Gilets jaunes : à Paris, une septième journée placée sous le signe de la défiance envers les médias

Social
DÉFIANCE - Pour la première fois depuis le début du mouvement, la mobilisation s'est concentrée autour des principales rédactions parisiennes. Les Gilets jaunes se sont rassemblés ce samedi 29 décembre devant les locaux de BFM TV et France Télévisions pour dénoncer le traitement médiatique qui leur est réservé.

C'est la nouveauté de cet acte VII du mouvement des Gilets jaunes. Si, à Paris, la situation était relativement calme ce samedi 29 décembre, les Champs-Élysées ayant été laissés ouverts à la circulation, bien que légèrement perturbés en fin de journée, la mobilisation s'est essentiellement concentrée autour des sièges des différents médias parisiens, accusés de "désinformation". 


À l'appel d'Éric Drouet, figure des Gilets jaunes, un groupe de plusieurs centaines de protestataires se sont retrouvés devant les locaux de BFM TV, dans le XVe arrondissement, en début d'après-midi. Sur place, un important dispositif de sécurité était en place pour canaliser les manifestants, venus pour dénoncer le traitement médiatique fait au mouvement. Ils ont crié plusieurs slogans hostiles au monde de la presse, tels que "BFM Fake News" ou "Journalistes collabos !".

La protestation s'est poursuivie devant le siège de France Télévisions, à Balard. Des heurts ont éclaté entre les manifestants et les forces de l'ordre, conduisant à plusieurs interpellations. Pour finir leur tournée des médias parisiens, certains Gilets jaunes se sont rendus devant les locaux d'Europe 1. D'autres protestataires se sont, eux, déplacés jusqu'au siège de Radio France, où un des manifestants a arraché le drapeau européen "sous les vivats de ses camarades", rapportait une journaliste de la station.

En début de soirée, la confusion a basculé vers le boulevard de Grenelle. Plusieurs voitures ont brûlé devant l'entrée du journal le Parisien, dans le XVe arrondissement, sans que les immeubles alentours soient touchés.  Ce "feu conséquent" serait parti d'un véhicule avant de se propager à sept autres voitures à proximité et à une moto, a précisé un porte-parole des pompiers. "Mais il est trop tôt pour dire si c'est accidentel ou volontaire", a-il ajouté. Les autorités n'ont pas fait dans l'immédiat de lien avec la manifestation des Gilets jaunes, dont plusieurs groupes ont défilé dans ce quartier dans la journée.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter