"On se demandait quand on en verrait la fin" : un fémur géant de dinosaure découvert en Charente

Sciences
JURASSIC PARK - Un gigantesque fémur, appartenant à un dinosaure sauropode et fossilisé depuis 140 millions d'années, a été mis au jour sur le site paléontologique d'Angeac-Charente, en Charente. Il mesure deux mètres de long et pèse plus de 500 kilos.

Il y a quelque 140 millions d’années, sur les terres qui couvrent aujourd'hui le département de la Charente, vivait un dinosaure qui pesait autant que huit éléphants adultes. En début de semaine, rapporte  La Charente-Libre, un fémur (gauche) fossilisé de sauropode, le plus grand dinosaure herbivore connu à ce jour, a été découvert sur le site paléontologique d’Angeac, près de Châteauneuf-sur-Charente, par une équipe de fouilleurs volontaires. "Avec les autres, on se demandait quand on en verrait la fin. On se disait : 'Oh il y en a encore ! C'est quoi comme os ? Pourvu qu'il soit entier!'", a raconté à l'AFP l'un de ses membres.


Mesurant deux mètres de long, pour un poids dépassant les 500 kilos, cet impressionnant reliquat de la période du Jurassique, niché dans une épaisse couche d’argile, a été parfaitement conservé. D'autres os provenant du bassin de l'animal ont également été mis au jour par cette équipe de paléontologues du Muséum National d'Histoire Naturelle.

Cette découverte ne doit en fait rien au hasard. Le site d'Angeac est considéré aujourd'hui comme l'un des plus grands sites à dinosaures au monde. Déjà en 2010, des paléontologues y avaient extrait du sol un premier fémur long de 2m20. Depuis, sur les 725 mètres carrés de surface fouillés dans la zone, les recherches ont permis de mettre au jour "plus de 7500 os de vertébrés et 45 espèces différentes y ont été identifiés, comme des stégosaures ou un troupeau de dinosaures autruches", rapportent nos confrères du Parisien.

En vidéo

On a retrouvé les témoins de l'impact du météore qui a décimé les dinosaures

En l'espace d'une décennie, les scientifiques ont pu reconstituer plus de 50% d'un sauropode à partir des restes de plusieurs individus découverts sur le site d’Angeac. Il faudra maintenant une bonne dizaine de jours pour extraire ce fémur. Le reliquat va être enveloppé dans une coque protectrice, puis il sera dégagé à l’aide d’une grue. Selon France Bleu, l’ossement pourrait être exposé dès l'hiver prochain au musée d'Angoulême.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter