VIDÉO - Starship : comment Elon Musk espère aller sur la Lune en moins de 14h avec la fusée de Tintin

Sciences

Toute L'info sur

La Lune avant Mars : la conquête spatiale redécolle

OBJECTIF MARS - Vintage, couvert d’inox et floquée du drapeau américain : le milliardaire Elon Musk a présenté il y a quelques jours le prototype du futur vaisseau spatial de SpaceX, qui devrait un jour emmener des touristes dans l’espace et même autour de la Lune, voire vers la planète Mars.

Le papa de Tintin n’imaginait probablement pas qu’il deviendrait un jour le pygmalion de l’inventeur le plus en vogue de ce début de XXIe siècle. Elon Musk a dévoilé, le 10 janvier dernier, le design du futur vaisseau spatial de la compagnie SpaceX. Entièrement couverte d'inox et floquée d'un drapeau américain, Starship devrait combler les nostalgiques du héros à la houpette. En voyant ce monstre d’acier, difficile de ne pas y avoir une ressemblance avec la fusée imaginée dans les années 50 par Hergé pour faire voyager Tintin et le capitaine Haddock jusqu’à la Lune. Il ne manque en effet aux rondeurs du fuselage de Starship que le damier rouge et blanc pour parfaire l’illusion.

Le milliardaire fantasque n’a jamais caché son admiration pour le dessinateur belge. Il avait d'ailleurs déjà baptisé les premiers satellites de sa constellation de télécoms Tintin A et Tintin B, en référence au héros créé par Hergé. Un premier prototype de la future fusée de SpaceX est actuellement en cours d’assemblage au sein du nouveau site d’essai de la compagnie à Boca Chica, dans le sud du Texas (Etats-Unis). Ce démonstrateur, surnommé "hopper" (comme "sauteur", en anglais) effectuera, d’ici quelques semaines, un premier vol d’essai à la frontière de l’espace, à 100 km d'altitude. 

La compagnie spatiale américaine utilise actuellement deux fusées. Tout d'abord, Falcon 9, son lanceur phare, qui a accompli plus d’une soixantaine de missions depuis 2012. Et aussi Falcon Heavy, capable d'emporter des charges plus lourdes. L'engin a effectué un vol d'essai en février dernier, lançant une voiture Tesla avec au volant un mannequin, baptisé Starman, en orbite autour du Soleil, au-delà de Mars. Mais ces deux fusées sont appelées à disparaître au profit de la seule Starship. Coût de cette fusée réutilisable et capable de redécoller de Mars ou de la Lune : 10 milliards de dollars ! 

Le futur grand vaisseau spatial interplanétaire de SpaceX sera propulsé dans l'espace par un premier étage entièrement nouveau lui-aussi, le Falcon Super Heavy, anciennement connu sous le nom de BFR, pour Big Falcon Rocket. Cette partie, qu’on appelle communément le "booster", sert à échapper à la gravité de la Terre. L'étage supérieur - Starship, donc - sera dans le futur capable de relier la Terre "à n'importe quel endroit du système solaire", à condition toutefois de créer des dépôts de carburants sur Mars et ailleurs. 

La plus grande fusée de toute l'histoire de la conquête spatiale

L'appareil à deux étages mesurera 118 mètres de hauteur, dont 55 pour la navette - ce qui fera de lui la plus grande fusée de toute de l'histoire de la conquête spatiale. Cette dernière est tellement grande qu'elle ne pourra être transportée vers son pas de tir que par bateau, et non pas par la route comme le sont actuellement les Falcon 9. Elon Musk a indiqué qu'il allait construire un prototype plus grand qui volera dans l'espace. La construction de Starship 2 "devrait être achevée vers juin". Le premier vol d'essai en orbite autour de la Terre est prévu pour 2020.

En matière de propulsion, Elon Musk a néanmoins revu la puissance de Starship à la baisse, après l'avoir présentée depuis bientôt deux ans comme la plus puissante de l'histoire, capable de propulser 150 tonnes en orbite terrestre basse. Pour  la fusée mythique du programme Apollo, Saturn V, pouvait emporter jusqu'à 135 tonnes de charge utile. La fusée d'Elon Musk sera finalement en mesure d'emporter une centaine de tonnes vers Mars, a fait savoir le patron de SpaceX. 

Concernant la carlingue de l'appareil, l’entreprise américaine a décidé de renoncer à la fibre de carbone. À la place, elle utilise désormais un alliage spécial à base d’acier inoxydable. Celui-ci est utilisé aussi bien pour la fusée Starship que pour le booster Super Heavy. Le patron de SpaceX a expliqué au site Popular Mechanics les raisons de ce changement de braquet. Le coût du matériau au kilo, tout d'abord. Mais aussi le faible taux de déchet par rapport à l’ancienne solution, la facilité d’emploi permettant une construction plus rapide.

 Enfin, et surtout, ses propriétés mécaniques. La chaleur à la surface d’un véhicule spatial en rentrée atmosphérique atteint en effet des températures extrêmement élevées. Or, l'acier inoxydable a l'avantage de pouvoir encaisser des températures de 815 à 870°C sans subir la moindre déformation. Un système innovant de "refroidissement par respiration" a été développé par les ingénieurs de la compagnie spatiale. Grosso modo, il s'agit de construire une coque à deux épaisseurs, entre lesquelles circulerait de l'eau liquide, avec "des micro-perforations sur la partie extérieure pour évacuer l'eau ou purger du carburant", a détaillé le patron de SpaceX.

Starship pourra embarquer jusqu'à 100 passagers, avec une vitesse de croisière de plus de 28.000 km par heure. En théorie, donc, l’engin sera en mesure de rejoindre la Lune en moins de 14 heures (ndlr : à titre de comparaison, les missions Apollo mettaient environ 3 jours) et Mars en à peine 85 jours. "La version opérationnelle de Starship sera équipée de hublots", a tenu à préciser Elon Musk dans un tweet.  Le patron de SpaceX prévoit un voyage autour de la Lune en 2023 et le départ d'une première mission habitée à destination de Mars au début de la décennie prochaine. 

Mais Elon Musk a toujours promis des calendriers hyper ambitieux qu'il n'a (presque) jamais respectés pour ses projets précédents. L'an dernier, il promettait notamment qu'un premier touriste ferait un tour de la Lune avant la fin 2018. Mais il pensait alors probablement utiliser pour cela la fusée Falcon Heavy, dont le premier lancement a eu lieu en février de cette année. Sans compter les imprévus. Au cours de la nuit du 23 au 24 janvier, les vents violents ont fait basculer le véhicule d'essai. Le patron de SpaceX a partagé sur Twitter une image montrant l'engin couché à l'horizontal sur le sol et recouvert d'une bâche. L'incident devrait conduire la compagnie à repousser le premier vol d'essai initialement prévu en mars. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter