Balades, plage, vélo... Au 3e jour du confinement, les autorités serrent la vis

Balades, plage, vélo... Au 3e jour du confinement, les autorités serrent la vis
Social

CORONAVIRUS - Le confinement de la population, décrété par Emmanuel Macron pour limiter les ravages de la pandémie de Covid-19, n'est pas encore appliqué par tous les Français. Le gouvernement a dû rappeler que les balades en forêt étaient interdites et plusieurs préfectures ont fermé l'accès au littoral méditerranéen et Atlantique.

Balades en forêt, escapades en vélo, promenades au bord de l'eau et parties de pêche à gogo. Qu'importe la pandémie, les hôpitaux bientôt exsangues et les consignes sanitaires nationales, de nombreux Français étaient hors de leurs domiciles ce mercredi, profitant du soleil. Probablement sans penser à mal : les mesures de confinement décrété par le gouvernement pour enrayer la propagation du Covid-19, autorise bien "les déplacements brefs, à proximité du domicile, liés à l’activité physique individuelle". Les déclarations floues du gouvernement et particulièrement l'allocution de Christophe Castaner - appelant les Français à sortir avec parcimonie - n'ont pas aidé à la compréhension des mesures de confinement.

Les abus ont donc vite été observés sur tout le territoire. "Trop de personnes se promènent, s'exercent à plusieurs (et) se regroupent sur voie publique", avait averti le préfet des Alpes-Maritimes sur Twitter avant de menacer mercredi de "prendre toute disposition pour interdire l'accès aux secteurs publics, y compris le bord de mer", si la situation venait à perdurer. "Les sorties autorisées pour promener un animal de compagnie ou pratiquer de l'exercice physique ne peuvent (...) être pratiquées qu'à proximité immédiate du domicile", avait aussi souligné le préfet du Var, en rappelant les consignes en vigueur depuis les annonces du gouvernement. Mercredi, en plus de ces rappels officiels, de nombreuses contraventions ont été délivrées. Mais cela n'a pas suffi. Ce jeudi, les autorités serrent donc la vis pour faire respecter les restrictions de déplacements au strict nécessaire. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Plus de balades et d'activités en forêts jusqu'à nouvel ordre

"Les sorties et activités de loisirs en forêt, en montagne et en général en plein air, sont interdites", a martelé Jean-Luc Videlaine préfet du Var, dans un communiqué dès ce matin. Des mesures qui concernent toute la France, comme l'a d'ailleurs rappelé la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, dans les colonnes du journal sportif L'Equipe : "Il n’est plus question d’une sortie à vélo, d’un long footing en forêt". 

Ces sorties non autorisées englobent autant les activités sportives, comme la randonnée ou le VTT, que les activités ludiques ou récréatives comme la photographie, la cueillette, la chasse ou la pêche. La raison ? Tous ces hobbies sont pratiqués "au sein de massifs boisés, situés en périphérie des agglomérations, et éloignés des résidences des pratiquants concernés", explique le préfet varois. Or, le gouvernement précise bien que le sport et l’activité physique sont autorisés en plein air à condition d'être seul, près de chez soi et durant un court moment. Autre obligation : être muni de l'attestation de déplacement dérogatoire, devant comporter l’adresse de résidence, afin que les autorités puissent vérifier que l'activité est pratiquée à proximité immédiate du domicile. Seuls les riverains habitant au sein des forêts peuvent donc y accéder, dans la limite du raisonnable.

Plages interdites sur les côtes Atlantique et Méditerranéenne

A Nice, Saint-Tropez, Marseille ou Biarritz, il faudra également résister à l'appel du large et à l'envie de voir danser la mer dans les golfes clairs. Alors que le printemps se montre enfin et que les températures dépassent parfois les 20 degrés dans le sud de la France, nombreux sont ceux qui se sont rendus sur les côtes pour "prendre l'air" ce mercredi. Des centaines de contraventions ont alors été délivrées pour ramener les promeneurs à la réalité : le soleil n'annule pas la pandémie. Sur le littoral niçois, 50 amendes avaient été établies sur la célèbre Promenade des anglais, seulement durant la matinée, pour faire respecter le confinement nécessaire pour stopper la propagation du virus.

Afin d'éviter que la situation ne se reproduise, les autorités ont décidé ce jeudi de prendre des arrêtés préfectoraux pour empêcher les escapades sur les littoraux de l'arc méditerranéen et de la façade atlantique. Les promenades sur la plage, les footings au bord de l'eau et les activités nautiques sont désormais interdites durant la période de confinement. "Les sorties dérogatoires doivent être des sorties brèves, à proximité du domicile, or on a observé que sur les plages il y avait parfois des rassemblements, parfois des occupations pendant de longues heures", a justifié le préfet de Corse Franck Robine auprès de l'AFP.

Des contrôles seront bien sur prévus pour s'assurer que les plages restent désertes, a indiqué le préfet de la zone de défense et de sécurité Sud, Pierre Dartout. Dès ce jeudi après-midi, de nombreux policiers et des gendarmes à cheval ont ainsi été déployés à Marseille et dans le parc des Calanques voisin, pour évacuer les quelques récalcitrants prêts à risquer l'amende. Des décisions similaires ont été prises au cours de la journée dans le Morbihan, la Vendée, l'Ille-et-Vilaine, la Loire-Atlantique et les Côtes d'Armor, où l'interdiction concerne aussi les sentiers côtiers. Avec le Finistère, dernier département a avoir déposé son arrêté, ce sont toutes les plages bretonnes qui sont interdites ce jeudi soir.

Lire aussi

Encore trop de promeneurs et de cyclistes dans Paris

Dans la jungle urbaine aussi, les Français ont abusivement mis le nez dehors. "Certains secteurs de la capitale restent trop fréquentés par des promeneurs et sportifs, en particulier le parc des Rives de Seine, le Champs-de-Mars, les Invalides et les bois de Boulogne et de Vincennes", ont souligné Le préfet de police Didier Lallement et la maire de Paris Anne Hidalgo dans un communiqué commun ce jeudi.selon un communiqué commun. "A l’heure où les personnels soignants se battent jour et nuit pour sauver des vies dans les hôpitaux", ils rappellent eux aussi que "les sorties liées à l’activité physique, à l’équilibre des enfants, et aux besoins des animaux de compagnie doivent être brèves et à proximité immédiate du domicile".

Ils regrettent que "certains comportements inacceptables perdurent" malgré l'urgence sanitaire et lancent un "appel solennel aux Parisiens pour limiter leurs déplacements privés au strict nécessaire". Pour s'en assurer, les policiers vont désormais assurer des contrôles stricts et patrouilleront "sur les Rives de Seine et l’Esplanade des Invalides pour rappeler les consignes sanitaires et dissuader les activités et rassemblements qui ne revêtent pas un caractère indispensable". Et si cet appel à la responsabilité ne porte pas ses fruits, le préfet de police "prendra alors toutes les mesures utiles pour interdire l’accès aux lieux les plus fréquentés", ont-ils prévenu.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent