Gilets jaunes, Marche du siècle, Marche des solidarités, forains : à quoi s'attendre ce samedi à Paris ?

Social
MANIFESTATIONS - En plus du dorénavant traditionnel cortège des Gilets jaunes, la Marche du siècle et la Marche des solidarités sont elles aussi dans les rues de Paris ce samedi. Alors à quoi s'attendre pour ce dix-huitième "acte", qui pourrait être particulièrement mobilisateur ?

Certains promettent une marche"historique", quand d'autres posent un "ultimatum". Ce samedi 16 mars, la capitale sera le lieu de plusieurs luttes. Entre la Marche du siècle qui alerte sur l'urgence climatique, celle des Solidarités qui se révolte contre les violences policières et, comme habitude désormais, "l'acte 18" des Gilets jaunes, on fait le point sur ce qui est prévu à Paris ce 16 mars.

Les gares et l'Élysée visés par un "ultimatum" des Gilets jaunes

Comme tous les samedis désormais, les Gilets jaunes battront le pavé de la capitale. Mais cette fois-ci, plus de division. Tous les porte-voix du mouvement ont appelé à se rendre à Paris pour ce qui est présenté comme un "ultimatum". Il demande à arrêter les "manifestations déclarées au cortège totalement nassé" pour "monter en puissance". Dans les rangs, on espère que cette date sera charnière. Attendu depuis plus de trois semaines, cet "acte 18" sera l'un des plus "importants" depuis le 17 novembre aussi bien selon Éric Drouet que Maxime Nicolle, deux des figures influentes du mouvement. 


Sur Facebook, l'événement comptabilise 6500 inscrits , c'est cinq fois plus que la semaine dernière, pour 17.000 intéressés, soit deux fois plus que le précédent "acte". Un regain de participation notamment due à la réponse des Gilets jaunes en région. On trouve par exemple sur le réseau social un "acte 18 la grande Normandie descend à Paris", un "ultimatum Bourgogne-Franche-Comté à Paris" ou encore "l'Aquitaine envahit Paris". De quoi laisser penser que dans les "bastions", en région, les rangs de Gilets jaunes devraient être clairsemés.

Entre covoiturages et hébergements, plusieurs groupes appellent à se rendre dans la capitale pour une action coup de poing. Alors pour s'organiser, chacun aura un lieu de rendez-vous bien précis à Paris. Dès 10h, ils se réuniront  sur le parvis de la Gare Saint-Lazare pour les régions d'Ile-de-France et du Centre, sur celui de la Gare du Nord pour les régions du Nord et de l'Est, évidemment à Montparnasse pour les régions de l'Ouest et pour celles du Sud, ce sera sur la Place du Châtelet. Et où convergeront-ils? Les avis divergent. Dans un direct partagé mardi soir, Maxime Nicolle préfère garder le suspense. "Je ne diffuserai absolument aucune information sur les horaires et lieux de rendez-vous",  prévient le Gilet jaune, estimant que cela "facilite le travail de l'État". Éric Drouet quant à lui donne rendez-vous, comme chaque semaine, sur les Champs-Élysées. Et pour ceux qui sont à l'initiative de l'événement, le lieu a été annoncé jeudi dans l'après-midi : ce sera direction le 55, rue du Faubourg-Saint-Honoré pour "faire le siège de l'Élysée".

Trois cortèges pour la Marche du siècle

140 associations  appellent à se mobiliser ce samedi dans la capitale pour demander plus de justice climatique et sociale. Un premier cortège, composé notamment des membres du collectif l’Affaire du Siècle, qui a déposé un recours administratif contre l’État ce jeudi, partira de la place du Trocadéro, toujours à Paris, dès midi. Dans les rangs se trouveront également des Gilets jaunes dont Priscillia Ludosky, qui a cependant indiqué qu'elle fera "des allers-retours entre les cortèges" et François Boulo. Une convergence des luttes clairement assumée. Maxime Nicolle juge lui-même juge que l'écologie est "importante". "On ne peut pas continuer à détruire une la planète", indiquait-il au micro de Brut ajoutant que le principal coupable était le "système capitaliste et libéraliste". 

D'autres militants climatiques se retrouveront au Parc Monceau dès 11H, avec des "animations pour les familles" afin de sensibiliser sur la question de la biodiversité. Un éparpillement des militants à travers la capitale qui devraient cependant tous se retrouver sur la Place de l’Opéra à 15h. Avant de se rendre à République où aura lieu un concert à partir de 17h30. Seront présentes de nombreuses célébrités, qui ont fait du dérèglement climatique leur fer de lance, telles que Marion Cotillard et Cyril Dion.

Un #ActeCommun avec la Marche des solidarités

Les cortèges de la Marche du siècle ne seront pas les seuls à se rejoindre sur la place de la Nation, à Paris. L'ancienne Place du Trône sera la théâtre d'une rencontre entre les militants pour le climat et ceux de la Marche des solidarités. Une jonction préparée et voulue par les organisateurs des deux camps, pour qui les différentes luttes se "complètent". "Nous serons ensemble face à l'oppression et la répression", promettent ainsi plus de 100 collectifs dont des représentants de sans-papiers, d’associations de victimes de violences policières des associations des quartiers populaires. Car pour eux, les problématiques soulevées par la contestation actuelle "existent depuis 40 ans dans les banlieues". L'objectif de la Marche des Solidarités, qui partira de la Madeleine à 13h12 pour rejoindra Stalingrad, est donc de "lutter contre le racisme d’État et les violences policières", dans un "contexte où elles s'étendent de plus en plus à toute la société".

Une revendication évidemment saluée du côté des Gilets jaunes, qui dénoncent les agissements de membres des forces de l'ordre depuis "l'acte 12". Certains d'entre eux ont donc fait savoir qu'ils seraient présents pour cette marche, et notamment le groupe des Gilets jaunes de Rungis. Représenté par Adel lors d'une conférence de presse commune mardi dernier, ils estiment que "ce que subissent les Gilets jaunes, ça fait quarante ans qu’on le subit dans les quartiers populaires." Les revendications seront donc multiples samedi, et dispersées à travers la capitale. Cependant un "Acte commun" est organisé à 15H.  

Opération escargot pour les forains

L'accès va être compliqué à la capitale. Pas forcément en raison des mobilisations ci-dessus. Des organisations de forains ont également appelé à se mobiliser, avec des opérations-escargots un peu partout en France et notamment sur le périphérique parisien, pour dire non à l'ordonnance du 19 avril 2017. Celle-ci les oblige à répondre aux appels d'offre des mairies pour obtenir un emplacement dans les villes. 

En vidéo

"On est frère des Gilets jaunes" : les forains se rallient aux Gilets jaunes

Dans une vidéo publiée sur Facebook, Marcel Campion, figure médiatique du monde forain, estime ainsi qu'elle a pour objectif de les "exterminer". Il indique qu'il sera à Paris où seront mobilisés "300 ou 400 véhicules" dans la matinée. Et à partir de 15h, il invite les Parisiens à se rendre sur le Cour de Vincennes. "Il y aura un podium, on va faire la fête", promet-il.

Les forces de l'ordre mobilisées en nombre

Le ministère de l'Intérieur, qui se dit "vigilant" face à une recrudescence attendue de la mobilisation, remet en place un dispositif de sécurité similaire à ceux du début du mois de décembre. Au total, 80.000 policiers et gendarmes seront déployés, dont 5000 à Paris, où seront aussi mobilisés six véhicules blindés à roues de la gendarmerie (VBRG). À noter par ailleurs que deux de ces VBRG seront également prépositionnés à Toulouse, où de nombreux heurts ont émaillé les manifestations des semaines précédentes. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter