EN DIRECT - Gilets jaunes : place de l'Etoile, plusieurs dizaines de manifestants perturbent la circulation

Social
MOBILISATION - L'"acte 14" se profile, samedi 16 et dimanche 17 février, après une semaine particulière. Pour leurs trois mois d'existence, les Gilets jaunes pourraient décider d'un "retour aux sources", avec blocage de ronds-points et manifestations non-déclarées à Paris. Suivez notre direct.
Live

CHAMPS-ELYSÉES


Les forces de l'ordre sont présentes sous l'Arc de triomphe. Plusieurs dizaines de Gilets jaunes perturbent la circulation. La situation est calme.

PARIS

Quelques Gilets jaunes sont rassemblés place de l'Etoile, d'où un cortège doit s'élancer à 10 heures

SUD-EST

Selon notre journaliste sur place, Les gilets jaunes de Bandol bloquent l'accès au supermarché carrefour Ollioules, comme la semaine dernière. Objectif : dénoncer la grande distribution.

PREVISION

LCI fait le tour des mobilisations prévues ce week-end. Samedi, mais aussi dimanche, donc, pour "célébrer" les trois mois du mouvement.

Gilets jaunes "acte 14" : la stratégie du suspense et du retour aux sources

Gilets jaunes "acte 14" : la stratégie du suspense et du retour aux sources
Live

INTERPELLATIONS


Environ 8.400 personnes ont été interpellées depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, il y a près de trois mois, et 7.500 ont été placées en garde à vue, a déclaré Christophe Castaner, jeudi. Le ministre de l'Intérieur s'exprimait lors de la remise de la cagnotte lancée par le président LR de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur Renaud Muselier en faveur des forces de l'ordre blessées lors des manifestations. Il a également affirmé que près de 1.300 policiers, gendarmes et pompiers ont été blessés depuis le début du mouvement, le 17 novembre. 

DÉGRADATIONS


Alors que 6 personnes avaient été placées en garde à vue à la suite de l'intrusion dans la cour du ministère de Benjamin Griveaux, samedi 5 janvier en marge d'une mobilisation des Gilets jaunes, 4 d'entre elles ont été déférées au parquet en vue d'un jugement en comparution immédiate, selon une source judiciaire à LCI.

COMPTE-RENDU D'AUDIENCE


"Ma garde à vue s'est très bien passée. Maintenant avec les forces de l'ordre, tout se passe très bien" >> revivez le procès de Christophe Dettinger 

Christophe Dettinger condamné à un an ferme : "Quand je me vois taper ce gendarme au sol, j'ai honte de moi"

Christophe Dettinger condamné à un an ferme : "Quand je me vois taper ce gendarme au sol, j'ai honte de moi"
Live

QUATENNENS


"On aurait pu s'attendre à une condamnation plus lourde, on pouvait la craindre", a réagi ce jeudi Adrien Quatennens, député La France Insoumise du Nord, au lendemain de la condamnation du boxeur qui avait violemment frappé deux gendarmes le 5 janvier lors de l'acte 8 des Gilets jaunes. 


Précisant avoir été "bouleversé" par son témoignage, l'élu a estimé que "le sentiment qui a été celui des Gilets jaunes dans l'affaire de Monsieur Dettinger c'est celui d'une justice à deux vitesses". Et de s'expliquer : "A l'heure ou ce monsieur a été condamné, Alexandre Benalla se balade avec ses passeports diplomatiques" donc " selon qu'on est puissant et proche du Président ou quelqu'un du commun et bien on n'a pas affaire à un même rythme judiciaire."

INTRUSION

Les gardes à vue des six personnes soupçonnées d'avoir forcé avec un chariot élévateur l'entrée du ministère de Benjamin Griveaux, le 5 janvier lors de la 8e journée de mobilisation des "gilets jaunes", ont été prolongées, a-t-on appris mercredi de source judiciaire

ENQUÊTE


Six personnes sont désormais en garde à vue dans l'enquête sur l'intrusion du 5 janvier 2019 dans le ministère de Benjamin Griveaux, selon les informations de TF1/LCI.  Quatre d'entre eux ont été interpellés en région parisienne et deux dans le Nord. Âgés de 21 à 24 ans, plusieurs étaient déjà connus de la justice et leurs empreintes digitales ont été retrouvées sur le porte-palette utilisé pour défoncer la porte de la cour du ministère.

CASTANER


Le ministre de l'Intérieur a réagi à la nouvelle, dénonçant le "déchaînement de violence" des suspects

JUSTICE


Quatre personnes ont été interpellées dans l'enquête sur l'intrusion dans le ministère occupé par le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, en marge de l'acte 8 des Gilets jaunes le 5 janvier dernier. La porte de la cour avait été forcée à l'aide d'un engin de chantier.


Cette intrusion violente avait contraint le secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre à être évacué de ses bureaux, situés rue de Grenelle à Paris

NUNEZ


Le secrétaire d'État a réaffirmé que "les manifestations qui dégénèrent" sont "en partie" la conséquence d'un "noyautage d'ultras", ultragauche et ultradroite, suivis par des "gilets jaunes radicalisés". "Je ne dis pas stop aux manifestations mais stop à la violence", a-t-il complété.


Dans la capitale où quelque 4.000 participants ont été dénombrés par les autorités, du mobilier urbain et des distributeurs de banques ont été cassés, une dizaine de véhicules incendiée, principalement des voitures de luxe mais aussi une voiture de la mission antiterroriste militaire Sentinelle. 

   

Placé en garde à vue, l'incendiaire de ce véhicule  est "bien identifié et vient de la mouvance anarcho-libertaire", avait annoncé dimanche le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

NUNEZ


"Je préférerais que [l'avocat du Gilet jaune qui a eu la main arrachée le 9 février] dénonce les violences extrêmes auxquelles les policiers et les gendarmes sont confrontés maintenant tous les samedis après-midi, dans des manifestations (...) totalement noyautées par l'ultra-gauche et l'ultra-droite."

NICOLAS DUPONT-AIGNAN

NICOLAS DUPONT-AIGNAN

NICOLAS DUPONT-AIGNAN


Le président de Debout la France propose d'autres questions pour un éventuel référendum :

- une question sur le retour des djihadistes français sur le territoire

- une question sur la réforme des retraites

- une question sur le blocage des flux migratoires

NICOLAS DUPONT-AIGNAN


Le président de Debout la France ne s'oppose pas à l'utilisation des LBD 40 dans le cadre du maintien de l'ordre.

NICOLAS DUPONT-AIGNAN


Sur la crise frano-italienne, Nicolas Dupont-Aignan, demande au président "de prendre un peu de maturité politique"

NICOLAS DUPONT-AIGNAN


Nicolas Dupont-Aignan affirme qu'Emmanuel Macron est "dangereux" et "se nourrit des divisons"

NICOLAS DUPONT-AIGNAN


Le président de Debout la France réagit aux scènes de violences de samedi, et affirme que "des casseurs s'introduisent avec la complicité du gouvernement". Il "accuse le gouvernement de scénariser ces violences" et "demande une commission d'enquête parlementaire sur les ordres donnés aux policiers". Il ajoute que "le ministre de l'intérieur organise implicitement des heurts inacceptables sous les caméras de télévision".

ENQUÊTE


Dans quelles circonstances un jeune homme a-t-il eu la main arrachée samedi devant l'Assemblée nationale ? L'enquête, ouverte par le Parquet de Paris et confiée à l'Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) ne fait que commencer. Et notamment, l'analyse des vidéos. D'après les premiers éléments, non encore confirmés officiellement, c'est l'explosion d'une grenade de type Gli-F4 qui a provoqué la blessure. 

VIDÉO - Enquête ouverte après la grave blessure d'un gilet jaune qui a eu la main arrachée devant l'Assemblée

VIDÉO - Enquête ouverte après la grave blessure d'un gilet jaune qui a eu la main arrachée devant l'Assemblée
Live

INDEMNISATIONS


Les élus des grandes villes et métropoles ont réclamé dimanche "une réunion d'urgence" au gouvernement, compte tenu des "préjudices subis par les habitants et les commerçants" après 13 semaines de mobilisation des "gilets jaunes".


Commerçants et habitants sont "pris en otage par des casseurs" et les pertes sont de l'ordre de plusieurs "millions d'euros dans nombre de grandes villes (Bordeaux, Dijon, Lyon, Nantes, Paris, Rennes, Rouen, Saint-Etienne, Toulouse...)", dénonce France Urbaine, qui réunit les élus des grandes villes et métropoles, dans un communiqué.

CONSEQUENCES

Patrick Pouyanné, sur l'impact économique du mouvement des Gilets jaunes : "On a vu en décembre une baisse de la consommation de carburant de 10%. Il y a eu un impact sur le fait que les gens commencent à rester chez eux. Il faut qu’on sorte positivement de ce mouvement"

CARBURANT

Patrick Pouyanné, patron de Total : "On ne change pas du modèle énergétique en claquant des doigts. Il faut arriver à convaincre les Français, pas seulement en augmentant les taxes. On peut démontrer qu’avec des nouvelles technologies, ils peuvent faire des économies réelles. Si on leur démontre, ils vont acheter"

TOTAL

Le patron de Total, Patrick Pouyanné, est l'invité du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro : "Le mouvement des Gilets jaunes n’est pas vraiment dirigé contre les grandes entreprises, même s’il y a la question de la mondialisation [...] Nos classes moyennes ont peur pour leur futur"

"Il faut un débat sur le niveau de protection sociale. Il est peut-être trop élevé. On ne peut pas avoir un système extrêmement redistributif et en même temps demander moins d’impôts"

INTERPELLATIONS

Selon un nouveau bilan transmis à LCI par le parquet de Paris, 42 personnes ont été placées en garde à vue en marge de la manifestation à Paris samedi

TOULOUSE


Selon nos informations, ce matin à Toulouse, un homme qui disait vouloir “venger” les 11 morts depuis le début du mouvement des Gilets jaunes “en tuant 11 policiers” a été interpellé par les forces de l’ordre. Cet homme a tenu ces propos dans un véhicule d’auto-partage Blablacar. C’est le conducteur qui, après l’avoir déposé, a averti les forces de l’ordre en rapportant ses propos. L’individu a alors été identifié, localisé et interpellé. Le suspect est connu des services de police pour des faits de droit commun.

Info tf1/lci

INCENDIES


Un individu soupçonné d'avoir mis le feu à plusieurs véhicules aujourd'hui à Paris, dont le fourgon de la mission Sentinelle, incendié près de la Tour Eiffel, a été interpellé. 

Urgent

CHIFFRES NATIONAUX


Mobilisation en légère baisse selon l'Intérieur et les organisateurs.

Selon le ministère de l'Intérieur, 51.400 personnes ont manifesté ce samedi en France (contre 58.600 samedi dernier) dont 4.000 à Paris (contre 10.500 samedi dernier). 

Selon le "Nombre jaune", un décompte effectué par une page Facebook de gilets jaunes, il y avait 111.010 manifestants (contre 115.954 la semaine précédente).

PARIS


Sur les 36 personnes interpellées à Paris, 21 ont été placées en garde à vue, indique la préfecture de police.

PARIS


36 personnes ont été interpellées à Paris, selon le dernier bilan de la préfecture de police.

PARIS


Des policiers à cheval arrivent place de l'Étoile.

PARIS


31 personnes ont été interpellées à Paris dans la journée, indique la préfecture de police.

PARIS-TOULOUSE


Le point à 18h à Paris et Toulouse :

PARIS


Une partie des manifestants revient dans le secteur des Champs-Élysées.

PARIS


Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a vivement réagi à l'incendie d'une voiture de la mission Sentinelle à côté de la Tour Eiffel.

PARIS


21 personnes ont été interpellées à Paris, selon la préfecture de police.

LYON


4.000 gilets jaunes ont manifesté à Lyon, selon Lyon capitale. Des heurts ont eu lieu dans le centre ville, et des affrontements ont opposé des gilets jaunes d'extrême-gauche et des gilets jaunes d'extrême-droite.

BORDEAUX


Tensions également en plein centre-ville de Bordeaux, à quelques dizaines de mètres de la mairie. Les forces de l'ordre utilisent des gaz lacrymogènes et un canon à eau.

PARIS


L'image de la voiture de la mission Vigipirate en flammes devant la Tour Eiffel.

MARSEILLE


Selon la police, 1.500 manifestants ont défilé à Marseille.

PARIS


Le point à 17h :

- Plusieurs milliers de manifestants se trouvent aux abords de la Tour Eiffel. Ils étaient 4.000 dans la capitale à 14h, selon le ministère de l'Intérieur.

- Des affrontements ont lieu sur la zone. Une voiture de la mission Vigipirate est actuellement en feu.

- En début d'après-midi, un manifestant a eu la main arrachée, plusieurs témoins évoquant l'explosion d'une grenade.

Urgent

PARIS


Un véhicule de la mission Vigipirate est en feu près de la Tour Eiffel.

Suivez toutes les infos relatives au mouvement des Gilets jaunes dans le fil ci-dessus.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter