Contre le 17 novembre ou pro-gilets jaunes ? Vifs échanges sur notre page Facebook

Social
IRRÉCONCILIABLES ? - La manifestation des gilets jaunes contre la hausse des carburants prévue ce 17 novembre ne laisse personne indifférent. Arguments, réserves, invectives, ... On vous a demandé ce que vous en pensiez. En deux heures, 1000 commentaires ont été déposés sur notre page Facebook.

Qu’on soit pour ou contre, que l’on pense se déplacer ou pas, le 17 novembre suscite des réactions vives et tranchées. Sur notre page Facebook, nous vous avons demandé "Ce 17 novembre, allez vous manifester ? Ou au contraire, vous désapprouvez ce mouvement ?" 


En à peine deux heures, plus de 1000 commentaires ont soufflé le chaud et le froid sur cet événement, prévu pour ce samedi. Quitte à s’écharper entre citoyens, derrière son écran...  

Oui sur le fond, non sur la forme

Plusieurs internautes témoignent leur soutien au mouvement des gilets jaunes et expliquent cependant qu’ils ne se rendront pas à la manifestation. Certains pour des problèmes de santé, d’autres parce qu’ils ne peuvent pas se permettre financièrement de rater une journée de travail. Joelle Chaumont, commente ainsi "moi je suis entièrement d’accord mais je ne pourrai pas y aller vu que je dois garder mon carburant pour mes rendez-vous médicaux et problèmes de santé, pas le choix, sinon j’y serais". D’autres ont peur des débordements qui pourraient survenir durant ces rassemblements, comme Camille Bataille : "On va dire que oui nous sommes d'accord avec eux mais on sait très bien que ça va partir en cacahuète; qu’il va y avoir de la violence (...) Donc oui je suis d’accord pour ce qu’ils défendent mais pas pour ce qu'il va se passer..." Certains lecteurs indiquent quant à eux qu'ils participeront à gripper la machine, mais depuis chez eux, en ne faisant "aucun achat" ce jour là. 


Un autre entre-deux : ceux qui sont d’accord sur le fond - ras le bol des taxes - mais pas sur la forme, à savoir bloquer tout le pays. "Je comprends qu'on puisse soutenir ce mouvement cependant je ne le ferai pas, car cela empêche le pays de tourner normalement, des manifestations culturelles (sportives notamment) vont être annulées, les commerçants vont être pénalisés car moins de chiffre d'affaire, etc.." écrit Nicolas Aymé. Il ajoute : "En gros au lieu de pénaliser les puissants, cela va porter préjudice.. aux petits.. donc cela sera sans moi". Plusieurs commentaires évoquent également le manque d'utilité d'une telle manœuvre, qui n'atteindra pas les politiques. Comme Yolande Format, qui propose aux manifestants d'aller "bloquer les entrées et sorties de l'Elysée plutôt que d'empêcher les gens de se déplacer".

L'inquiétude des aides à domicile et des infirmières

Une crainte se fait particulièrement sentir tout au long des témoignages : celle des auxiliaires de vies, infirmières et aides à domicile qui auront besoin de se déplacer ce samedi. Avec des responsabilités énormes, puisque des personnes, souvent des personnes âgées, dépendent d’elles. Lydia Rose en fait partie : "Y a les aides à domicile comme moi... Les personnes âgées alitées malheureusement et qui ont besoin de soins et manger pas le choix que d'y aller !!! Mais je soutiens la grève".

Alors que certaines personnes semblent affirmer que des filtrages seront prévu pour laisser passer les personnels de santé, d’autres s’inquiètent aussi des cas d’urgences plus personnels. "Mais à des moments on a pas d'autre choix que de se déplacer, quand la santé de votre enfant est en jeu et que le rendez-vous est programmé depuis longtemps et qu'il y a un traitement derrière on fait comment ?" s'insurge Mel Cliqué.

Les Français, ces râleurs...

Les Français sont des râleurs, la manifestation ne changera rien, il y a plus important dans la vie... Parmi le flot d'avis négatif sur la situation du pouvoir d'achat français, quelques citoyens refusent de participer au 17 novembre. Comme Lili Cuperty, qui nous dit : "Non je n’irai pas manifester, je pense qu’il y a des choses plus graves que le prix du pétrole qui, d’ailleurs, était beaucoup plus élevé, il y a quelques années, sans que personne ne bronche". Lamri Bouraghda, lui, désapprouve ! En accompagnant son message d'un #sansmoile17, il affirme que les Français ne sont jamais contents. "Allez dans d’autres pays vous verrez comme nous sommes bien ici !" écrit-il avant de conclure non sans ironie : "Ça les dérange de mettre 1€40 dans du gazole mais pas 10€ dans un menu big mac ou 1200€ dans un iPhone ..." 


Plus que s'en désintéresser, des internautes cherchent à faire relativiser leurs semblables quant à l'objectif de ces taxes : "Chers gilets jaunes savez vous que les taxes servent à faire vivre les plus pauvres de part les participations aux associations qui s'occupent des SDF, des familles pauvres. Combien de millions servent à subventionner les associations qui s'occupent de la misère, mais cet argent ne tombe pas du ciel." écrit ainsi Eric Fournier. Patrick Bouyé renchérit : "Contre ! Que chacun fasse le calcul entre ce qu'il paye en impôts taxes tva et charges. Puis qu'il fasse l'addition de ce qu'il perçoit en contrepartie: allocations familiales, remboursement sécurité sociale, Apl, scolarité des enfants…" 

Une belle majorité de gilets jaunes : "Trop c'est trop"

Ceci étant dit, ne nous mentons pas, une très grande majorité de personnes ayant commenté sont pour - et même à fond pour - ce blocage général. A l'image, d'ailleurs des sondages d'opinion sur le mouvement contre la hausse des carburants : 73% des Français disent le soutenir selon un sondage Elabe publié ce jeudi. "Vaches à lait", "tout augmente sauf les salaires", les mêmes arguments reviennent sur des centaines et centaines de commentaires. Les citoyens en ont assez de payer toujours plus et ne s’en sortent plus au quotidien. De toute évidence, ce n’est pas contre la hausse du carburant que les gilets jaunes vont manifester, mais contre la baisse du pouvoir d’achat de manière générale. Et le prix de l'essence n'est finalement que la goutte d’eau qui fait déborder un réservoir de mécontentement déjà bien plein. Ainsi Ludovic Gaschy écrit : "J’irai manifester. Carburants, électricité, gaz, péage, 80km/h, voitures radars, radars tourelles, contrôle technique durci, etc etc... tout augmente, sauf notre salaire ! On ne s’en sort plus, on coule sous les taxes !”, pendant que Delphine Phinette Clopin commente "Je fais 120km par jours pour bosser… On survit tout les mois.. et on se prive sur tout même la bouffe devient un luxe!! Oui j'irai, marre de survivre!"


Et cela concerne toutes les générations. Malou Dod ira manifester "pour la première fois de [s]a vie, à 50 ans." Comme beaucoup d'autres, il est particulièrement remonté contre Emmanuel Macron : "Marre que notre président vive dans un autre monde que nous. Je l'invite a vivre 1 mois avec nos salaires et il comprendra peut être" écrit-il. De nombreux retraités indiquent également qu'ils viendront grossir les rangs. Mais les jeunes ne sont pas en reste, comme Méli L'oiseau Bleu, qui témoigne "J’ai 25 ans et je peine a m’en sortir malgré plusieurs boulot et ma reprise d’études. C’est notre droit de manifester et de proclamer notre ras le bol général. Peur de l’avenir et du devenir. Alors OUI je vais aller dans la rue". 

Très actifs sur Facebook, les partisans des gilets jaunes seront ils aussi nombreux sur les routes ce samedi ? Selon nos informations, près de 1500 actions sont prévus mais leur ampleur est difficile à prévoir. Certains événements ont en effet rassemblé plusieurs dizaines de milliers  de participants sur le  carte des blocages. D'autres, au contraire, n'ont toujours pas de lieu ni même d'horaire.  Pour éviter tout débordement, le ministère de l'Intérieur a quand même prévu de mobiliser 2500 policiers et gendarmes supplémentaires. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes ne s'éteint pas

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter