Mobilisation, incidents, "Nuit jaune"... Ce qu'il faut retenir de l'"acte 11" des Gilets jaunes

Social
EN BREF - Mobilisation en légère baisse, plusieurs incidents en régions, une figure des Gilets jaunes blessée à l'oeil... On fait le point sur les événements marquants de ce onzième samedi de manifestation des Gilets jaunes.

Après onze semaines, les Gilets jaunes continuent de se mobiliser à travers le pays. Pour cet acte XI, samedi 26 janvier, ils étaient 69.000 manifestants à battre le pavé, selon le ministère de l'Intérieur. Un chiffre en légère baisse par rapport à la semaine dernière. Ils étaient alors 84.000, selon la même source. 


Ce comptage étant le seul disponible, il est largement contesté par les Gilets jaunes. Certains ont donc lancé leur propre façon de calculer le nombre de personnes mobilisées. Sur la page Facebook "Le nombre jaune", un bilan "provisoire" fait état de 87.700 manifestants, contre 86.000 au même moment la semaine dernière.

Quelques incidents en région

La mobilisation était encore une fois soutenue dans plusieurs grandes villes de France. Notamment à Toulouse et à Bordeaux, où les cortèges ont été émaillés de quelques incidents. La préfecture n’a cependant pas voulu communiquer de chiffres sur la mobilisation dans ces deux bastions de la contestation. Une première. Des heurts ont également éclaté à Dijon, Montpellier, Avignon, Nantes ou Évreux. 

- Bordeaux  : Une figure de la contestation a été interpellée dans la soirée, avant d'être entendue et remise en liberté. Maxime Nicolle a été brutalement interrompu en plein direct sur sa page Facebook. Celui qui s’est fait connaître sous le pseudo Fly Rider était venu manifester et avait décidé de répondre à l’appel d’une "Nocturne chez Juppé". Il s’était rassemblé vers 20h avec environ 200 manifestants lorsqu’il a été interpellé. L’homme "faisait partie d'un attroupement à qui il a été donné l'ordre de dispersion. Malgré cet ordre, il est resté et a incité les autres à faire de même", selon la préfecture. Dans l’après-midi, ce sont environ 5000 personnes qui ont défilé d'après les estimations de plusieurs médias, dont l'AFP. 49 autres personnes ont été interpellées, selon la préfecture.


- Toulouse : Plusieurs milliers de Gilets jaunes ont aussi manifesté à Toulouse où plusieurs incidents ont eu lieu, tels que la dégradation des vitrines d’une banque ou la casse de mobilier urbain. Dix personnes ont été interpellées et une personne est blessée, selon un bilan provisoire de la préfecture. Lors du dixième "acte", la ville avait enregistré un record de participation avec plus de 10.000 Gilets jaunes. 


- Évreux : Quelques tensions ont éclaté à Évreux à la mi-journée, où environ 800 Gilets jaunes étaient mobilisés, selon les forces de l'ordre. Vers midi, des manifestants ont lancé des projectiles et incendié des poubelles à proximité du commissariat avant d'être dispersés par des tirs de gaz lacrymogènes. Plus tard, certains sont arrivés à pénétrer dans les locaux de la police municipale avant d'être délogés par les agents nationaux. Simultanément, il y a eu quelques feux de poubelles et de véhicules vers l'Hôtel de ville. Deux personnes ont été interpellées, selon un bilan provisoire. 


- Mans : Au Mans, dans la Sarthe, les vœux de Stéphane Le Foll ont été perturbés par des Gilets jaunes qui ont forcé l’entrée du palais des Congrès. En tout, 300 manifestants étaient dans les rues de la ville. 

Une figure des Gilets jaunes blessée

Jérôme Rodrigues, figure appréciée du mouvement, a été blessé à l'œil sur la place de la Bastille, à Paris. Très influent sur les groupes Facebook, il est l’un des proches d’Éric Drouet. Il était en plein direct sur sa page lorsqu’un projectile lancé par les forces de l’ordre l’a atteint.  Le groupe "La France en colère!!!", a réagi dans un communiqué demandant une "sanction pénale lourde" à l’encontre des responsables du tir. Le collectif appelle désormais à ce que le mouvement s’unisse pour rendre hommage à Jérôme Rodrigues. "Organisez-vous plus que jamais, laissez vos querelles de côtés."

La préfecture de police, qui n'a pas souhaité confirmer l'identité du blessé, évacué par les pompiers et hospitalisé, a annoncé sur Twitter avoir saisi l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) "afin que soient établies les circonstances dans lesquelles cette blessure est intervenue". À Paris, les Gilets jaunes étaient 4000 selon la préfecture contre 7000 samedi dernier.

La Nuit jaune écourtée

Certains Gilets jaunes avaient appelé à continuer la mobilisation dans la soirée  en organisant une "Nuit jaune". Déclarée en préfecture, et autorisée jusqu'à 22h, elle promettait une ambiance bon enfant avec des merguez et une fanfare. Mais la nuit aura été de courte durée. La place a rapidement été évacuée par les forces de l'ordre, répondant à des feux de poubelles  à coups de gaz lacrymogène, canon à eau et grenades de désencerclement. Un face-à-face avec des forces de l'ordre a ensuite eu lieu dans un café sur la place de la République, où était organisé l'événement. Certains Gilets jaunes tentaient de se servir des chaises et des tables de l'établissement pour fabriquer une barricade.


Selon les Gilets jaunes, qui se sont eux mêmes comptés, ils sont 1.500 à participer à cette première "Nuit jaune" dans la capitale. 

Sur Twitter, un journaliste du Parisien spécialisé dans les questions de police et justice, a cité un CRS déclarant avoir "eu ordre de dispersion de la place à 19h".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter