VIDÉO - Thomas Pesquet depuis l'ISS : "Je dors comme un bébé, c'est super agréable, on dort en flottant"

VIDÉO - Thomas Pesquet depuis l'ISS : "Je dors comme un bébé, c'est super agréable, on dort en flottant"

ESPACE - Plus de trois jours après son arrivée, Thomas Pesquet a donné ce mercredi à 15h10 sa première conférence de presse par téléphone depuis la Station spatiale internationale. Le spationaute livre ses premières impressions sur sa vie et son programme scientifique à bord du laboratoire spatial.

Premiers mots depuis l'espace. Le spationaute français Thomas Pesquet a contacté par téléphone ce mercredi à 15h10 (heure de Paris) le Centre des astronautes européens à Cologne (Allemagne) depuis la Station spatiale internationale (ISS). A l'occasion de cette conférence de presse , le Français a livré ses premières impressions sur sa vie à bord de l'ISS. "On s'est adaptés très vite, on n'a pas été malade du tout, tout le monde se sent hyper bien", raconte Thomas Pesquet.

Avec un petit désagrément, cependant : "Je suis un peu gonflé parce que l'afflux du sang et des fluides vers le cerveau, au lieu de tomber dans les jambes, mais c'est normal, ça va se résorber au bout de quelques semaines ou quelques mois", explique le jeune astronaute. Mais je vais tres bien. Je m'adapte. La Station est beaucoup mieux que ce que j'avais imaginé... C'est une nouvelle manière de travailler, plus confortable que sur Terre."

Toute l'info sur

Thomas Pesquet dans l'espace

Quand je cherche une paire de ciseaux, je leur demande, et ils me disent très précisément où elle se trouve.- Thomas Pesquet

Concernant la séparation avec ses proches restés sur Terre, le spationaute français dédramatise : "Je peux leur parler tous les jours, avec le téléphone IP. C'est comme un voyage d'affaires qui va durer 6 mois ! Et chaque week-end je vais pouvoir faire une vidéoconférence avec mes proches, pour leur faire découvrir l'ISS." Trois jours après son arrivée, le Français a déjà fort à faire : au programme, plus d'une centaine d’expériences à réaliser pendant les six mois qu'il passera à bord du laboratoire spatial.

Pour mener sa mission, l'astronaute a besoin d'utiliser du matériel, rangé dans les innombrables compartiments disposés dans les cloisons de la Station spatiale. Pour ne pas perdre trop de temps, il s'en remet au centre de contrôle : "Tous les compartiments de rangement ont un code-barre, recensé dans une base de donnée. Quand je cherche une paire de ciseaux, je leur demande, et ils me disent très précisément où elle se trouve. C'est assez phénoménal !"

Dans le Soyouz, on a passé beaucoup de temps à faire du Tetris en 3D, car l'espace est réduit.- Thomas Pesquet

Du temps, les passagers de la Station spatiale en consacrent aussi aux exercices sportifs : " On court sur un tapis roulant, mais qui est situé sur un mur, donc on court à l'horizontale!", explique Thomas Pesquet. "On soulève aussi des poids, mais les poids sont remplacés par un système d'air sous pression. C'est obligatoire parce que sinon dans l'espace on perd vite de la masse musculaire et on perd la forme. Le reste du temps : "Je dors comme un bébé, c'est super agréable, on dort en flottant."

Bizutage oblige ? Le  spationaute français raconte que deux jours après son arrivée dans l'ISS, il a fallu réparer les toilettes qui étaient hors d'usage... ce qui a pris une journée de travail. Ça sent un peu le bizutage. Thomas est revenu également sur le voyage à bord de capsule Soyouz, qui l'a conduit jusqu'à la Station spatiale internationale : "Dans le Soyouz, on a passé beaucoup de temps à faire du Tetris en 3D, car l'espace est réduit", plaisante-t-il.

Le judo m'a appris le respect, la patience, le goût du travail.- Thomas Pesquet

Interrogé sur son parcours scolaire et les sept années d'entraînement qui lui ont permis d'être sélectionné parmi plus de 8000 candidats, l'astronaute a préféré insister sur les valeurs acquises dans la pratique du sport, plutôt que sa formation d'ingénieur : "Le sport apprend à être un leader mais aussi un suiveur, à travailler en équipe. La persévérance. Le judo m'a appris le respect, la patience, le goût du travail." 

Lire aussi

    En vidéo

    Première journée dans la station spatiale internationale pour Thomas Pesquet

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    REVIVEZ - "Danse avec les stars" : Wejdene éliminée, Bilal Hassani arrive en tête du classement

    Rémy Daillet, figure des milieux complotistes, mis en examen pour association de malfaiteurs terroristes

    EN DIRECT - Covid-19 : une prime exceptionnelle de 400 euros pour les employés des restaurants universitaires

    Drogue au volant : l'étau se resserre sur les fumeurs de cannabis

    "Indemnité inflation" : Emmanuel Macron défend son refus de baisser les taxes sur le carburant

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.