Conforama veut fermer 42 magasins et supprimer 1900 postes en 2020

Social
EMPLOI - L'entreprise Conforama, a annoncé aux syndicats qu'elle envisageait 1.900 suppressions de postes en France l'an prochain, avec la fermeture de 32 magasins Conforama et celle des dix magasins de l'enseigne Maison Dépôt.

En avril dernier, l'entreprise avait annoncé une restructuration pour 2020. Le plan a été esquissé aux syndicats ce lundi 1er juillet : il prévoit 1900 suppressions de postes et la fermeture d'une quarantaine de magasins, Conforama et Maison Dépôt. Les effectifs du siège et du service après-vente ne seront pas non plus épargnés, selon les syndicats CGT et FO du groupe, dont la maison mère, la société sud-africaine Steinhoff, souffre de difficultés financières.

Les premières lettres de licenciement seront envoyées dès le 1er janvier 2020

Sur les 32 magasins qui doivent fermer l'an prochain et qui emploient actuellement 1.050 salariés, huit sont situés en Ile-de-France : ainsi, deux des trois magasins parisiens sont promis à la fermeture. Sont aussi prévues 600 suppressions de postes dans les 164 magasins Conforama restant ouverts, 124 suppressions au siège social et 26 au service après-vente, tandis que les 100 emplois des boutiques Maison Dépôt vont disparaître. Selon la CGT et FO, un plan de restructuration doit être présenté mardi matin au comité central d'entreprise (CCE) du groupe, qui compte quelque 9.000 salariés en France.


La direction recevait ce lundi soir les organisations syndicales à tour de rôle : elle a affirmé vouloir "optimiser le fonctionnement" de l'entreprise, a déclaré à l'AFP, Jacques Mossé-Biaggini, délégué FO. Un autre comité central d'entreprise sur ce plan de réorganisation est déjà programmé pour le 11 juillet prochain. 


Interrogée par l'AFP, la direction a répondu que "toute mesure qui aurait des conséquences sur l'emploi pour Conforama en France serait communiquée en priorité aux instances représentatives du personnel". "Conforama n'a pas d'autres commentaires à faire à ce stade", a-t-on ajouté.

Les premières lettres de licenciement seront envoyées dès le 1er janvier 2020 et le plan sera finalisé au plus tard, en mars de cette même année. Quant au projet de restructuration, il devrait prendre la forme d'un plan social comprenant des mesures de reclassement internes et des départs volontaires, indique M. Bouchetrit, de la CGT. 


Déjà début mars, les syndicats de Conforama avaient fait part de leurs inquiétudes quant à l'avenir de l'enseigne après la cession à Carrefour de sa participation de 17% au capital de Showroomprivé, numéro 2 français du déstockage en ligne. Quant à la maison mère, le groupe Steinhoff, elle est engluée dans un scandale financier lié à des irrégularités comptables. L'affaire avait éclaté en décembre 2017 et avait failli causer la banqueroute de l'entreprise avec la découverte d'un "trou" de 6 milliards de dollars dans ses comptes.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter