Gilets jaunes : fin du suspense autour de la cagnotte pour les blessés lancée par Eric Drouet

Social

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

DERNIER ÉPISODE - Eric Drouet annonce dans un communiqué publié ce lundi que l’association L'Agora de Lutèce s’occupera des 150.405 euros récoltés grâce à la cagnotte lancée sur PayPal en janvier pour aider les Gilets jaunes blessés. Une façon de mettre un terme à plusieurs mois de polémique.

C’est la fin d’une saga de plusieurs épisodes. Alors que la cagnotte "officielle pour les blessés Gilets jaunes" était clôturée depuis le 30 mars dernier et affichait plus de 150.000 euros au compteur, le doute persistait autour de l'utilisation de cette somme. Un mystère résolu ce lundi 1er juillet. Sur sa page "La France énervée", Eric Drouet a annoncé qu’il reviendrait à l’association L’Agora de Lutèce de s'en occuper.

Lire aussi

Cette annonce confirme celle fait le 3 mai, lorsqu’il indiquait que cette association allait s’occuper du magot. Sauf que, depuis, les choses traînaient. Car, comme le note le communiqué de presse, cette levée de fonds avait fait l’objet "d’un certain nombre de spéculations". 

Ainsi, dès le mois de mars, la page "France blessée" disait n’avoir "rien reçu à ce jour des différentes cagnottes". Et elle ciblait explicitement Eric Drouet, lui demandant des comptes. Une situation qui n’a eu cesse de s’envenimer. Pour y répondre, celui qui en est l'initiateur a multiplié les annonces bancales dans des "lives", disant qu’il voulait faire appel à un notaire, puis à une association déjà existante, puis qu'il voulait en créer une… 

Une situation confuse qui a préoccupé plusieurs membres du mouvement. Parmi eux, Antonio Barbetta, à l'initiative de la "marche blanche" organisée à Paris. Face aux angoisses qui s'exprimaient, cette figure des Gilets jaunes blessés a commencé à critiquer de façon virulente le "manque de réponses" autour des 150.405 euros récoltés. Une colère qui l’a même poussé à créer une chaîne YouTube nommée "T’es grillé", désormais supprimée, dans laquelle il passait son temps à discréditer le routier de Melun.

Nous n’avons rien à cacher- Céline Blancart, à la tête de l'Agora de Lutèce

Une passe d’armes entre les deux hommes qui n’a jamais cessé et qui a beaucoup divisé dans les groupes de Gilets jaunes. Raison pour laquelle l’association défend désormais une méthode douce. Outre ce communiqué, l’Agora de Lutèce a créé un compte Twitter sur lequel elle a partagé ses statuts. C’est ainsi qu’on découvre qu’ils ont été modifiés samedi dernier. Contrairement à la précédente déclaration en préfecture, celle-ci comporte l’expression "Gilet jaune".

Derrière cette stratégie de la transparence, la volonté de déconstruire les "usurpations absurdes", comme nous le confie la personne qui en a la charge, Céline Blancart. De quoi montrer que son collectif n’a "rien à cacher". Alors comment sera partagée cette somme ? L’association ne préfère pas répondre pour le moment. "On va laisser les gens accueillir l’annonce", nous explique ainsi Céline Blancart. Dans un live sur Facebook, celui qui s’occupe de sa communication assure cependant que "tout sera éclairci" pas à pas. Et que les dons aux blessés seront étudiés "normalement à partir du 1er août" par le biais de "commissions". Une façon de faire taire les critiques qui portent ses fruits, comme le laisse entendre une écrasante majorité de Gilets jaunes sur Facebook.

Lire et commenter