VIDÉO - La NASA nous propose d'explorer des mystérieuses exoplanètes (et c'est sublime)

Inno
ENTER THE VOID - La NASA vient d'ouvrir une application nommée "Exoplanet Travel Bureau" qui propose une immersion dans les exoplanètes à partir de visualisations interactives à 360°. Une téléportation au dépaysement garanti.

Envie de visiter des exoplanètes, ces planètes inconnues situées en dehors du Système solaire, flottant librement dans l’espace interstellaire ? Pas de problème, la NASA est là pour vous donner la possibilité de vous rendre vers des destinations inconnues via son "agence de voyage interplanétaire" baptisée "Exoplanet Travel Bureau". 


Ainsi, derrière son écran d'ordinateur, l'internaute peut voyager virtuellement parmi sept exoplanètes aux noms merveilleux ("Trappist-1d", "PSO J318.5-22"...), notamment la si mystérieuse naine rouge "Kepler-186f", une exoplanète en orbite autour d'une étoile légèrement plus petite que le Soleil, d'une taille comparable à la Terre et sur laquelle les températures permettent à l'eau d'exister à l'état liquide qui se situe à 490 années-lumière du Soleil (n'oublions jamais qu'une année-lumière correspond à 9 460 milliards de kilomètres de distance). 


Par la grâce de ce "Exoplanet Travel Bureau", on peut explorer la surface de ces exoplanètes et télécharger les "posters de voyage" impactants, très graphiques et colorés, inspirés de ceux que l'artiste David Klein illustrait et que les agences américaines dispensaient dans les années 50.

Des visualisations interactives poétiques

La représentation artistique de toutes les exoplanètes se révèle certes fantasmée mais cette possibilité d'immersion n'en demeure pas moins fondée sur des données scientifiques foncièrement rigoureuses (celle du Catalogue astronomique "NASA's Exoplanet Archive" qui sert de référence officielle aux astronomes, aux observations fournies par des télescopes spatiaux comme Kepler) ; ce qui donne lieu à des visualisations interactives poétiques et franchement sidérantes, du ciel rouge sang de la planète Trappist-1d à la lune de la superplanète Kepler-16b qui entoure les soleils jumeaux.

Et ce qui donne aussi la possibilité à l'internaute de bidouiller tout seul comme un grand. Par exemple, pour Kepler-186f, il est possible de basculer entre une vue de la planète avec et sans atmosphère pour montrer les effets sur le ciel et la surface. Une double possibilité liée au fait qu'il est actuellement impossible de détecter l'atmosphère de ces exoplanètes ou même de caractériser leurs propriétés atmosphériques. Bref, de quoi donner envie d'attendre le génie qui créera, un jour, un hyperpropulseur.

Vertige cosmique

"Ces visualisations de surface nous permettent d’imaginer certaines des possibilités", affirme Martin Still, scientifique du programme TESS pour la NASA. "Les missions actuelles et futures, y compris TESS et le télescope spatial James Webb, trouveront les exoplanètes les plus proches de notre système solaire et caractériseront leurs atmosphères, comblant ainsi un peu plus le fossé entre la spéculation et ce qui existe vraiment."


Conseil aux rêveurs pour profiter pleinement de l'expérience d’une visualisation interactive à 360° : préférez la tablette ou le smartphone. Pour aller encore plus loin dans le vertige cosmique, il est possible d'utiliser l'application "Eyes on Exoplanets" donnant à découvrir l’ensemble du catalogue d’exoplanètes découvertes depuis 25 ans dans la voie lactée. Reste la question que tout le monde se pose, qui n'a toujours de réponse et qui nous fait tous fantasmer : y a-t-il de la vie sur ces exoplanètes ? 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

EXPLORE : plongée dans les mystères de l'espace

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter