Baccalauréat : des syndicats d'enseignants menacent de faire la grève de la surveillance pour protester contre la réforme du lycée

Social

PERTURBATIONS - Les épreuves de français et de philosophie qui ouvrent traditionnellement la semaine du baccalauréat pourraient être perturbées par une grève des enseignants. Ils s'opposent aux réformes du bac et du lycée, indiquait le principal syndicat des professeurs du secondaire, le Snes-FSU, la semaine dernière.

Les épreuves de français et de philosophie pourront-elles se dérouler dans un climat serein pour les élèves ? Une intersyndicale formée par la CGT, le Snes FSU et le SNALC, ainsi que les collectifs des stylos rouges appellent à une grève le premier jour du baccalauréat, le 17 juin prochain. 

Réunis ce mercredi 29 mai pour faire le point sur une consultation menée en interne, les syndicats sont tombés d'accord et appellent leurs collègues à s'opposer à la réforme du bac et du lycée, en faisant la grève de la surveillance lors des épreuves. Le Snes-FSU avait lancé une consultation auprès de ses adhérents pour savoir s'ils seraient prêts à se mettre en grève le 17 juin, date de la première journée des épreuves écrites du bac avec la philo. 12% d'entre eux y ont répondu favorablement. 

Voir aussi

Hormis les épreuves de philosophie, "les épreuves écrites de français ainsi que la première journée du brevet du collège, le 27 juin, pourraient être concernées", a précisé Frédérique Rolet, secrétaire générale du syndicat. Les académies "les plus impliquées" sont celles de Montpellier, Toulouse et Créteil, selon la responsable syndicale. 

"Ce sont des modalités exceptionnelles", déclare Frédérique Rolet, indiquant que le précédent appel à la grève pour des épreuves de bac datait d'il y a 15 ans. "Si on en arrive là, c'est que la situation est très grave. Les réformes du bac et du lycée posent de gros problèmes, on a des suppressions de postes et rien ne se passe côté négociations salariales. On a un ministre (Jean-Michel Blanquer, NDLR) qui n'écoute pas", a-t-elle encore dit.

Décider à perturber les épreuves du bac est difficile pour les enseignants, ajoute Mme Rolet. "Les professeurs travaillent toute l'année en vue de ce bac", souligne-t-elle. "Mais nous sommes très en colère, et puis rappelons-nous que le bac lui-même est menacé", avec la réforme de cet examen qui ramène à quatre les épreuves écrites de fin d'année de Terminale. L'UNSA et la SGEN-CFDT n'appellent quant à eux, pas à la grève. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter