Congélation des ovocytes : Agnès Buzyn veut des "garde-fous"

Social
DirectLCI
PROCRÉATION - La ministre de la Santé Agnès Buzyn s'est exprimée sur la congélation des ovocytes ce dimanche 21 octobre dans le Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro. Elle s'est dite pour plus de "liberté" à ce sujet, tout en estimant par ailleurs qu'il faudrait certainement installer des "garde-fous pour que toutes les femmes à l’âge de 30 ans en France ne décident pas de congeler leurs ovocytes pour faire des enfants à 40 ans."

"Mon sentiment est partagé, il est assez compliqué". C'est ainsi que la ministre de la Santé Agnès Buzyn a exposé son sentiment sur la congélation des ovocytes. "Je suis plutôt favorable à ce qui ouvre et donne plus de liberté mais je souhaiterais qu’il y ait quand même des garde-fous pour que toutes les femmes à l’âge de 30 ans en France ne décident pas de congeler leurs ovocytes pour faire des enfants à 40 ans mais s’inscrivent bien dans des grossesses plus précoces" a expliqué la ministre de la Santé. 

"Je pense qu’il est plus important de s’interroger pourquoi une société ne permet aux femmes de faire à la fois leur carrière et des enfants et pourquoi on oblige ces femmes à faire une carrière précoce et à faire des enfants tardivement. Je préférerais qu’on s’attaque au problème de fond qui est qu’il faut qu’on favorise à des femmes jeunes qui veulent une carrière aussi la capacité de faire des enfants." 

Sa réponse à Lorie Pester

Agnès Buzyn a aussi réagi à une lettre ouverte de Lorie parue vendredi sur le Huffington Post où la chanteuse demande au président Emmanuel Macron d'autoriser la congélation préventive d'ovocytes aux femmes atteintes d'endométriose, même dans les formes considérées comme "pas assez sévères" pour en bénéficier. L'autoconservation des ovocytes est actuellement très encadrée : elle est autorisée pour des raisons médicales (cancers...) ou pour une femme qui fait un don d'une partie d'entre eux. Il n'est en revanche pas permis de les conserver en prévision d'éventuels problèmes de fertilité dus à l'âge, après 35 ans.

En vidéo

Lorie Pester : "On m'a dit que je n'étais pas assez sévèrement atteinte d'endométriose pour pouvoir congeler mes ovocytes"

"Aujourd’hui la congélation des ovocytes est permise pour toutes les femmes qui ont une maladie. Par exemple si vous êtes atteinte d’un cancer et que vous allez avoir un traitement qui va diminuer votre fertilité on prélève vos propres ovocytes, on les congèle. Pour l’endométriose c’est déjà permis" a déclaré la ministre, sans toutefois faire la distinction entre l'endométriose "sévère" et moins sévère. "Aujourd’hui quand on est malade, normalement, on a accès à la congélation d’ovocytes pour soi-même. Par contre la loi de bioéthique pose la question de savoir si on peut le faire par confort" a-t-elle ajouté. 


En septembre, le Comité d'éthique s'est déclaré favorable à cette nouvelle option pour la future loi de bioéthique dont devrait débattre le Parlement début 2019.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter