Trois créatures marines inconnues découvertes dans les eaux profondes du Pacifique

Trois créatures marines inconnues découvertes dans les eaux profondes du Pacifique

DirectLCI
EXPLORATION - Des biologistes marins ont découvert trois nouvelles espèces de poissons, dans la fosse d'Atacama, l’une des régions les plus profondes du globe terrestre.

C’est dans les eaux sombres et glaciales de la fosse d’Atacama, à 7000 mètres de profondeur, que ces trois nouvelles espèces de poisson ont pu être observées pour la première fois. Une équipe de recherche internationale, basée à l’Université de Newcastle, au Royaume-Uni, a récemment mené une mission à l’aide d’un robot sous-marin équipé de caméras. En dépit du froid glacial et des pressions extrêmes, les scientifiques ont constaté que la vie grouillait dans ces eaux inexplorées au large du  Pérou et du Chili.


Les trois créatures marines  appartiennent à la famille des Liparidae, mais sont plus connues sous le nom de "poissons-limaces". Leur corps allongé a comme particularité de ne pas présenter d’écailles et leur peau est translucide. "Leur structure gélatineuse indique qu’ils sont parfaitement adaptés pour vivre à des pressions extrêmes", explique le docteur Thomas Lenley, membre de l'équipe, dans le compte-rendu de ses recherches

Ils se transforment rapidement en bouillie dès qu'on les amène à la surface.Le docteur Thomas Lenley, biologiste et membre de l'équipe de recherche

Ces trois poissons-limaces, qui vivent entre 7000 et 8200 mètres de profondeurs, diffèrent par leur forme et leur couleur. "Sans la pression extrême et le froid pour soutenir leurs corps, ils seraient extrêmement fragiles", souligne  le Dr Thomas Lenley,  Et ils se transforment rapidement en bouillie dès qu'on les amène à la surface." Dans l’attente de l’avancée des recherches, ils ont été provisoirement baptisés Atacama "rose", "bleu" et "pourpre".

Depuis de nombreuses années, la fosse d’Atacama suscite un vif intérêt chez les scientifiques qui tentent d’explorer ses contrées en quête de nouvelles espèces marines. Les travaux de ces biologistes pourraient aider à répondre à des questions importantes sur l'environnement le plus vaste et le moins exploré de la planète, sur comment les organismes y vivent, s'y adaptent et sur l'impact dans les profondeurs du carbone présent dans l'atmosphère. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter