Manger trop de sucre nous rendrait dépressif

DirectLCI
ETUDE - D'après des chercheurs anglais, les personnes ayant une forte consommation de sucre ont plus de chances de développer des troubles mentaux. De nombreux spécialistes sont pourtant sceptiques.

On savait qu’il faisait grossir, on sait maintenant qu’il favoriserait la dépression. Le sucre a été l’objet d’une nouvelle étude menée par l’ University College London (UCL).  Selon celle-ci, les hommes qui ont la plus forte consommation de sucre (via des aliments comme les gâteaux ou les sodas) ont 23% de risques supplémentaires de développer des troubles mentaux comme la dépression ou des crises d'angoisse dans les cinq années suivantes.


Selon les chercheurs, leurs travaux suggèrent "que la consommation de sucre venant de la nourriture  ou des boissons a un effet sur la santé psychologique à long terme et que le fait de la diminuer peut être associé à une meilleure santé psychologique"

"Ce n’est pas un essai clinique"

Mais cette étude est vivement contestée par plusieurs spécialistes. "Ce n’est pas un essai clinique" objecte  le professeur Tom Sanders du King's College ajoutant que ces résultats "doivent être interprétés avec prudence".

L'étude se base en effet sur des questionnaires remplis par 8.000 personnes au Royaume-Uni depuis 1985. Pour parvenir à leurs conclusions, les chercheurs ont comparé les réponses sur les habitudes alimentaires en lien avec celles qui concernaient la santé mentale des personnes interrogées.

Une autre experte, Catherine Collins, porte-parole de l'Association  britannique de diététique,  pointe une étude "limitée par plusieurs biais ". Parmi les "problèmes" de méthodologie de l'étude, Mme Collins relève que  les chercheurs n'ont pas fait de différence entre le sucre naturellement présent dans certains aliments comme le lait et celui qui est ajouté dans les bonbons et les sodas.

Une étude comparable en 2015

Ce n’est pas la première fois qu’une étude incrimine le sucre comme cause de dépression. En  2015, l'université Columbia avait étudié ses effets auprès de 70.000 femmes ménopausées.


Les chercheurs y démontraient qu’une alimentation riche en glucides raffinés avec un index glycémique élevé augmentait le risque de dépression.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter