EN DIRECT - Gilets jaunes : Paris, Chambord... les manifestants mobilisés

Social
MOBILISATION - Le mouvement est-il toujours soutenu alors que se profile le 23 février, le 15e "acte" des Gilets jaunes ? Suivez notre direct.
Live

CHAMBORD


Quelque 750 "gilets jaunes" selon les gendarmes, se trouvaient rassemblés samedi midi sur la pelouse du château de Chambord (Loir-et-Cher), l'un des points de rassemblement désignés par le mouvement pour sa 15e grande mobilisation. Par mesure de sécurité, les accès au château ont été bloqués par des gendarmes et une centaine de "gilets blancs", le service d'ordre interne des "gilets jaunes", a constaté un journaliste de l'AFP.

PARIS

CLERMONT-FERRAND


La capitale du Puy-de-Dôme, qui a été évoquée comme un possible point de ralliement, l'ambiance est détendue, rapporte La Montagne.  Le quotidien indique qu'à midi, "13 interpellations ont eu lieu, dont 7 gardes à vue selon la préfecture du Puy-de-Dôme", suite aux contrôles mis en place par les forces de l'ordre aux entrées de Clermont-Ferrand.

TOULOUSE


Une centaines de personnes, dont des "gilets jaunes", bloquaient samedi matin la plateforme Amazon de Toulouse, qui a été fermée, empêchant toute livraison, a constaté un journaliste de l'AFP.

CHAMBORD


Un "pique-nique citoyen" est organisé dans les jardins du château

GRENOBLE


Le leader grenoblois des "gilets jaunes" Julien Terrier, et un autre membre actif du mouvement, ont été placés en garde à vue samedi matin, a appris l'AFP auprès du parquet de Grenoble. Les deux hommes sont "dans les locaux de la gendarmerie dans le cadre d'une enquête de flagrance", a précisé à l'AFP le procureur de la République.


L'enquête a été ouverte pour "participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences ou dégradations" et "organisation d'une manifestation sur la voie publique sans déclaration préalable".


Julien Terrier et Jérôme Bouzendorffer avaient appelé cette semaine à une opération péage gratuit à Voreppe, sur l'autoroute A48, à l'occasion de l'acte 15 du mouvement national des "gilets jaunes", alors que ce week-end de chassé-croisé s'annonce très chargé sur les routes.

PLAINTE


Ingrid Levavaseur annonce ce vendredi qu'elle porte plainte. Figure historique du mouvement, l'aide-soignante avait fait l'objet d'agressions physiques et verbales en marge du rassemblement  "Acte 14" des gilets jaunes à Paris le 17 février dernier. Choquée, elle avait dû être exfiltrée de la manifestation.  Dans un message posté sur Facebook, Ingrid Levavasseur avait alors dénoncé "l'intolérance" de ceux qui l'ont conspuée la veille, "le non-dialogue", "l'insulte délirante" et promet de ne pas "rentrer dans le rang". "Je ne céderai pas à la tentation de me taire", promet-elle, malgré "les tentatives d'intimidation qui ordonnent aux femmes de se soumettre au diktat des hommes". 

SITES PÉTROLIERS PERTURBÉS


Plusieurs sites pétroliers dont Donges (Loire-Atlantique), Mulhouse (Haut-Rhin) ou encore Longvic (Côte-d'Or) ont été bloqués ou leurs accès perturbés mardi matin par des actions de Gilets jaunes qui ont parfois été délogés sans heurts par les forces de l'ordre.

LEVAVASSEUR

Prise à partie et violemment insultée, Ingrid Levavasseur a annoncé lundi sur son compte Facebook qu'elle porterait plainte et qu'elle ne céderait pas "aux tentatives d'intimidation". Elle a appelé les "Gilets jaunes de France" à "prendre conscience de leur responsabilité collective"

APPEL


Sur LCI, Stanislas Guérini, délégué général LaREM, appelle à la fin des manifestations tous les samedis.

RÉACTION


Stanislas Guérini, délégué général LaREM, a regretté que les Gilets jaunes soient "pris en otage par les extrémistes".

RASSEMBLEMENT À PARIS


Des Gilets jaunes se rassemblent place de la République à Paris, où une dizaine de manifestants a tenté de bloquer la circulation. Ils ont été rapidement évacués par les forces de l'ordre. Aucun incident majeur n'est toutefois à signaler.  

Urgent

MOBILISATION 


La préfecture de police de Paris annonce que 1500 personnes manifestent ce dimanche dans la capitale. 

LEVAVASSEUR

VIDEO - Entourée de manifestants, Ingrid Levavasseur a été la cible d'injures dimanche à Paris, contrainte de quitter le rassemblement. Voici la séquence.

LEVAVASSEUR

Grosse tension au milieu de la manifestation, où Ingrid Levavasseur était entourée et prise à partie par des Gilets jaunes très hostiles, lui reprochant de ne plus représenter le mouvement

MANIFESTATION

Quelques centaines de personnes ont descendu les Champs-Elysées ce dimanche avant de se rendre dans le calme sur le Champ de Mars, dans le 7e arrondissement, comme le prévoyait le tracé de cette manifestation déclarée, encadrée par un important dispositif policier

LEVAVASSEUR

VIDEO - Le mea culpa d'Ingrid Levavasseur, figure des Gilets jaunes, sur les élections européennes. Après l'abandon de sa liste "RIC", elle veut "retourner sur le terrain"

GRAND JURY

VIDEO - Benjamin Griveaux : "Il y a un antisémitisme qui frappe la France"

MOBILISATION

Pour la première fois depuis le début du mouvement, les Gilets jaunes ont appelé à manifester ce dimanche. A 13 heures, à Paris, quelques centaines d'entre eux ont commencé à descendre les Champs-Elysées, dans le calme.

GRAND DEBAT

Benjamin Griveaux : "Le Grand débat, ce n'est pas pour défaire tout ce qui a été fait"

"En revanche, quand les Français disent qu'il y a trop de pression fiscale, trop de paperasse, sur ces sujets, il y aura des propositions concrètes du gouvernement"

GRIVEAUX

Benjamin Griveaux à propos du caillassage d'une voiture de police à Lyon samedi : "Il faut rendre au calme et au professionnalisme de nos forces de l’ordre".

Le porte-parole du gouvernement espère que les images tournées de la scène permettront d'identifier les auteurs

GRIVEAUX

"La meilleure façon [de répondre] est qu’on puisse se rassembler le 19 février contre l’antisémitisme. Tous ceux qui, sincèrement et de manière non ambiguë, condamnent fermement le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie, ont leur place. Il n’y a pas besoin de carton d’invitation." 

"Le RN n’a pas toujours été clair dans son passé. Il l’a dénoncé hier, il faut s’en réjouir"

GRIVEAUX

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux est l'invité du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro. A propos de l'agression d'Alain Finkielkraut : "Ce sont des actes odieux. Les actes antisémites frappent la France. Force est de constater qu'à l'intérieur des cortèges des Gilets jaunes, des éléments minoritaires, d'extrême droite ou d'extrême gauche, font preuve d'un antisémitisme crasse"

"Quand on regarde la vidéo où Alain Finkielkraut est agressé, j'aurais aimé que certains manifestants interviennent. Je trouve la foule bien silencieuse"

PRESSE

A Paris, un journaliste reporter d'image (JRI) de BFMTV a été matraqué par un policier samedi, selon un collègue témoin de la scène.

BILAN


Une mobilisation en légère baisse : c'est l'un des enseignements de la journée.

REACTION


Pris à partie en marge d'une manifestation ce samedi à Paris, Alain Finkielkraut à réagi auprès de nos confrères du JDD. "J'ai ressenti une haine absolue, et malheureusement, ce n'est pas la première fois", a déclaré le philosophe. "J'aurais eu peur s'il n'y avait pas eu les forces de l'ordre, heureusement qu'ils étaient là", a-t-il raconté au journal, soulignant que tous les gilets jaunes ne s'étaient pas montrés agressifs envers lui, l'un d'eux lui ayant même proposé de revêtir un gilet et de rejoindre le cortège, tandis qu'un autre saluait son travail.

ROUEN


Nos images exclusives de l'accident qui s'est déroulé ce samedi entre une voiture et des manifestants.

FINKIELKRAUT


De nombreuses figures de l'opposition ont dénoncé les insultes et apporté leur soutien à l'académicien.


Laurent Wauquiez a dénoncé "d'abjects crétins... Révoltante confirmation de ce qu'Alain Finkielkraut a pointé lui-même : l'antisémitisme se drape dans les habits de l'antiracisme et se nourrit de la chasse aux prétendus islamophobes. Quand ouvrirons-nous les yeux ?"

"Soutien total à Alain Finkielkraut odieusement insulté par des sauvages", a affirmé Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, tandis que le député LR Éric Ciotti dénonçait des propos "ignobles et insupportables".

Sébastien Chenu, député Rassemblement National, a dénoncé des "insultes haineuses et honteuses".

Ian Brossat, tête de liste PCF aux Européennes, a estimé qu'"on peut détester les idées de Finkielkraut", mais que "rien ne peut justifier qu'on s'attaque à lui en tant que juif". 

L'ex-premier ministre Manuel Valls a jugé ces insultes "à vomir".

REACTION


La réaction du chef de l'Etat aux insultes qui ont visé Alain Finkielkraut.

Suivez toutes les infos relatives au mouvement des Gilets jaunes dans le fil ci-dessus.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter