Clip de Nick Conrad : Qui est le rappeur qui appelle à "pendre les Blancs" ?

Social
DirectLCI
PORTRAIT - Le parquet de Paris a ouvert mercredi une enquête pour "provocation publique à la commission d'un crime ou d'un délit". En cause : la diffusion du clip d'un rappeur, Nick Conrad, dans lequel il appelle à "pendre les Blancs".

"PLB". Ces trois lettres sont le diminutif de "Pendre les Blancs", le titre d'un morceau de rap qui fait scandale ce mercredi sur les réseaux sociaux. Plusieurs personnalités politiques ont en effet condamné les paroles de cette chanson, et une plainte a été déposée par la Licra, avant que le parquet n'annonce l'ouverture d'une enquête pour pour "provocation publique à la commission d'un crime ou d'un délit". Derrière la polémique, Nick Conrad, un rappeur jusqu'à présent confidentiel.


Dans son clip – retiré dans la journée de YouTube -, le jeune rappeur joue la carte de la provocation. "Je rentre dans des crèches, je tue des bébés blancs, attrapez-les vite et pendez leurs parents, écartelez-les pour passer le temps divertir les enfants noirs de tout âge petits et grands. Fouettez-les fort faites-le franchement, que ça pue la mort que ça pisse le sang". Des paroles trash que Nick Conrad assume. Dans une interview accordée en 2016 au site aucoindela34eme, celui qui se présente comme "artiste, Noir, parisien, fier et raffiné" s'explique sur son album : "J'envoie un message d’unité et d'identité noire. L'homme noir à des capacités intellectuelles et physiques comme n'importe quel être humain. Nous sommes tous des êtres extraordinaires."

"J'ai écrit mon premier texte le 4 janvier 1994 sur mon lit d’hôpital"

Au cours de l'interview, le Parisien précise qu'il est "tombé" dans le rap au moment où il est tombé malade. "J’ai la drépanocytose. J'ai écrit mon premier texte le 4 janvier 1994 sur mon lit d’hôpital. J'avais besoin d'exprimer ce que j'avais sur le cœur, ce que je vivais sur le moment."  Originaire de la cité du Champy  à Noisy-le-Grand, il a grandi dans une famille camerounaise bien intégrée dans le quartier. Selon nos informations, sa mère est employé à Pôle Emploi, et son frère est agent à la RATP. En 2009, la mairie de Noisy-le-Grand avait financé un précédent clip du jeune homme.


Mis en ligne le 17 septembre, le clip de "PLB" est resté d'abord confidentiel, ne dépassant pas les 5.000 vues. Sur Twitter, Nick Conrad n'a guère plus de 230 followers. Mais il a bénéficié du soutien de Dieudonné, qui a relayé sa vidéo via Facebook le 22 septembre. Mercredi, les réactions du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb ou de la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen, ont focalisé les regards vers le rappeur. 


Un emballement visiblement apprécié par l'intéressé : sur son Instagram, Nick Conrad a écrit "ils sont chauds ce matin", en réaction aux commentaires postés sur son clip. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter