Nice bouclée, Gilets jaunes éparpillés et Sentinelle mobilisée : à quoi s’attendre pour l'acte 19?

Social

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

MANIFESTATIONS - Nice, Montpellier, Paris,... Les appels à converger vers une seule ville ce samedi sont nombreux sur les groupes Facebook. Mais en raison des nombreux arrêtés préfectoraux, le flou autour du 19e "acte" des Gilets jaunes persiste.

Alors que les annonces du gouvernement ont été nombreuses suite au dernier "acte" des Gilets jaunes, ce n’est pas le cas des manifestants. Si deux figures historiques du mouvement ont promis un autre "très gros événement" dans les trois prochaines semaines, le flou persiste autour de ce qui est prévu pour l’"acte" 19 ce samedi 23 mars. Des "rassemblements nationaux" ont été lancés dans plusieurs régions alors qu’à Paris le rendez-vous est donné au Trocadéro. On fait le point. 

Lire aussi

De nombreux appels "nationaux"

Pour savoir où se mobilisent les Gilets jaunes, il faut habituellement attendre les annonces des personnalités les plus influentes. Sauf que, cette semaine, ni Maxime Nicolle ni Eric Drouet n’ont partagé de lieu de manifestation. Ainsi, si celui qui s’est fait connaître sous le pseudo Fly Rider a promis dans un "live" ce mercredi 20 mars qu’il sera " tous les week-ends" dans les cortèges pour "manifester [son] mécontentement" il n’a pas dit où ni quand. Dans un post Facebook vendredi après-midi, il a publié une photo de lui dans le train en compagnie d'Etienne Chouard, promoteur du RIC, "en route pour l'atelier" alors qu'il se rendait à Lille. De son côté, Éric Drouet a estimé au micro de Brut samedi dernier que lui, "comme beaucoup", arrêteront les marches. Ajoutant, ironique : "Les marches ça ne marche pas." Quelques événements ont toutefois été partagés, notamment en région.

L'un d'eux propose de passer " l’acte 19 sous le soleil de Nice !" Les organisateurs profitent de l’arrivée du printemps pour proposer un rendez-vous sur la Côte d'Azur afin de "rencontrer le président". Emmanuel Macron est en effet attendu dans la capitale des Alpes-Maritimes ce week-end, où il doit rencontrer le président chinois Xi Jinping. Au courant de cet appel, le maire de la ville, Christian Estrosi (LR)  a demandé en début de semaine d'interdire tout rassemblement. Une requête acceptée par le gouvernement. Un périmètre a donc été bouclé par arrêté préfectoral. Selon Nice Matin, il s’agit de l'hyper-centre, de la Promenade des Anglais et de la Plaine du Var. 

Plusieurs autres "appels nationaux" ont donc été lancés dans la foulée. À Montpellier, on propose un "appel régional et national" sur la place de la Comédie à partir de 14h. Tout comme à La Rochelle où les organisateurs veulent "redonner le surnom de [leur] ville : La Rochelle belle et rebelle-toi !!!!"  Comme chaque semaine un événement est aussi prévu à Lyon à partir de 14h. Et Priscillia Ludosky sera à Lille, sur la place de la République, où l’événement s’intitule "Acte 19 : Nos yeux valent moins que la vitrine du Fouquet’s" en référence au saccage de ce restaurant luxueux le samedi 16 mars à Paris et afin de demander à la maire de la ville, Martine Aubry (PS) de "prendre un arrêté municipal interdisant l’usage du LBD".

À Paris le retour des cortèges déclarés

Outre Nice, des arrêtés préfectoraux ont également été pris dans les trois bastions de la contestation : Bordeaux, Toulouse et Paris. Car dans la capitale, et ce malgré l’interdiction de se mobiliser sur les Champs-Élysées et sur ses abords, quelques Gilets jaunes comptent quand même battre le pavé. Plusieurs événements pacifiques sont prévus, sans qu’aucun ne dépasse le millier de "participants". Pour comparer : ils étaient 6500 inscrits pour le précédent "acte" dans la capitale. "On Retourne A Paris !" proposent certains, sans donner de lieu précis, quand d’autres appellent à un deuxième sit-in au Trocadéro. A l’initiative de ce dernier, le collectif "Décla ta manif" en charge des dernières marches qui ont eu lieu dans la capitale en février. Quatre parcours ont ainsi été déclarés en préfecture à ce stade. 

Mais un autre événement sur Facebook est plus inquiétant. Intitulé "Gilets Jaunes Acte 19 : La guerre est déclarée" il appelle à se rendre sur les Champs-Élysées, pourtant interdits, tout comme ses abords. 

En plus des 4700 forces de l’ordre qui seront mobilisées, les militaires du dispositif Sentinelle, ont été appelés en renfort. 

Le flou avant le regain de mobilisation ?

Si l'issue de cet "acte" reste incertaine, c'est aussi car les Gilets jaunes des groupes Facebook désirent réitérer le 18ème "acte", à savoir tous se réunir dans une seule ville. Ainsi, pour le 13 avril, deux événements existent d’ores et déjà : "Rassemblement historique à Toulouse pour une nouvelle démocratie" et "Toulouse capitale nationale des Gilets jaunes". 

Dans une vidéo publiée lundi soir, Maxime Nicolle a d’ailleurs appelé à suivre cette volonté là en organisant un 22e samedi dans la Ville rose.  La dernière fois que cette figure populaire du mouvement s’était rendue sur la place du Capitole, la ville avait connu un record de mobilisation. 

Lire et commenter