VIDÉO - La Nasa déshabille un trou noir, et c'est de toute beauté !

Sciences

COSMIQUE - L'agence spatiale américaine a partagé ce mercredi 25 septembre une image animée montrant la silhouette d'un trou noir. Cette modélisation, réalisée par le biais d'un ordinateur, permet de visualiser ce que voulait dire Albert Einstein lorsqu'il disait que la gravité déforme l'espace-temps.

Objet de fascination, aussi bien pour les astronomes que pour le commun des mortels, l’énigmatique astre, devant nos yeux ébahis, se met littéralement à nu ici. Simulant l’activité d’un trou noir supermassif, cette modélisation en 3D a été générée par ordinateur au sein du laboratoire du Centre de vol spatial Goddard de la Nasa. De quoi vous permettre d'apprécier la morphologie complexe de ce corps céleste et son influence sur l'espace-temps. Et le résultat est vraiment bluffant, pour ne pas dire hypnotique.

Sur son site internet, l’agence spatiale américaine nous livre un petit cours d’anatomie stellaire, nous expliquant en détail son fonctionnement. Pour commencer, d’après la loi de la relativité générale publiée en 1915 par Albert Einstein, qui théorise ce fonctionnement, l’attraction gravitationnelle exercée par cet astre est telle que rien ne peut s’en échapper, ni la matière ni la lumière. De ce fait, comme son nom l’indique, il est invisible dans l’espace. Pour l'observer, les scientifiques utilisent les ondes radios. Passons maintenant à la description détaillée ce que nous apercevons sur la modélisation de la Nasa.

Lire aussi

Affublé du surnom de mangeur d'étoiles, ce monstre cosmique dont l'origine reste encore énigmatique avale tout ce qui lui passe sous le nez. Avant d’être absorbée, la matière, essentiellement constituée de gaz incandescents, de poussières et de débris, tourbillonne et s'échauffe à mesure qu'elle s'approche du centre, formant ce qu’on appelle un disque d'accrétion. Sous l'effet de la gravitation, le rayonnement émis ne se déplace pas en ligne droite, comme le ferait de la lumière d'un phare de voiture, mais suit des trajectoires en spirales.

Dans la région interne, se trouve ce que les astronomes appellent l'Horizon des événements, c'est-à-dire la limite à partir de laquelle la matière et l'énergie ne peuvent échapper à la gravité. Vient ensuite la sphère photonique : des photons sont émis par le plasma chaud près du trou noir qui déforme leur trajectoire en produisant un anneau brillant. Quant à la zone sombre au milieu, c'est l'ombre du trou noir.

Cette éblouissante représentation, qui n'est pas sans rappeler le trou noir en images de synthèse du film Interstellar de Christopher Nolan, a également un intérêt scientifique. "Ce type de simulation nous aide vraiment à visualiser ce que voulait dire Einstein lorsqu'il disait que la gravité déforme le tissu de l'espace et du temps", explique Jeremy Schnittman, qui a réalisé ces superbes images à l'aide d'un logiciel. "Jusqu'à très récemment, poursuit-il, ces visualisations étaient limitées à notre imagination et à des programmes informatiques. Je n'avais jamais pensé qu'il serait possible de voir un véritable trou noir."

En vidéo

ARCHIVES - Le monde admire pour la première fois un trou noir

Pourtant, le 10 avril 2019, l'équipe Event Horizon Telescope (EHT) a publié la toute première image de la silhouette d'un trou noir, le dénommé M87*, grâce à des observations dans le domaine des ondes radio au cœur de la galaxie Messier 87. La première modélisation d'un trou noir, calculée à l'aide d'un ordinateur IBM 7040 à cartes perforées, date pour sa part des années 1960. Elle avait été ensuite tracée à la main par l'astrophysicien français Jean-Pierre Luminet en 1978. La ressemblance avec la simulation de la Nasa est assez troublante. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter