Agnès Buzyn veut préparer les professionnels de la santé à un éventuel épisode caniculaire durant l'été

Social

CANICULE - Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la Santé réunissait les acteurs de la santé, ce mardi 18 juin, pour faire "un état des lieux des ressources et moyens mobilisés" pour faire face à un éventuel épisode de canicule, cet été.

La ministre de la santé l'avait annoncé la semaine dernière : elle allait réunir "toutes les parties prenantes" pour préparer une éventuelle canicule, cet été. Une réunion qui intervient dans un contexte social tendu entre le ministère et les services d'urgences, agités par des mouvements de grève depuis trois mois. 

Ce mardi 18 juin, Agnès Buzyn recevait donc des personnels hospitaliers, des Ehpad, des services de secours ainsi que des mairies et des personnels d'associations pour faire "un état des lieux des ressources et des moyens mobilisés et de poursuivre les travaux engagés depuis plusieurs semaines"pour répondre aux situations de canicule estivale. Le dispositif Plan national canicule, mis en place depuis l’été 2003 est activé depuis le 1er juin et le sera jusqu’au 15 septembre. 

"Faire face aux situations de tension"

Ce mardi 18 juin, Agnès Buzyn a rappelé que l'enveloppe de 15 millions d'euros annoncée la semaine dernière, lors de la réunion de crise qui s'est tenue au ministère en présence des syndicats et des soignants, allait être "immédiatement mise à disposition" des établissements de santé "pour leur permettre de faire face aux situations de tension, notamment dans les services d’urgences", explique le communiqué du Ministère. 

"Les Agence régionales de santé (ARS) ont d’ores et déjà été sollicitées pour identifier les besoins des établissements en termes de lits d’hospitalisation, garantir le fonctionnement des lignes des SMUR et prendre en compte les surcroîts d’activité", précise celui-ci. Aucun chiffre n'a pour le moment été communiqué par le ministère. "Tout au long de la période estivale, la ministre a demandé aux directeurs généraux des ARS de lui remonter en temps réel la situation des services d’urgences et le nombre de lits ouverts", dit encore le communiqué. 

Voir aussi

"Le même plan tous les ans"

La semaine dernière, Agnès Buzyn avait annoncé, au cours d'une réunion qui s'était tenue au ministère, le déblocage de 70 millions d'euros pour "apaiser" la colère des soignants. La ministre de la Santé a proposé une enveloppe de 15 millions d'euros pour permettre "aux services d’urgences en tension" de "renforcer leurs effectifs paramédicaux durant la période estivale et de maintenir ainsi un maximum de lits ouverts". Or selon les chiffres communiqués ce lundi 17 juin par le collectif InterUrgences, cette enveloppe ne correspondrait qu'à "une personne de plus par service d'urgences durant 60 jours". Loin des 10.000 postes demandés, donc. 

Lorsque nous avions rencontré des soignants mobilisés la semaine dernière, certains d'entre eux avaient émis quelques doutes quant à son efficacité. "Le plan canicule, c’est le même que tous les ans et ça ne marche pas. La réunion qui se tient pour préparer ce plan, arrive trop tardivement, il y a des lits qui ont commencé à fermer. On sera peut-être un peu mieux que les étés d’avant mais …", expliquaient-ils à LCI. 

La canicule de l'été 2018, deuxième plus chaud de l'histoire de France,  avait provoqué environ 1.500 morts de plus qu'un été normal, soit 10 fois moins que la canicule terriblement meurtrière de 2003 et également moins que les autres épisodes caniculaires des dernières années, selon la ministre.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter