (pour Transiting Exoplanet Survey Satellite) a atteint, le 30 mai dernier, son orbite finale et après plusieurs semaines de tests et de vérifications, il a débuté ses opérations de recherche le 25 juillet dernier, a annoncé l'Agence spatiale américaine, dans un communiqué.


Lors de sa mission, prévue pour durer deux ans, TESS va scruter la voûte céleste et examiner 200.000 étoiles en quête d’une Terre bis. Pour se faire, l'engin est doté de quatre caméras surpuissantes. "Elles ne font que 10 centimètres de diamètre, elles pourraient tenir dans une boîte aux lettres, mais elles sont si puissantes que vous pourriez avoir une constellation entière, comme celle d'Orion, dans le champ de vision de l'une de ces caméras", a indiqué Natalia Guerrero, ingénieure à la Nasa.

Le nouveau chasseur d'exoplanètes de la Nasa devrait transmettre dès le moins d'août sa première série de données scientifiques à la Terre. L'engin communiquera de nouvelles données tous les 13,7 jours. Quand le satellite sera proche de la Terre, il suspendra ses observations pendant environ 10 heures afin de transmettre ses données à la TerreLes résultats seront ensuite analysées par une équipe de scientifiques.

TESS pourra découvrir jusqu'à 20.000 planètes

Tout comme Kepler, le premier télescope du genre lancé en 2009 par la Nasa, TESS utilise la méthode des transits qui détecte les planètes quand elles passent devant leur étoile et estompent ainsi momentanément leur lumière. La mission Kepler a  permis de découvrir 2.300 planète situées hors de Système solaire. D'après l'agence spatiale américaine, TESS pourrait découvrir jusqu'à 20.000 exoplanètes, dont une cinquantaine de la taille de la Terre et près de 500 qui seraient deux fois plus grandes que notre planète.


Les exoplanètes les plus prometteuses, celles qui sont rocheuses et qui évoluent dans la zone d'habitabilité de leur système - ni trop proche et ni trop loin, rendant possible une température permettant l'existence d'eau liquide - seront sélectionnées pour être ensuite étudiées par le télescope spatial James Webb (JWST), qui succédera à Hubble. Ce dernier sera opérationnel en 2020 et bénéficiera d'une sensibilité cent fois supérieure à celle de son prédécesseur. A Grâce à lui, les astronomes espèrent pouvoir (enfin) apporter une réponse à l'éternelle question : sommes-nous seuls dans l'Univers ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter