124 victimes du terrorisme vont recevoir la médaille nationale de reconnaissance

Social

VICTIMES DU TERRORISME - Ce sera la première attribution collective de la Médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme depuis sa création, en 2016. Cette décoration a pour vocation "de rendre hommage à ceux qui sont tués, blessés ou séquestrés lors d'événements terroristes".

Emmanuel Macron a signé ce dimanche 4 novembre le premier décret collectif d’attributions de la Médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme. 

Pensée comme un "symbole de solidarité", cette médaille a été créée en 2016, à la suite des attentats survenus en 2015, qui ont fait 130 victimes et ont fait naître une grande émotion nationale. Elle sera remise par la grande chancellerie de la Légion d'honneur.

Une décoration pour les victimes du terrorisme ayant visé l'Etat français

Cette décoration particulière n’a pas pour objectif de récompenser des services rendus à la Nation - contrairement à la Légion d'Honneur - mais de reconnaître les victimes du terrorisme, dans un devoir de mémoire. Elle se situe au 5ème rang protocolaire des décorations, avant les décorations ministérielles. Elle est accordée aux Français tués, blessés ou séquestrés lors d’actes terroristes commis en France ou à l’étranger, ainsi qu'aux étrangers tués, blessés ou séquestrés lors d’actes terroristes commis en France ou à l’étranger contre les intérêts de la République française. Elle doit être demandée par la victime ou, en cas de décès, par sa famille.

Lire aussi

Une première récompense collective pour 124 victimes

Cette première promotion compte 124 personnes, ayant subi des attaques dans 21 événements terroristes survenus en France ou à l’étranger depuis 2011. Parmi les victimes décorées, 22 personnes sont décédées et 102 ont été blessées physiquement et/ou psychologiquement. Il y a 14 personnes étrangères - ayant été victimes d'attentat sur le sol Français - mais aussi sept mineures et six membres des forces publiques ou privées de sécurité et de défense. 

Les victimes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, et du 14 juillet 2016 à Nice sont les plus représentées. Certaines victimes, notamment celles de l'attentat de Charlie Hebdo, ne figurent donc pas dans cette promotion puisqu'elles avaient déjà été faites chevaliers de la Légion d’honneur avant la création de cette médaille.

Néanmoins, la Médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme peut être décernée de manière rétroactive à compter du 1er janvier 2006, d'autres victimes pourraient donc recevoir la décoration dans les années à venir, à titre posthume notamment, sur demande des proches. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter