VIDÉO - Regardez la sonde Hayabusa-2 récolter des grains de poussière sur l'astéroïde Ryugu

Sciences

COSMOS - L'agence spatiale japonaise a mis en ligne une vidéo impressionnante montrant la sonde japonaise Hayabusa-2 en train de récolter des grains de poussière interstellaire à la surface de l'astéroïde Ryugu. Cet objet céleste, situé à 340 millions de kilomètres de nous, est susceptible de nous renseigner sur la formation du Système solaire.

A quelque 340 millions de kilomètres de la Terre, un spectacle de haute voltige s'est produit le 21 février dernier dans le grand amphithéâtre du cosmos : la sonde japonaise Hayabusa-2 a récolté avec succès une centaine de milligrammes de poussières d'astéroïde, qui reviendront sur Terre en décembre 2020. Durant cette opération complexe, qui a duré à peine cinq secondes, l’engin spatial est resté en suspension, tel un colibri en vol stationnaire au-dessus d’une fleur, le temps d’ingurgiter le précieux nectar d'astéroïde avec son bec d’acier de 70 cm de long. Un contact furtif qui a permis de collecter des échantillons du sol de ce corps interstellaire d'un diamètre de 900 mètres, susceptible de nous renseigner sur la formation de notre Système solaire.

Un mois après cet exploit, l’agence spatiale japonaise (Jaxa) a partagé ce mardi 5 février sur Twitter une vidéo de près de deux minutes retraçant en accéléré les derniers instants de cette mission périlleuse. Sur ces images impressionnantes, filmées par la caméra embarquée CAM-H, on peut voir le vaisseau spatial japonais en train d'effectuer son approche finale à une vitesse de croisière de 1,5 km/h. Puis léviter au-dessus de l'astre durant un court instant. Une fois muni du précieux butin, l'engin a rallumé ses propulseurs pour repartir vers le haut, laissant derrière lui un épais nuage de poussières et de débris.

Une manœuvre que les responsables de la mission nomment un "touch and go" (posé-décollé, en français). Le tout en pilotage automatique. En effet, en raison de la distance avec la Terre, l'engin ne peut pas être piloté en direct depuis la Terre. Pour corser la difficulté, le site d’atterrissage était minuscule : une zone de six mètres de large entourée de petits rochers, qui auraient endommagé la sonde si elle les avait frôlés au passage.

La séquence ne montre pas en revanche le fameux tir de projectile qui a précédé la collecte des échantillons. Juste avant d’aspirer le précieux nectar stellaire, la sonde japonaise a tiré un projectile (une balle en tantale). En frappant la surface de l'astre, celui-ci a éjecté de la matière. L’agence spatiale japonaise avait expérimenté cette manœuvre inédite sur Terre à l’aide d’un astéroïde artificiel.

Lire aussi

Avant de reprendre la route en direction de la Terre, Hayabusa-2 doit encore procéder à une dernière expérience. D'ici quelques semaines, la sonde japonaise va à nouveau tirer un projectile de deux kilos sur l’astre. Ce dernier est censé percuter Ryugu à la vitesse de 7.200 kilomètres. Le but : former un cratère à la surface de l’astéroïde. La sonde spatiale ira ensuite y prélever des échantillons pour permettre de connaître la composition de la sous-surface. A l'issue de cette ultime manœuvre, elle larguera sur la surface de l’astre le dernier robot MINERVA (pour "MIcro Nano Experimental Robot Vehicle for Asteroid") qui se trouve encore à bord. Puis, le vaisseau japonais pourra enfin rentrer au bercail. 

Lire et commenter