Une grande bouche et pas d’anus : voici le "Saccorhytus coronarius", notre probable plus vieil ancêtre

Sciences
ASCENDANCE – Selon une étude publiée dans la revue Nature, le Saccorhytus coronarius serait le plus vieil ancêtre connu de l’homme. Cette créature marine préhistorique microscopique ressemblant à un sac aurait vécu il y a 540 millions d’années.

Il ne nous ressemble absolument pas, mais serait néanmoins notre plus vieil ancêtre. Selon une étude publiée dans la prestigieuse revue Nature, le Saccorhytus coronarius, créature marine préhistorique microscopique au corps en forme de sac percé de huit trous, sans anus mais avec une énorme bouche, pourrait bien être le plus primitif des Deutérostomiens, groupe auquel appartiennent les vertébrés et donc les humains. 


"Ce groupe comporte une énorme diversité, car on y trouve aussi les étoiles de mer, les vers marins, les oursins...", précise Simon Conway Morris, professeur à l'Université de Cambridge (Royaume-Uni) et coauteur de l'étude. D'où cette question que se sont posés les scientifiques : "Quel est l'ancêtre commun à ces êtres si différents ?"

Un aïeul découvert en Chine

La réponse est finalement venue du centre de la Chine. C’est en effet dans la province de Shaanxi que des chercheurs locaux ont déniché la perle rare en mettant au jour des fossiles de Saccorhytus. Une découverte riche en enseignements, qui pourrait permettre de savoir comment l’homme et la femme sont devenus ce qu’ils sont aujourd’hui. "Saccorhytus nous apporte des informations importantes sur les tout premiers stades de l'évolution d'un groupe qui a conduit aux poissons, et finalement à nous", estime ainsi l'Université de Cambridge dans un communiqué.

Un niveau remarquable de complexité organiqueJian Han, Simon Conway Morris, Qiang Ou, Degan Shu & Hai Huang, co-auteurs de l’étude

Cette minuscule créature aquatique vivait au début du Cambrien, il y a quelque 540 millions d'années. Elle logeait probablement entre les grains de sable au fond de l'eau. Et, avec sa bouche proéminente, se nourrissait vraisemblablement en engloutissant particules de nourriture et créatures diverses.

Les chercheurs pensent par ailleurs qu'il disposait de récepteurs sensoriels, mais n'ont rien trouvé qui pouvait ressembler à des yeux. Autre curiosité : les huit petites ouvertures coniques dispersées le long de son corps qui permettaient sans doute d'évacuer l'eau qu'il avalait, d'autant plus que l'animal ne semblait pas avoir d'anus. Mais malgré ses airs de mini-monstre, les chercheurs soulignent que Saccorhytus cache "un niveau remarquable de complexité organique à un stade aussi précoce de l'évolution animale".

En vidéo

"Homo Naledi", un nouvel ancêtre pour l'humanité

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter