Un astronome vous révèle les meilleurs spots pour contempler la voûte céleste

Sciences
COSMOS - L’été est de loin la meilleure période pour contempler le ciel étoilé, notamment en raison des conditions météorologiques favorables. A l'occasion de la 29e édition des Nuits des étoiles, qui se tiennent de vendredi à dimanche, LCI a demandé à un astronome de vous livrer ses meilleurs spots. Suivez le guide !

Pas simple, quand on est un citadin, d’admirer le spectacle majestueux qu'offre la voûte céleste. En raison de la pollution lumineuse, "seulement une cinquantaine d’étoiles sont visibles à l’œil nu en milieu urbain, il suffit pourtant de s’éloigner de quelques dizaines de kilomètres pour pouvoir en contempler des milliers", nous éclaire l’astronome Philippe Colas, astronome de l'Observatoire de Paris à l'Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides. 


Sur une plage en bord de mer, dans un refuge de montagne ou au milieu d’un champ de blé, le ciel prend tout de suite une autre allure. "C'est simple. La quantité de lumière artificielle est proportionnelle à la densité d’habitants, reprend l’astronome. Fatalement, plus l’endroit est sauvage, plus le ciel sera de qualité pour l’observation". Cet amoureux des étoiles a accepté de nous révéler ses meilleurs spots. Suivez le guide !

Entre Corte et Ajaccio, au Col de Vizzavona, c’est juste fabuleux.François Collas

Pour les Parisiens, François Colas recommande de se rendre dans la forêt de Fontainebleau. "De là-bas, vous pouvez apercevoir la Voie lactée. C'est déjà pas mal", souligne l'astronome. Le bord de mer, quant à lui, présente le gros avantage d’être souvent peu peuplé et entouré... d'eau. "Les plages des Landes, par exemple, offrent des conditions optimales car la zone est très peu bétonnée. A la différence de la côte méditerranéenne où l'éclairage des villes est trop intense", souligne l’astronome. 


Du fait notamment que ce soit une île et qu’elle soit peu peuplée, la Corse est probablement selon lui le meilleur lieu pour admirer à l’œil nu le ciel étoilé. "En prenant un peu d’altitude, au-delà de 1000 mètres, c’est encore mieux", suggère-t-il. La pollution lumineuse provient en effet de la réflexion des rayons artificiels émis par les lampadaires sur la poussière qui flotte dans l’atmosphère. "En montagne, étant donné qu’il y a beaucoup moins de poussière, le ciel est de bien meilleure qualité. Entre Corte et Ajaccio, au Col de Vizzavona, c’est juste fabuleux."

La France possède la plus grande réserve de ciel étoilé d'Europe

Les Grands-Causses, dans l’Aveyron. Le Parc du Marquenterre, dans la Somme. Les Hautes-Combes, dans le Haut-Jura. Mais aussi le Plateau de Millevaches, dans la Creuse, le Parc naturel régional du Queyras, dans les Hautes-Alpes, celui des Causses du Quercy, dans le Lot, le Parc naturel régional du Morvan, en Bourgogne. Ou encore, Les Landes de Gascogne, en Gironde. Et la Pointe du Raz, dans le Finistère. De par leur situation géographique, tous ces lieux, situés loin des villes et donc épargnés par la pollution lumineuse, permettent d’admirer le ciel étoilé dans les meilleures conditions. C’est d’ailleurs pour ces raisons qu’on y trouve souvent des observatoires astronomiques, perchés sur un promontoire. A l'instar de l’Observatoire de Saint-Véran, dans les Hautes-Alpes.


Pour lutter contre le fléau de la pollution lumineuse, l’Internation Dark-Sky Association (IDA) a lancé en 2006 un programme qui vise justement à encourager les régions à en limiter les effets. La France compte à ce jour deux sites labellisés : Le Pic du Midi de Bigorre associé au Parc national des Pyrénées (2013) et le Parc national des Cévennes (2016). Ces sites, appelés "Réserve internationale de ciel noir" ou "Réserve internationale de ciel étoilé", également connue sous l'acronyme "RICE", offrent de fait un environnement optimal pour contempler la voûte céleste, aussi bien à l’œil qu’avec un télescope. 

"La RICE qui entoure l’observatoire du pic du Midi est actuellement la plus grande zone de protection du ciel nocturne en Europe", souligne l’astronome, rappelant que les critères d’obtention de ce label très exigeant. Il a d'ailleurs lui-même largement participé à l’obtention du premier en France.


Depuis son lancement, en 2001, seuls treize territoires ont obtenu ce label sur l’ensemble de la planète. En France, le Parc national du Mercantour et le celui des Préalpes d’Azur, ainsi que le Parc naturel région du Vercors (Drôme, Isère) ont déposé récemment leur candidature pour obtenir le très exigeant label. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter