VIDÉO - Sur Tinder, on peut matcher avec... le dernier rhinocéros blanc du Nord mâle

Sciences

LOVE, ETC. - Un rhinocéros sur Tinder, voilà un profil peu commun sur l'application mobile dédiée aux rencontres. Mais Sudan, 43 ans, ne cherche pas une partenaire, il souhaite sauver son espèce.

"Je ne voudrais pas être trop cavalier", explique Sudan dans la description de son profil, "mais l'avenir de mon espèce dépend de moi." Sudan est effectivement le dernier rhinocéros blanc du Nord mâle. Lorsque les utilisateurs de Tinder "matchent" avec l'animal, ils arrivent sur la page de dons de la réserve d'Ol Pejeta (Kenya). Le but : récolter des fonds pour financer une insémination articifielle.

Lire aussi

Si Sudan est le seul mâle de son espèce, il reste aujourd'hui deux femelles encore en vie : Satu, 17 ans et Najin, 27 ans. Le problème : ces deux femelles qui résident dans la même réserve que Sudan ne sont pas fertiles. Impossible donc de concevoir  une lignée de manière naturelle. Pour donner une chance de survie à l'espèce, les responsables du parc Ol Pejeta ont mis en place un ambitieux programme : "développer des techniques pour prélever des ovules des deux femelles, les développer, les fertiliser avec de la semence pour créer un embryon, le congeler et le conserver et enfin trouver une technique pour introduire cet embryon dans un rhinocéros blanc du Sud femelle", une espèce proche des rhinocéros blancs du Nord, détaille Richard Vigne, le directeur de la réserve. Coût de l'opération : près de 8 millions d'euros. En une journée, le coup de com' sur Tinder a déjà permis de récolter 3000 euros, c'est un début.

Lire et commenter