Dépôts pétroliers bloqués dans l'Ouest : le Finistère réquisitionne plusieurs stations services

Dépôts pétroliers bloqués dans l'Ouest : le Finistère réquisitionne plusieurs stations services

BLOCAGE - Alors que le blocage des accès aux dépôts pétroliers de Vern-sur-Seiche, près de Rennes, Brest et Lorient, ainsi que de celui du Mans, entraînant la fermeture de stations services non réapprovisionnées, s'est poursuivi, tout le week-end, la préfecture du Finistère a annoncé la réquisition de stations services pour les véhicules prioritaires.

"Compte tenu du blocage en cours du dépôt pétrolier de Brest, de la diminution des stocks disponibles dans les grandes agglomérations et des difficultés d'approvisionnement qui en résultent pour les services chargés d'une mission prioritaire (...), à compter du dimanche 1er décembre, le préfet du Finistère a pris un arrêté réquisitionnant plusieurs stations-service du département (...)  afin de permettre aux véhicules de disposer d'un accès réservé et de garantir la continuité du service", a annoncé la préfecture dans un communiqué, dimanche 1er décembre.

Une décision qui intervient alors que le blocages des accès aux dépôts pétroliers de Vern-sur-Seiche, près de Rennes, Brest, Lorient et au Mans par les professionnels du BTP, sont toujours en cours, dimanche 1er décembre. La conséquence de ces derniers est la fermeture des stations services non réapprovisionnées. Selon l'AFP, ces blocages ont démarré ce jeudi 28 novembre.

Toute l'info sur

La réforme des retraites d'Emmanuel Macron

Un certain nombre de stations services ont été amenées à fermer

Les manifestants protestent contre la suppression de l'avantage fiscal sur le gazole non routier (GNR), prévu dans le projet de loi de finances pour 2020. "Le GNR, une niche fiscale? Non, c'est l'énergie de notre outil de travail", pouvait-on lire sur une banderole devant le dépôt pétrolier du Mans. Un certain nombre de stations services ont été amenées à fermer depuis vendredi, en totalité ou en partie, selon la nature des carburants qui leur font défaut. 

Lire aussi

Le Finistère, en particulier les secteurs de Brest et Quimper, est le plus touché, selon une carte collaborative proposée par le quotidien Le Télégramme. Le secteur de Lorient dans le Morbihan est également affecté. Dès vendredi, des files importantes se sont formées devant les pompes à essence, de nombreux automobilistes craignant une pénurie, ont constaté des journalistes de l'AFP. 

La situation pourrait se débloquer ce lundi, avec la tenue d'une réunion entre les responsables du secteur et le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. Toutefois, cela pourrait ne pas suffire, prévient François Le Calvez, un des bloqueurs qui s'est fait porte-parole. "Ce n'est pas parce qu'on sera à Paris qu'on lève le blocage des dépôts". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Masques chirurgicaux : pourquoi il ne faut pas s'en débarrasser

Relations Russie-Otan très tendues : que se passe-t-il entre Moscou et l'Alliance atlantique ?

Covid-19 : hospitalisations, taux d'incidence... faut-il s'inquiéter du léger rebond des indicateurs ?

Covid-19 : que contient le projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire, débattu à l'Assemblée mardi ?

"Squid Game" : faut-il vraiment craindre un phénomène d'imitation dans les cours d'école ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.