Cagnotte pour les Gilets jaunes blessés : où est passé l’argent récolté par Eric Drouet ?

Social

Toute L'info sur

À la loupe

MAGOT - Alors que la cagnotte d'Eric Drouet est close depuis cinq mois, les Gilets jaunes blessés à qui elle devait venir en aide n'ont toujours pas touché un seul centime. Interrogé par LCI, le cabinet d'avocat qui représente l'association en charge du dossier indique que les quelques 150.000 euros récoltés depuis le mois de janvier sont toujours bloqués, notamment pour des raisons fiscales.

"Mais où est l’argent récolté par la cagnotte d’Eric Drouet ?" Cinq mois après la clôture de la collecte "officielle pour les blessés Gilets jaunes", certains membres de ce mouvement de contestation se posent toujours la question. Car cinq mois après sa clôture sur PayPal, les fonds n’ont toujours pas été débloqués. Contacté par LCI, le cabinet d’avocat qui représente l’Agora de Lutèce – l’association en charge – assure que des dons seront envoyés avant la fin octobre. 

Voir aussi

"On veut des réponses !!!"

Le 1er juillet, nous écrivions que c’était la fin de cette "saga". A ce moment-là, l’instigateur du premier "acte", devenu figure du mouvement, annonçait dans un communiqué que L'Agora de Lutèce s’occupera des 150.405 euros récoltés grâce à la cagnotte lancée en janvier. Il avait ainsi fait taire la polémique. Mais depuis, silence radio. Jusqu’au 19 août, où Cynthia, membre du collectif "Les mutilés pour l’exemple", a organisé un live sur Facebook afin de répondre aux critiques autour de cette association. En compagnie de la vice-présidente, Mathilde Bidard, elle revient sur cette équipe "formidable" qui fait tout pour "aider" les blessés. Problème : mise à part estimer qu’il est "normal que les gens se posent des questions", et annoncer une "soirée dansante" en solidarité avec les personnes blessées, la vice-présidente élude un bon nombre de questions, restées sans réponse.

De quoi relancer le débat. Et engendrer une multitude de théories. Certains accusent ainsi Eric Drouet d’avoir pris l’argent pour partir en vacances, photos de sa femme et lui à l’appui, quand d’autres pensent qu’il s’en est servi pour acquérir une nouvelle voiture. Un individu va, lui, encore plus loi, criant à l’"arnaque" et à la "fraude". Sur sa chaîne YouTube, il s’en prend au routier de Melun depuis deux semaines, et menace de l’emmener devant la justice. "Moi je ne vais pas te lâcher", menace celui qui se dit proche des Gilets jaunes constituants, un groupe anti-euro, Europe et Otan, qui estime même que Maxime Nicolle fait partie de la Franc-maçonnerie.

Si ces dernières inquiétudes semblent loufoques, celles des généreux donateurs et des blessés restent "légitimes". C’est en tout cas ce qu’indiquent les avocats de l’association en charge de la cagnotte. Auprès de LCI, le cabinet Bourdon et associés explique que L’Agora de Lutèce "entend parfaitement les attentes qui pèsent sur elle" et avoue volontiers que "les choses prennent du temps". Cependant, les avocats se veulent rassurants et assurent que, grâce à la "détermination" des acteurs, une distribution des sommes aura lieu "au plus tard dans le courant du mois d’octobre".

Dernier obstacle : l'aspect fiscal

D'après leurs explications, le rôle de Me Brengarth et Me Bourdon est d’accompagner l’association dans ses démarches afin d’encadrer juridiquement le transfert de la cagnotte dans cette situation "totalement inédite". Et ce en raison du "nombre de donateurs", 8006 participations, selon PayPal, et la somme, qui avoisine les 150.000 euros. De quoi provoquer des problèmes fiscaux, désormais "en cours de finalisation" en raison de la collecte, directement liée au compte d’un particulier, à savoir celui d'Eric Drouet. Les avocats disent donc devoir encore attendre la "confirmation définitive et officielle", notamment de la part de Bercy, qu’un transfert "direct" de la plateforme PayPal aux comptes de l’association est possible.  

C’est d’ailleurs ce qu’avait déjà tenté d’expliquer Eric Drouet fin juillet. Dans une réponse envers les "médisants", il disait sur Facebook vouloir faire en sorte que la cagnotte soit reversée "directement sur le compte de l'association", précisant que cette démarche était "très longue".

Il faudra choisir certains dossiers plutôt que d’autres- Cabinet Bourdon et associés

Autre rôle du cabinet Bourdon, celui d’aider l’association à définir les modalités de redistribution de la somme et le montant de l’aide apportée à chaque personne éligible. Celles-ci restent encore "à prévoir" d’après les avocats. "Si le montant de la cagnotte peut paraître significatif, il est finalement assez dérisoire par rapport au nombre de personnes potentiellement concernées", indique-t-il. Avec 2500 blessés dans les rangs des Gilets jaunes, selon l'Intérieur, seuls 60 euros seront reversés par personne, si le partage est totalement égalitaire. L’association avance donc qu’il ne faut pas que les sommes soient "distribuées aléatoirement". Un certain nombre de vérifications devront être réalisées, posant dès lors la question du secret médical. 

Quoi qu’il en soit, il faudra choisir "certains dossiers plutôt que d’autres" pour que les aides soient "efficaces" et non pas "uniquement symboliques". Ces décisions d’attribution des bourses d’aide seront prises à main levée à la majorité des 2/3 des membres présents ou représentés. Un processus qui prend du temps, et qui risque de faire quelques déçus. Le cabinet prévient d'ores et déjà que "tous ne pourront pas bénéficier de la cagnotte". Sauf évidemment si d’autres dons permettent de renflouer les caisses.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter