CGT, fonction publique, transports et Gilets jaunes : ce qui vous attend pour la grève nationale de ce mardi

Social

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

GRÈVE NATIONALE - Une grève nationale est organisée par la CGT ce mardi. Un appel relayé par plusieurs associations, syndicats, et même par les Gilets jaunes. LCI fait le point sur cette journée de mobilisation.

Un grand débat "sur le bitume". C'est ce que la CGT va essayer de mettre en place ce mardi, le syndicat lançant une nouvelle mobilisation pour réclamer une hausse des salaires et de la justice fiscale. Des revendications entendues aussi chez les Gilets jaunes, qui voient d'un bon œil ce mouvement.

La date de cette manifestation n'est pas un hasard. La CGT a en effet annoncé qu'elle ne se rendrait pas à Matignon mercredi où le Premier ministre reçoit syndicats et patronat. "On lui a écrit, on lui a parlé, trois fois, quatre fois, à chaque fois, la réponse, c'est on vous écoute et derrière on fait ce qu'on avait prévu de faire", a argumenté dimanche sur France 3 le secrétaire général de la confédération Philippe Martinez. A la place, la CGT organise ainsi cette première journée de mobilisation de l'année, associée avec Solidaires, des organisations de Force ouvrière et avec le soutien du NPA, du PCF et de la France insoumise. 

Lire aussi

Dans l'enseignement

De nombreux syndicats, tel le SNUipp, FSU, SUD Education appellent à se mobiliser. De nombreux enseignants pourraient se mobiliser et des écoles seront impactées. Sud Education appelle ainsi tous les personnels "de la maternelle à l’université" à participer à la grève générale. A noter que les personnels des cantines scolaires et en charge des activités périscolaires sont aussi appelés à se mobiliser. Les parents doivent se rapprocher des écoles afin de savoir si des perturbations sont à prévoir. Même chose dans les universités : l’intersyndicale de l’Enseignement supérieur et de la recherche appelle ses adhérents à se mobiliser.

Dans les transports

A la SNCF, un préavis de grève a été déposé à compter de ce lundi 20 heures et jusqu’à mercredi 7h55. Des perturbations sont à prévoir : le Thalys prévoit des retards "probables", même chose sur les lignes TER et Intercités. Certains trains sont supprimés dès ce lundi soir. La circulation sera notamment perturbée entre Paris Austerlitz, Orléans et Tours. Des Intercités sont également supprimés entre Marseille et Bordeaux, Paris et Toulouse.

Concernant les Aéroports de Paris, un préavis de grève est déposé à partir de 11 heures ce lundi et jusqu’à mercredi 7 heures. La CGT RATP a également déposé un préavis à partir de ce lundi 22 heures, jusqu’à mercredi 7 heures. Mais selon la RATP, le trafic ne devrait pas être impacté.

Les chauffeurs VTC de la région parisienne sont, eux, appelés à une grève et à manifester à travers la capitale pour appuyer leurs revendications, comme la lutte contre les plateformes illégales et les fausses cartes VTC, la fixation d'un tarif minimum ou la détaxation des carburants.  Ils ont prévu de se rassembler à 06H00 Porte Dauphine avant de se diriger vers Bercy en passant par le ministère des transports boulevard Saint-Germain.

Plusieurs rassemblements dans le pays

A Paris, le cortège de la CGT partira à 14 heures de l’Hôtel de Ville, en direction de la Concorde. A Lille (Nord), les manifestants se donnent rendez-vous à 14h30 porte de Paris ; à Bordeaux (Gironde), 11h30 place de la République ; à Marseille (Bouches-du-Rhône), à 11 heures sur le Vieux-Port. Lors de la précédente mobilisation, le 14 décembre, la CGT avait dénombré 15.000 manifestants à Paris, la préfecture de police en comptant 6.000. Aucun chiffre au niveau national n'a été communiqué. Hasard de calendrier, mardi doit être votée la loi "anticasseurs", donnant la possibilité aux préfets de prononcer des interdictions de manifester, un dispositif vivement critiqué par les syndicats.

Et les Gilets jaunes ?

Pour les Gilets jaunes, cette fronde sociale est une aubaine. Sans citer l'appel de la CGT, Eric Drouet, l'une des figures du mouvement des "gilets jaunes", a appelé à une "grève générale" ce mardi.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter