DEMAIN EN 3D - Et si les médecins étaient capables de nous rajeunir ?

DEMAIN EN 3D - Et si les médecins étaient capables de nous rajeunir ?
Sciences

FUTUR PROCHE - Petit à petit, les scientifiques comprennent de mieux en mieux le mécanisme du vieillissement , et notamment le rôle des cellules sénescentes. Des expérimentations sur la souris ont été très concluantes. Des tests de médicaments réalisés sur l'Homme sont également très prometteurs. La course à la cure de jouvence est lancée.

En 2050, une personne sur 3 aura plus de 60 ans. Cela signifie davantage de maladies chroniques et de cancers. Or toutes ces pathologies ont des mécanismes communs avec le vieillissement de nos cellules -les scientifiques parlent de cellules "sénescentes".  Avec l’âge, ces cellules s'accumulent partout dans notre corps, notamment dans le cerveau, les articulations ou encore les yeux. Normalement, notre corps les élimine. Mais avec l'âge, ce système d'auto-nettoyage fonctionne moins bien. Ces cellules changent alors de forme,  s'accumulent dans les tissus et en intoxiquent d'autres. Elles sont responsables d'arthrose ou de cataracte. 

Problème : on ne connait pas bien tous ces mécanismes. Mais un espoir est venu d'une découverte faite sur la souris. Des chercheurs américains ont réussi à détruire ces cellules sénescentes sur l’animal. Résultat : les cobayes, âgés de deux ans (soit 80 ans pour l’homme) ont rajeuni de 35% (soit 54 ans pour l’homme). Comme il s’agit d’une manipulation génétique, la transposition n’est cependant pas envisageable chez l'Homme car il existe un risque de cancer et car éthiquement, il est impensable de modifier le génome humain. 

Lire aussi

Toute l'info sur

LE WE 20H

Parmi les pistes autres testées sur l'homme, des médicaments. Pour nettoyer le corps des cellules sénescentes, des chercheurs ont ainsi expérimenté une vieille molécule contre le diabète : la metformine. Les résultats très préliminaires montrent que certaines cellules rajeunissent, un peu comme si on avait inversé l'horloge biologique. Aux Etats-Unis, 14 patients âgés et atteints de maladies pulmonaires ont quant à eux testé un anti-cancéreux associé à un complément alimentaire que l'on trouve notamment dans les câpres ou les oignons. Ils ont réussi à parcourir la même distance de plus en plus vite.  

Bref, la course à la cure de jouvence est lancée. En France, l'Institut de recherche sur le cancer et le vieillissement de Nice va notamment piloter un grand programme de recherche. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent