VIDÉO : Les trottoirs parisiens abriteraient des milliers de micro-organismes qui lutteraient contre la pollution

DirectLCI
FLORE - Un chercheur a analysé des échantillons d'eau stagnante qui s'accumule le long des trottoirs parisiens. Ces recoins seraient en réalité habités par des milliers de micro-organismes qui aurait un effet bénéfique sur l'environnement, notamment en produisant de l'oxygène.

Les trottoirs parisiens sont jonchés de mégots, d'emballages en plastique et de déchets en tout genre. Des zones souillées dans lesquelles la vie semble difficilement imaginable. Pourtant dans ces environnements a priori toxiques, c'est toute une flore alternative qui se développe : des mollusques, des éponges, des algues et des champignons.


Pascal-Jean Lopez, chercheur en biologie au CNRS, a analysé ces organismes et a prélevé des centaines d'échantillons en divers endroits de la capitale. Les résultats de ses analyses ont de quoi surprendre. Le chercheur a compté dans ces recoins de trottoir, le long des caniveaux, pas moins de 6900 micro-organismes.


Cette diversité de petites bêtes invisibles à l'œil nu provient en réalité de la Seine. L'eau utilisée pour nettoyer la chaussée est prélevée dans le fleuve où elle est absorbée par trois stations de pompage. 

Purification de l'eau et production d'oxygène

Ces micro-organismes, qui se nourrissent de la décomposition des déchets auraient selon le scientifique un effet bénéfique sur l'environnement. Ils agiraient sur les polluants atmosphériques et fixeraient le carbone produit par le moteur des voitures. 


Ils produiraient également de l'oxygène et aideraient à purifier l'eau. Bien entendu, ces effets doivent être ramenés à l'échelle microscopique.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter