TESS, le chasseur de la Nasa, a débusqué deux nouvelles exoplanètes

Sciences
DirectLCI
DÉCOUVERTE - Cinq mois après son lancement, le chasseur d'exoplanètes de la Nasa a déjà fait mouche. Deux nouvelles planètes, situées aux confins de l'espace, ont été repérées par les caméras du télescope spatial TESS.

Le chasseur d’exoplanètes de la Nasa a débusqué deux nouvelles exoplanètes aux confins de l’espace, a annoncé jeudi 20 septembre l’agence spatiale américaine. Ces deux mondes lointains se trouvent dans des systèmes solaires situés à au moins 49 années-lumière de la Terre. Les températures sur ces deux planètes sont trop chaudes pour être favorables au développement de la vie, a précisé à Reuters l'une des responsables du programme, Sara Seager. Ces planètes vont désormais être examinées par d'autres chercheurs.


En service depuis cet été, le télescope spatial TESS (pour Transiting Exoplant Survey Satellite) a pour mission de scruter la voûte céleste afin de découvrir de nouveaux mondes lointains et pourquoi pas une Terre bis. Dans cette optique, l'engin, de la taille d'une machine à laver, est doté de quatre caméras surpuissantes. Tout comme Kepler, le premier télescope du genre lancé en 2009 par la NASA, TESS utilise la méthode des transits qui détecte les planètes quand elles passent devant leur étoile et estompent ainsi momentanément leur lumière.

TESS pourrait découvrir jusqu'à 20.000 planètes

La mission Kepler a permis de découvrir 2.300 exoplanètes. D'après l'agence spatiale américaine, TESS pourrait en découvrir jusqu'à 20.000, dont une cinquantaine de la taille de la Terre et près de 500 qui seraient deux fois plus grandes que notre planète. De telles planètes passent pour avoir les plus grandes chances de disposer de surfaces telluriques ou d'océans, par opposition avec les géantes gazeuses comme Jupiter ou Neptune.


Les exoplanètes les plus prometteuses, celles qui sont rocheuses et qui évoluent dans la zone d'habitabilité de leur système - ni trop proche et ni trop loin, rendant possible une température permettant l'existence d'eau liquide - seront sélectionnées pour être ensuite étudiées par le télescope spatial James Webb (JWST), qui succédera à Hubble. Ce dernier sera opérationnel en 2020 et bénéficiera d'une sensibilité cent fois supérieure à celle de son prédécesseur.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter