EN DIRECT - Gilets jaunes : 46.600 manifestants en France selon l'Intérieur, le mouvement continue de mobiliser

Social
MOBILISATION - Pour son 15e acte, le mouvement a maintenu sa forme, samedi 23 février. Entre un rassemblement parisien sans grande anicroche et une manifestation à Clermont plus agitée, ce nouveau samedi de mobilisation a même vu le nombre de manifestants augmenter par rapport à la semaine passée.
Live

RENNES


Autour de 2.000 personnes, selon la police, ont défilé samedi à Rennes où quelques affrontements ont rapidement éclaté entre manifestants et forces de l'ordre qui ont riposté par des tirs de lacrymogènes. Vitrines de banques et d'enseignes immobilières brisées, tags, feux de poubelle: de nombreuses dégradations ont été commises, selon la préfecture. Selon un bilan provisoire, "sept fonctionnaires de police ont été blessés - touchés par des jets de projectiles -, ainsi que quatre manifestants, tous blessés légers", a-t-on ajouté. La préfecture a fait état 26 interpellations, certaines effectuées "dans le cadre de contrôles et de fouilles préventives" avant la manifestation.

BILAN


Selon le ministère de l'Intérieur, il y avait  46.600 manifestants en France samedi dont 5.800 à Paris.  Selon ces données officielles, régulièrement contestées par les Gilets jaunes, la mobilisation a donné lieu à deux fois plus de rassemblements que pour l'acte 14, quand plus de 41.000 manifestants avaient été recensés en France par le ministère dont 5.000 à Paris.

CLERMONT FERRAND


Un aperçu de la situation dans la ville.

CLERMONT FERRAND


Journée tendue dans la ville : si la préfecture a évalué le nombre des manifestants à 2.500 au centre-ville, ils étaient "de 5.000 à 6.000" selon les organisateurs qui signalaient aussi à l'AFP la présence de quelque 150 casseurs venus de l'extérieur de la ville. 


Des affrontements ont eu lieu dans une artère commerçante de la ville entre une trentaine de "gilets jaunes" et les CRS qui ont tiré au LBD, ont constaté des journalistes de l'AFP. Cinq personnes ont été blessées, dont l'une au pied, selon la préfecture. Les forces de l'ordre ont procédé à plusieurs interpellations, dont 13 ont débouché sur des gardes à vue.

LILLE


Entre 1.000 et 2.000 "gilets jaunes" ont manifesté samedi dans les rues de Lille pour l'acte 15 du mouvement, ont constaté des journalistes de l'AFP.


La préfecture du Nord a refusé de donner un chiffre.

BORDEAUX


Quelques milliers de "gilets jaunes", selon la police, ont défilé calmement samedi à Bordeaux, témoignant d'une mobilisation quasi intacte, assortie d'une volonté marquée d'être pacifique, dans ce bastion du mouvement d'ordinaire marqué par des heurts. En fin d'après-midi, un petit groupe de manifestants restaient stationnés à discuter sur une place excentrée, alors qu'une "assemblée citoyenne", déclarée en préfecture et vite dispersée, rassemblait quelques dizaines d'autres près des quais de Garonne.


La mobilisation pour cet acte 15 dans un des bastions du mouvement est restée importante, ne s'effritant que légèrement face aux 4.500 manifestants recensés la semaine dernière par la police. La préfecture de Gironde ne donne plus de chiffres officiels.

GRENOBLE


Le leader grenoblois des "gilets jaunes", Julien Terrier, et un autre membre actif du mouvement ont été maintenus plusieurs heures en garde à vue samedi, a-t-on appris auprès du parquet de Grenoble.


Interpellés tôt en matinée, les deux hommes ont été remis en liberté vers 16H15, après avoir reçu un rappel à la loi.

BILAN


Selon nos informations, 14 personnes ont été interpellées à Paris ce samedi.

BILAN


Selon le ministère de l'Intérieur, il y avait 11.600 manifestants en France à 14H00, dont 4.000 à Paris. Selon les chiffres officiels, contestés par les Gilets jaunes, la mobilisation pour l'acte 15 était légèrement en hausse par rapport à la semaine précédente à la même heure, où 10.200 manifestants avaient été recensés en France par le ministère dont 3.000 à Paris.

PARIS


Le cortège après avoir marché dans le calme est arrivé au Louvre, sous escorte policière. 

CHAMBORD


Quelque 750 "gilets jaunes" selon les gendarmes, se trouvaient rassemblés samedi midi sur la pelouse du château de Chambord (Loir-et-Cher), l'un des points de rassemblement désignés par le mouvement pour sa 15e grande mobilisation. Par mesure de sécurité, les accès au château ont été bloqués par des gendarmes et une centaine de "gilets blancs", le service d'ordre interne des "gilets jaunes", a constaté un journaliste de l'AFP.

PARIS

CLERMONT-FERRAND


La capitale du Puy-de-Dôme, qui a été évoquée comme un possible point de ralliement, l'ambiance est détendue, rapporte La Montagne.  Le quotidien indique qu'à midi, "13 interpellations ont eu lieu, dont 7 gardes à vue selon la préfecture du Puy-de-Dôme", suite aux contrôles mis en place par les forces de l'ordre aux entrées de Clermont-Ferrand.

TOULOUSE


Une centaines de personnes, dont des "gilets jaunes", bloquaient samedi matin la plateforme Amazon de Toulouse, qui a été fermée, empêchant toute livraison, a constaté un journaliste de l'AFP.

CHAMBORD


Un "pique-nique citoyen" est organisé dans les jardins du château

GRENOBLE


Le leader grenoblois des "gilets jaunes" Julien Terrier, et un autre membre actif du mouvement, ont été placés en garde à vue samedi matin, a appris l'AFP auprès du parquet de Grenoble. Les deux hommes sont "dans les locaux de la gendarmerie dans le cadre d'une enquête de flagrance", a précisé à l'AFP le procureur de la République.


L'enquête a été ouverte pour "participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences ou dégradations" et "organisation d'une manifestation sur la voie publique sans déclaration préalable".


Julien Terrier et Jérôme Bouzendorffer avaient appelé cette semaine à une opération péage gratuit à Voreppe, sur l'autoroute A48, à l'occasion de l'acte 15 du mouvement national des "gilets jaunes", alors que ce week-end de chassé-croisé s'annonce très chargé sur les routes.

PLAINTE


Ingrid Levavaseur annonce ce vendredi qu'elle porte plainte. Figure historique du mouvement, l'aide-soignante avait fait l'objet d'agressions physiques et verbales en marge du rassemblement  "Acte 14" des gilets jaunes à Paris le 17 février dernier. Choquée, elle avait dû être exfiltrée de la manifestation.  Dans un message posté sur Facebook, Ingrid Levavasseur avait alors dénoncé "l'intolérance" de ceux qui l'ont conspuée la veille, "le non-dialogue", "l'insulte délirante" et promet de ne pas "rentrer dans le rang". "Je ne céderai pas à la tentation de me taire", promet-elle, malgré "les tentatives d'intimidation qui ordonnent aux femmes de se soumettre au diktat des hommes". 

SITES PÉTROLIERS PERTURBÉS


Plusieurs sites pétroliers dont Donges (Loire-Atlantique), Mulhouse (Haut-Rhin) ou encore Longvic (Côte-d'Or) ont été bloqués ou leurs accès perturbés mardi matin par des actions de Gilets jaunes qui ont parfois été délogés sans heurts par les forces de l'ordre.

LEVAVASSEUR

Prise à partie et violemment insultée, Ingrid Levavasseur a annoncé lundi sur son compte Facebook qu'elle porterait plainte et qu'elle ne céderait pas "aux tentatives d'intimidation". Elle a appelé les "Gilets jaunes de France" à "prendre conscience de leur responsabilité collective"

APPEL


Sur LCI, Stanislas Guérini, délégué général LaREM, appelle à la fin des manifestations tous les samedis.

RÉACTION


Stanislas Guérini, délégué général LaREM, a regretté que les Gilets jaunes soient "pris en otage par les extrémistes".

RASSEMBLEMENT À PARIS


Des Gilets jaunes se rassemblent place de la République à Paris, où une dizaine de manifestants a tenté de bloquer la circulation. Ils ont été rapidement évacués par les forces de l'ordre. Aucun incident majeur n'est toutefois à signaler.  

Urgent

MOBILISATION 


La préfecture de police de Paris annonce que 1500 personnes manifestent ce dimanche dans la capitale. 

LEVAVASSEUR

VIDEO - Entourée de manifestants, Ingrid Levavasseur a été la cible d'injures dimanche à Paris, contrainte de quitter le rassemblement. Voici la séquence.

LEVAVASSEUR

Grosse tension au milieu de la manifestation, où Ingrid Levavasseur était entourée et prise à partie par des Gilets jaunes très hostiles, lui reprochant de ne plus représenter le mouvement

MANIFESTATION

Quelques centaines de personnes ont descendu les Champs-Elysées ce dimanche avant de se rendre dans le calme sur le Champ de Mars, dans le 7e arrondissement, comme le prévoyait le tracé de cette manifestation déclarée, encadrée par un important dispositif policier

LEVAVASSEUR

VIDEO - Le mea culpa d'Ingrid Levavasseur, figure des Gilets jaunes, sur les élections européennes. Après l'abandon de sa liste "RIC", elle veut "retourner sur le terrain"

GRAND JURY

VIDEO - Benjamin Griveaux : "Il y a un antisémitisme qui frappe la France"

MOBILISATION

Pour la première fois depuis le début du mouvement, les Gilets jaunes ont appelé à manifester ce dimanche. A 13 heures, à Paris, quelques centaines d'entre eux ont commencé à descendre les Champs-Elysées, dans le calme.

GRAND DEBAT

Benjamin Griveaux : "Le Grand débat, ce n'est pas pour défaire tout ce qui a été fait"

"En revanche, quand les Français disent qu'il y a trop de pression fiscale, trop de paperasse, sur ces sujets, il y aura des propositions concrètes du gouvernement"

Suivez toutes les infos relatives au mouvement des Gilets jaunes dans le fil ci-dessus.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter