VIDÉO - Écoutez le chant céleste (et un peu angoissant) d'une galaxie

Sciences

COSMOS - Pour composer cette mélodie galactique, un astrophysicien s'est servi de la "sonification", une technique qui permet de convertir des images en son via des algorithmes. De quoi lui offrir une bande son, diffusée début mars sur le site de la Nasa.

Le Cosmos a quelque chose de follement poétique. Il lui manque cependant un élément qui pour nous est essentielle : le son. En effet, l’espace est dépourvu de molécules d’air, les ondes sonores ne peuvent donc y exister. La Nasa a pourtant mis en ligne le 4 mars une interprétation de ce que pourrait être le son d'une galaxie. Vous l’aurez compris, cette mélodie céleste ne vient pas des confins de notre Système solaire et n’a donc pas été composée par un chef d’orchestre alien. Cette composition est l’œuvre d’un duo tout aussi improbable, constitué d’un musicien et d’un scientifique, qui plus est astrophysicien. 

Le chercheur Matt Russo, de l’Université de Toronto, a collaboré avec l’artiste canadien Andrew Santaguida, pour y associer des sonorités. De la science, donc, mais en musique. En effet, pour composer la sérénade céleste qui raisonne dans vos oreilles, les deux acolytes ont utilisé un cliché capturé en août dernier par le télescope spatial américain Hubble. Sur celui-ci apparaît un amas de galaxies nommé "RXC J0142.9 + 4438" et abritant d’innombrables étoiles,  explique l'agence spatiale sur son site internet.

Le trésor galactique d'Hubble comme source d'inspiration

Les deux acolytes ont analysé le cliché pixel par pixel, puis ils ont attribué une hauteur de ton différente à chacun des objets présents sur l’image via des algorithmes. Une méthode qu’on appelle communément la "Sonification". Comprenez la conversion de données en sons. Résultat, les sonorités issues de cette image créent une mélodie plutôt harmonieuse, bien qu'un peu angoissante. L'extrait a été diffusé sur le site de la Nasa sous le titre "Hubble Treasure Trove Sonification" ("Transposition sonore du trésor galactique d’Hubble", en français).  

Lire aussi

Ce n’est pas la première fois que des scientifiques s’associent à des artistes pour mener à bien ce genre de projet. En novembre, afin de célébrer le 5.000e lever de soleil d'Opportunity (le robot martien de la Nasa qui a finalement rendu l'âme en début d'année), des chercheurs britanniques l’avaient reproduit en musique. En 2014, Domenico Vicinanza et Genevieve Williams, des chercheurs des universités Anglia Ruskin et d’Exeter (Royaume-Uni), avaient également créé un morceau d'une durée de 12 minutes, comprenant une harpe, une guitare, deux violons, un clavier, une clarinette et une flûte. Le tout à partir de données ayant servi à la découverte du boson de Higgs.

Lire et commenter