VIDÉO - C'est une première : des astronomes ont assisté en direct à la naissance d'un trou noir dans une autre galaxie

Sciences

ESPACE - Un flash d'une intensité surprenante a été observé le 16 juin dernier dans le ciel. L'origine de cette puissante explosion : probablement la naissance d'un trou noir. Si tel est le cas, il s'agirait du premier événement du genre à être observé en temps réel.

Pour la première fois, des astronomes ont probablement assisté au moment exact où une étoile mourante a donné naissance à un trou noir dans une galaxie voisine. C'est l'hypothèse que soutient une équipe de chercheurs de l'université Northwestern à Chicago (Etats-Unis), dont les travaux sont à paraître dans The Astrophysical Journal. Cet événement cosmique, désigné sous le matricule AT22018cow, est désormais connu sous le nom "The Cow" (en français, "La vache"). Il s’est produit dans la constellation d’Hercule, au sein d’une galaxie nommée CGCG 137-068, à quelque 200 millions d’années-lumière de la Terre. 

La mystérieuse explosion cataclysmique est apparue le 16 juin 2018 sous la forme d’un intense flash lumineux dans l’objectif des télescopes ATLAS de l’observatoire Keck, à Hawaï. "Nous savons en théorie comment les trous noirs et les étoiles à neutrons se forment quand une étoile meurt. Mais nous ne les avions jamais vues juste après leur naissance", souligne Raffaela Margutti, astrophysicienne à l’université Northwestern et coauteure de l'étude. Selon la scientifique, il s'agirait d'une naine blanche en train de se faire dévorer par un trou noir.

Les images prises par les télescopes ATLAS avant l'explosion (au centre) et après celle-ci (à gauche) montrent l'éclaircissement soudain de la galaxie CGCG 137-068. L'image toute à droite montre la différence entre les deux. (Stephen Smartt / ATLAS)

10 fois plus lumineux qu'une supernova classique

Il a fallu plusieurs semaines avant que la luminosité maximale ne soit atteinte. Mais en l'espace d'à peine trois jours, AT2018cow est devenu environ 10 fois plus lumineux qu'une supernova classique. "Je n'ai jamais rien vu de tel dans l'univers local !", confié en juin dernier au Washington Post Stephen Smartt, de la Queen's University à Belfast (Irlande), qui a été le premier à observer "La vache" dans le ciel nocturne. 

Les premières observations du phénomène ont fait état d'un gigantesque nuage incandescent, dont la température dantesque dépasserait les 9.000 degrés Celsius, et de débris stellaires projetés à 30.000 kilomètres par seconde. "Nous ne sommes pas encore sûrs de ce que c'est. Mais le mécanisme d'alimentation normal d'une supernova est la désintégration radioactive du nickel. Or cet événement est trop brillant et trop rapide pour cela", estime Kate Maguire, également de la Queen's University. 

Lire aussi

L'événement s'est produit à une distance relativement proche à l'échelle de l'Univers, ce qui signifie que l'explosion a pu avoir produit des ondes gravitationnelles détectables. Malheureusement, les détecteurs jumeaux LIGO, basés aux Etats-Unis, étaient en maintenance à l'époque, laissant planer le mystère quant à savoir si quelqu'un aurait pu détecter cet événement cosmique sans l'observer directement.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter