EXPLORE - Cigare, sombrero, têtard... : partons à la découverte de ces galaxies aux noms surprenants

Sciences

Toute L'info sur

EXPLORE : plongée dans les mystères de l'espace

ESPACE – Le cosmos a quelque chose de follement poétique. Cette semaine, nous consacrons notre format hebdomadaire Explore aux surnoms parfois surprenants que nous attribuons aux galaxies.

En schématisant grossièrement, les galaxies sont principalement formées de quatre choses : des étoiles, de la poussière, des nuages d’hydrogène qui alimente la formation de nouvelles étoiles et une mystérieuse "matière noire" assurant la cohésion de l’ensemble. L’Univers observable contiendrait à lui seul entre 100 et 200 milliards de galaxies, selon les estimations des astronomes. "Certaines naissent, quand d’autres meurent ou fusionnent entre elles. Il est donc quasiment impossible d’évaluer leur nombre exact.

Les scientifiques présument que les premières galaxies se sont formées quelques millisecondes après le fameux Big bang, il y a environ 13 milliards d’années. En 1754, Charles Messier publiait dans son "Catalogue" le tout premier inventaire d’objets célestes. L’astronome français y attribuait un matricule (la lettre "M" suivie d’un numéro) à une grosse centaine de nébuleuses, de galaxies et d’amas d’étoiles éparpillés sur la voûte céleste visible en Europe, qui ont conservé leur appellation jusqu'à aujourd'hui.

Lire aussi

"Charles Messier, qui était en fait un chasseur de comètes, a dressé cet inventaire afin de simplifier ses recherches cométaires et éliminer rapidement les fausses pistes", explique à LCI James Lequeux, astronome à l'Observatoire de Paris. Depuis, d'autres catalogues ont vu le jour, à l'instar du "New General Catalogue" qui recense à ce jour plus de 6000 objets célestes. "L'idée n'est pas de dresser l'inventaire de toutes les galaxies, mais seulement les plus brillantes", poursuit le scientifique.

Les institutions astronomiques attribuent aux nouveaux objets des noms barbares : une série de chiffres et de lettres correspondant à leurs coordonnées. "Les astronomes préfèrent quant à eux leur donner des surnoms relatifs à leur aspect", s'amuse James Lequeux. Parmi les galaxies aux noms pour le moins surprenants, on peut citer celle du cigare (M82), dans la constellation de la Grande Ourse, à environ 12 millions d'années-lumière de la Terre. Les scientifiques estiment qu'elle est le siège de l'explosion d'une supernova (comprendre, l'implosion d'une étoile en fin de vie). D'où son nom ! Ou encore, la galaxie du sombrero (M 104), dans la constellation de la Vierge, qui a la forme d'un chapeau mexicain. 

Un chose est sûre : les astronomes ne manquent pas d’imagination !

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter