Qui est Yusaku Maezawa, le premier touriste qui survolera la lune dans la Big Falcon Rocket de Space X ?

Sciences
DirectLCI
PORTRAIT- Yusaku Maezawa, un homme d'affaires japonais, a acheté tous les billets du premier vol de la future "Big Falcon Rocket" de la société SpaceX d'Elon Musk. Lors d'une conférence de presse à Tokyo, ce mardi 9 octobre, le milliardaire a déclaré qu'il s'attendait à un entraînement "pas trop dur". LCI vous présente ce milliardaire.

Ce sera vraisemblablement le premier touriste à effectuer une croisière autour de la Lune. Le nom de ce pionnier du tourisme spatial a été dévoilé lundi 17 septembre au siège de Space X, en Californie. Yusaku Maezawa, collectionneur d’art et entrepreneur de 42 ans, a déjà son billet en poche. Mais il devra patienter encore un peu. La fusée à bord de laquelle il embarquera pour ce voyage lunaire, la fameuse "BFR" (pour Big Falcon Rocket), ne sera pas opérationnelle avant 2023, au plus tôt, a tenu à préciser Elon Musk, le fondateur et PDG de SpaceX. 


Sera-t-il prêt pour son voyage autour de la Lune ? Sans problème, a-t-il assuré mardi 9 octobre, anticipant un entraînement "pas trop dur" auquel il pourra s'adonner après ses six heures de travail quotidiennes. "Nous n'avons pas encore décidé quelle formation je vais devoir suivre mais Elon Musk m'a dit que cela ne devrait pas être trop dur", s'est amusé Maezawa lors d'une conférence de presse à Tokyo. "J'ai tellement hâte de m'approcher de la Lune. Je voudrais voir la Terre en entier... Rien qu'à l'idée de la voir de mes propres yeux, j'en ai les larmes aux yeux", a-t-il encore confié.

Yusaku Maezawa est ce qu'on appelle un "tycoon". Il a amassé une fortune estimée à 3 milliards de dollars dans le commerce en ligne, ce qui fait de lui la 18e personne la plus riche du Japon, selon le magazine Forbes. Il est aujourd'hui à la tête d'un petit empire dans le monde du numérique, qu'il a créé en partant de rien. A la sortie du lycée, en 1996, Maezawa quitte son pays pour les Etats-Unis. Deux ans plus tard, alors qu'il joue encore de la batterie dans "Switch Style", un groupe formé avec des camarades de classe au lycée, il rentre au Japon et fonde l'entreprise Start Today. A l'époque, Maezawa collectionne les disques et finit par en faire un catalogue de vente par correspondance. 

Il s'accapare le marché du prêt-à-porter en ligne

La société fait son entrée à la bourse de Tokyo en 2007. Entre-temps, le magnat s'est accaparé le marché du prêt-à-porter en ligne avec le lancement du site internet Zozotown, aujourd'hui leader au Japon. Il propose notamment 6300 marques et emploie 900 salariés. 


La dernière trouvaille de Maezawa s'appelle Zozo : une ligne de vêtements qui repose sur un système innovant de prise de mesures à domicile. Une sorte de costume bourré de capteurs permet aux utilisateurs de télécharger leurs mensurations pour s'assurer qu'ils s'apprêtent à commander le vêtement idéal. Sa marque sera lancée dès l'année prochaine sur le marché européen.

Une autre passion : les œuvres d'art

Amateur d'arts mais aussi mécène, Maezawa a également fondé en 2012 une Fondation d'art contemporain à Tokyo. Objectif :  "soutenir les jeunes artistes en tant que pilier de la prochaine génération d'art contemporain" -des artistes qu'il pourrait d'ailleurs inviter dans l'espace avec les billets qu'il a achetés auprès de Space X. Il a fait sensation l’an dernier en déboursant la somme de 110 millions de dollars pour un Jean-Michel Basquiat. En 2016, l'homme d'affaires avait déjà fait l'acquisition d'une œuvre de l'artiste américain pour un montant de 57,3 millions d'euros.


Lors de cette même vente aux enchères, il avait également acheté des œuvres des artistes Bruce Nauman, Alexander Calder, Richard Prince et Jeff Koons, pour un montant total de 98 millions de dollars.  Avant cela, il avait mis la main sur le portrait de Dora Maar de Picasso et les fameuses soupes Campbell d'Andy Warhol. Maezawa fait voyager ses merveilles de musée en musée pour que tout le monde en profite. Il offre des bourses à de jeunes artistes et il a même l'intention d'ouvrir un musée à Chiba, sa ville natale, pour exposer sa collection personnelle. 

Le tycoon a refusé de révéler le prix qu'il a payé pour prendre part à la mission de Space X. Il a simplement indiqué que c'était beaucoup plus que ce qu'il avait payé pour le chef-d'œuvre de Basquiat... "Avant, j'étais connu comme 'Maezawa, le type qui est dans la mode', et maintenant je suis devenu 'Maezawa, celui qui va sur la Lune'", a-t-il lancé ce mardi, sourire aux lèvres et des étoiles plein les yeux. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter