Suicides de policiers : Christophe Castaner détaille le dispositif de prévention

Social

NOUVELLES MESURES - Christophe Castaner a annoncé ce lundi l'installation de la cellule alerte prévention suicide (Caps) au sein de la police. En tout, 28 policiers se sont donnés la mort depuis le début de l'année 2019.

Agir pour mettre fin à la vague de suicides qui frappe le milieu policier. Christophe Castaner a annoncé ce lundi la mise en place d'une cellule alerte prévention suicide (Caps), qui devrait voir le jour fin juin. Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'ouverture d'un numéro d'appel disponible 24h/24 pour l'ensemble des agents. "Ce matin, j'ai réuni ce qui fera le coeur du dispositif", a expliqué Christophe Castaner, qui rencontrera dès la semaine prochaine les syndicats. 

Un plan d'action "important, des centrales jusqu'aux territoires", avec "du management et de la formation", a-t-il précisé. "C'est une étape d'un combat qu'il faut mener au quotidien dans le rural avec les gendarmes, dans l'urbain avec la police." Christophe Castaner a expliqué vouloir s'informer auprès des grandes entreprises françaises "confrontées à ce problème-là", et des plans d'action mises en place à l'étranger. La Caps, installée dans le XIIe arrondissement de Paris, sera dirigée par Noémie Angel, inspectrice générale de l'administration et sous-directrice de la prévention, de l'accompagnement et du soutien, épaulée par le médecin-psychiatre Jean-Louis Terra et un officier de police. Le ministre leur a demandé "d'animer l'ensemble des dispositifs", de "faire de l'analyse".

Un suivi psychologique

Car la situation est critique, au sein de la police : depuis début 2019, on dénombre 28 suicides, soit le double par rapport à la même période en 2018. Les deux derniers sont survenus le 18 avril. "Je ne veux plus entendre dire 'ce n'était pas lié à son travail', a plaidé Christophe Castaner. (...) Je sais la passion de l'uniforme et la pression qui , quelquefois, contribue à l'acte suicidaire."

Le 12 avril dernier, Christophe Castaner avait expliqué que cette cellule d'écoute permettrait de sensibiliser chacun par des "séances de formation", de "simplifier les systèmes actuels, les rendre plus accessibles à tous" et encore d'"améliorer le suivi psychologique, médical et social dans la durée, en particulier pour les agents les plus exposés". 

En vidéo

"Suicidez-vous" : le slogan de trop ?

La pression s'est accrue pour les forces de l'ordre, en raison des violences verbales, des dégradation des conditions de travail et la mobilisation sur les manifestations des Gilets jaunes à travers la France, dont la longévité a battu des records, après avoir entamé son acte 24. 

Samedi 20 avril, lors de la manifestation à Paris, des Gilets jaunes avaient à plusieurs reprises crié "Suicidez-vous, suicidez-vous" aux forces de l'ordre, alors que la police est touchée par une vague de suicides sans précédent. Ces slogans ont également soulevé une vague d'indignation tant chez les syndicats de policiers que dans la classe politique.

Lire aussi

En 2018, un rapport sénatorial avait déjà mis en lumière "un taux de suicide plus élevé que la moyenne nationale" chez les policiers. En effet, le taux de suicide est 36% supérieur à celui de la population.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter