Bonne nouvelle : le choc avec Andromède est retardé, la Voie lactée va vivre 600 millions d'années de plus que prévu

Sciences

COSMOS - La collision inéluctable entre notre galaxie et Andromède ne surviendra finalement que dans 4,5 milliards d'années, d'après de nouveaux calculs rendus possibles par les données collectées par le satellite européen Gaia.

La date de l’apocalypse a été reculée, laissant à la Terre un sursis de quelques millions d’années. Les astronomes savent depuis longtemps que la galaxie d’Andromède, alias Messier 31, se rapproche inéluctablement de la Voie lactée, notre galaxie. Mais la collision cataclysmique entre ces deux régions voisines du cosmos ne devrait finalement pas se produire avant 4,5 milliards d’années. C’est 600 millions d’années de plus qu’initialement prévu si l’on se réfère aux chiffres communément admis jusqu’ici par la communauté scientifique.

Cette datation, parue le 7 février dernier dans la revue scientifique The Astrophysical Journal, s’appuie sur de nouveaux calculs rendus possibles par les données collectées par le satellite Gaia de l’Agence spatiale européenne (Esa). Il y a cinq ans, en se basant sur celles récoltées par le télescope spatial américain Hubble, la même équipe d'astronomes avait calculé que Messier 31 entrerait en collision avec la Voie lactée dans 3,9 milliards d’années, une prévision qu'ils viennent donc de revoir à la hausse.

La mission de Gaia est de balayer le ciel pour déterminer la position et la vitesse de plus d’un milliard d’étoiles situées dans la banlieue proche de la Voie Lactée, ainsi que quelques milliers d’autres dans les galaxies voisines du Triangle (M33) et d’Andromède (M31). L'objectif : étudier la manière dont ces étoiles se déplacent les unes par rapport aux autres. A l’aide de simulations informatiques, l'équipe d'astronomes du Space Telescope Science Institute (Institut des sciences du télescope spatial, en français) a pu ainsi retracer la trajectoire exacte d'Andromède. 

D’après leurs projections, Andromède se déplace latéralement, retardant ainsi son hypothétique collision avec notre galaxie. "Les premiers résultats indiquaient une collision plus frontale, alors que ces nouvelles estimations suggèrent un coup plutôt de côté", explique Roland van der Marel, l’auteur principal de ces travaux, interrogé par le New York Times. La rencontre entre la Voie lactée et Andromède reste néanmoins inévitable.

Andromède se déplace à la vitesse de 120 km/sec

Andromède se trouve actuellement à 2,5 millions d’années-lumière de nous (soit 25 milliards de milliards de kilomètres) et se déplace à la vitesse stupéfiante de 120 kilomètres par seconde. Cette attraction provient des forces gravitationnelles respectives exercées par les galaxies, ainsi que de la "matière noire" invisible qui les entoure. Cet événement sera toutefois moins dramatique qu’il n’y paraît. Car les galaxies sont principalement des espaces vides. Pour ainsi dire, elles se traversent mutuellement comme des fantômes. Et les chances que les étoiles ou les planètes entrent en collision sont donc très faibles.

Les gaz et les poussières des deux entités se mélangeront et interagiront, parfois avec violence, se détruisant lentement avant de fusionner. En guise de bouquet final, les trous noirs - qui abritent les noyaux des galaxies - s’entrechoqueront, produisant une gigantesques onde de choc - ces fameuses ondes gravitationnelles. La Voie lactée, qui est une galaxie plate, sortira complètement transformée de son choc avec Andromède. De cette collision en ressortira une seule et même galaxie, de forme elliptique et plus massive. 

Lire aussi

En vidéo

EXPLORE - Les ondes gravitationnelles, késako ?

Vous pourriez maintenant vous demander à quoi ressemblera la vue du Cosmos depuis la Terre d'ici là. Si notre monde existe encore dans ce futur très lointain, ce sera un problème : bien avant que la Voie lactée et Andromède ne se touchent, notre étoile sera si chaude qu'elle fera bouillir les océans.  A priori, nous ne serons plus là pour assister à ce spectacle. Il y a en effet peu de chances que la moindre forme de vie puisse se maintenir à la surface dans ces conditions...

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter