VIDÉO - "Aucun élément" ne permet de dire que Jérôme Rodrigues a été touché par un tir de LBD, selon Laurent Nuñez

Social

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

GILETS JAUNES - Le secrétaire d'Etat à l'Intérieur est revenu dimanche sur LCI sur la grave blessure à l’œil de Jérôme Rodrigues. Invité de "En toute franchise", Laurent Nuñez a affirmé qu’il n’y avait pour le moment "aucun élément" permettant de dire que cette figure des Gilets jaunes a été touchée par un tir de LBD samedi sur la place de la Bastille.

"Au moment où je vous parle, je n'ai aucun élément me permettant de dire qu'il y a eu usage d'un lanceur de balle de défense à cet endroit-là." Ce dimanche 27 janvier sur LCI, Laurent Nuñez a répondu aux accusations de Jérôme Rodrigues, qui estime avoir été touché par un tir de cette arme lors du onzième "acte", samedi à Paris. Si le secrétaire d'Etat à l'Intérieur n’a pas totalement écarté cette possibilité, il a détaillé les circonstances dans lesquelles a été blessée cette figure appréciée et influente des Gilets jaunes.

Lire aussi

Sur le plateau de LCI, Laurent Nuñez a d’abord exposé le contexte dans lequel le Gilet jaune a été confronté aux forces de l’ordre à Bastille. "Des militants ultra-violents s'en prenaient aux forces de l'ordre, ce qui a conduit la préfecture de police à isoler ces manifestants violents sur la place de la Bastille pour protéger le reste du cortège, qui à ce moment-là était en amont sur le boulevard." Lorsque Jérôme Rodrigues débute sa vidéo, les policiers étaient donc en pleine action afin d’encercler les lieux et contenir les manifestants pour qu’ils restent loin des altercations. La "manœuvre" des forces de l’ordre consiste ensuite à "dégager peu à peu la place de la Bastille", explique le secrétaire d'Etat. C’est à ce moment-là que la figure des Gilets jaunes est arrivée. "M. Rodrigues se rend ensuite sur la place, et il va à l'endroit où nos policiers essaient de disperser les casseurs et d'en interpeller." 

Laurent Nuñez, qui a tenu à "saluer" le père de famille toujours hospitalisé, est également revenu sur les premières informations dont il dispose. "Ce que je sais, c'est qu'il y a eu 32 tirs [de LBD ndlr] au total sur la journée d'hier", a-t-il précisé, avant d’assurer qu’ils ont "tous été filmés" et qu’ils n’avaient eu lieu que "dans les endroits où il y a eu des violences". 

Laurent Nuñez a, en revanche confirmé l'utilisation d'une grenade de désencerclement au moment où le Gilet jaune a été blessé, en s'appuyant sur le rapport d'un policier ayant lancé ce projectile. "Le policier a projeté une grenade de désencerclement dans le périmètre où se trouvait M. Rodrigues", a-t-il indiqué, expliquant que l’agent des forces de l’ordre a produit un rapport à sa propre initiative.

Deux enquêtes, dont une judiciaire, ont été ouvertes après cette blessure, dont les investigations ont été confiées à l'Inspection générale de la Police nationale (IGPN). Le secrétaire d'État a assuré que "des investigations minutieuses vont être menées pour déterminer ce qu'il s'est passé, avec des auditions et une exploitation de la vidéoprotection de la ville de Paris."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter