VIDÉO - Catastrophe : 117 espèces mammifères menacées par la perte de leur territoire

Sciences
DirectLCI
DANGER - Des chercheurs américains et mexicains viennent de publier une étude très inquiétante : les espèces vertébrées disparaissent de plus en plus sur Terre, et plus rapidement. Une sixième extinction de masse qui serait catastrophique pour notre planète.

Dans une étude publiée ce lundi dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), des chercheurs tirent la sonnette d'alarme sur la disparition inquiétante d'espèces animales et végétales. Geraldo Ceballos, de l'université nationale autonome du Mexique, Paul Ehrlich et Rodolfo Dirzo, de l'université de Stanford aux Etats-Unis, évoquent une "défaunation catastrophique" pour les différents écosystèmes de la planète, et expliquent qu'on ne prête pas assez attention à ces signes d'un "prélude d'une extinction globale des animaux".


Cette extinction massive va avoir de nombreuses conséquences écologiques,économiques mais également sociales. La nourriture, l'air et l'eau risquent d'être dangereusement impactés. Pour leurs analyses, un échantillon de 27 600 espèces d'oiseaux, d'amphibiens, de mammifères et de reptiles a été étudié par les scientifiques, qui estiment qu'un tiers des vertébrés déclinent en nombre et en étendue. Les animaux et espèces migratoires ont de moins en moins d'espace pour chasser et se reproduire. Notamment dans les régions tropicales et tempérées.

En vidéo

ARCHIVES - Espèces menacées : l'hécatombe continue

Les auteurs de l'étude ont particulièrement analysé 177 espèces mammifères et examiné la baisse de leurs populations entre 1990 et 2015. Ils ont remarqué que tous les groupes avaient perdu au moins 30% de leur étendue géographique, tandis que 40% d'entre elles en ont perdu plus de 80%. Cette "sixième extinction" est en cours et les scientifiques parlent d'une catastrophe aussi grande que la disparition des dinosaures. Et si les précédentes sont les conséquences de catastrophes naturelles, celle-ci est directement créée de la main de l'Homme et de ses activités : destructions d'habitats naturels, pollution et une population toujours plus grande.


Selon les auteurs, l'extinction est plus avancée qu'on ne peut le penser : "Qu’autant d’espèces communes voient leurs effectifs diminuer est un signe fort de la gravité de l’épisode d’extinction biologique actuel". Et s'ils expliquent que nous ne disposons que "d’une petite fenêtre pour agir, deux ou trois décennies", ils ne sont pas optimistes pour l'avenir : "Tous les signes montrent des assauts encore plus puissants contre la biodiversité dans les vingt prochaines années, dessinant une image lugubre pour le futur de la vie, la vie humaine comprise." 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter