EN DIRECT - Gilets jaunes : 60.000 policiers et gendarmes mobilisés samedi dans l’hexagone

Social
MOBILISATION - Samedi, des groupes Facebook de Gilets jaunes appellent une nouvelle fois à se mobiliser. Ce jeudi soir, le préfet de police de Paris a pris un arrêté en vue du "23e acte". Suivez les dernières informations dans notre direct.
Live

CASTANER


"D'après les informations dont nous disposons, les casseurs seront à nouveau au rendez-vous demain", a déclaré Christophe Castaner, avant d'évoquer le cas précis  de certaines villes de France : "à Toulouse, à Montpellier, à Bordeaux par exemple et tout particulièrement à Paris".


"L'objectif affiché est clair", a-t-il poursuivi : "reproduire le 16 mars, c'était l'ultimatum 1, ils ont depuis appelé à l'ultimatum 2 appelé 'l"acte ultime'."

TRAFIC INTERROMPU


Le trafic sera partiellement interrompu samedi 20 avril dès 8 heures sur le métro parisien et le RER sur les lignes suivantes a annoncé la RATP


Ligne 1 : entre La Défense et Châtelet

Ligne 6 : entre Charles de Gaulle-Etoile et Trocadéro

Ligne 8 : entre La Motte-Picquet Grenelle et Richelieu-Drouot

Ligne 9 : entre Trocadéro et Saint-Augustin

Ligne 12 : entre Sèvres-Babylone et Saint-Lazare

Ligne 13 :  entre Duroc et Saint-Lazare


Les stations/gares ci-dessous sont fermées, les trains y passent sans marquer l'arrêt (correspondances non assurées) :

Ligne 2 : Victor Hugo, Charles de Gaulle-Etoile, Ternes

Ligne 7 :  Palais Royal-Musée du Louvre

Ligne 14 : Madeleine


Ainsi que Charles de Gaulle-Etoile sur le RER A et Invalides sur le RER C. 

DISPOSITIF DE SÉCURITÉ


En vue de l'acte 23, 60 000 policiers et gendarmes vont être mobilisés samedi dans l’hexagone, nous indique le ministère de l'Intérieur. Ils seront plus de 5000 sur Paris où Beauvau s'attend à plus de monde dans les rues que lors des dernières semaines. 

NANTES


Les manifestations de Gilets jaunes non déclarées ont été interdites dans le centre-ville de Nantes samedi, car des "individus radicaux" sont "susceptibles de mener des actions violentes", a déclaré vendredi la préfecture de la Loire-Atlantique.


L'interdiction concerne "la tenue, dans le centre-ville, d'une manifestation non-déclarée de Gilets jaunes" samedi, selon l'arrêté préfectoral consulté par l'AFP.

TOULOUSE


La manifestation de Gilets jaunes non déclarée du samedi 20 avril 2019 où la place du Capitole sera interdite, indique la préfecture de la région Occitanie dans un communiqué. 

CASTANER 


"Pour beaucoup, les casseurs n'ont pas été touchés par ce qu'il s'est passé à Notre-Dame au contraire", a encore déclaré le ministre de l'Intérieur ce vendredi. 


"J'ai entendu comme vous les polémiques indignes sur la générosité entretenues hélas par certains, j'ai entendu aussi les théories complotistes les plus absurdes", a-t-il ajouté, précisant qu'elles sont "issues d'ailleurs de trois catégories distinctes : la mouvance islamo radicale ou pro-jihadiste, la fachosphère, et les complotistes, paradoxalement tous trois unis."

CASTANER


"D'après les informations dont nous disposons, les casseurs seront à nouveau au rendez-vous demain", a déclaré Christophe Castaner, avant d'évoquer le cas précis  de certaines villes de France : "à Toulouse, à Montpellier, à Bordeaux par exemple et tout particulièrement à Paris".


"L'objectif affiché est clair", a-t-il poursuivi : "reproduire le 16 mars, c'était l'ultimatum 1, ils ont depuis appelé à l'ultimatum 2 appelé 'l"acte ultime'."

CASTANER


"Cette émotion (qui nous a gagné cette semaine) ne doit pas nous détourner des menaces qui continuent à planer", a déclaré ce vendredi Christophe Castaner lors d'une conférence de presse à la veille de "l'acte 23" de la mobilisation des Gilets jaunes.


"Demain se tiendront de nouvelles manifestations dans le cadre du mouvement dit des Gilets jaunes", a-t-il poursuivi, avant d'ajouter : "nous souhaiterions comme chaque samedi et peut-être encore plus cette semaine que ces manifestations soient déclarées et pacifiques."

ACTE 23


Ce jeudi, soit 48 heures avant "l'acte 23" de la mobilisation des Gilets jaunes, le préfet de police de Paris a pris un arrêté "interdisant tout rassemblement se revendiquant des Gilets jaunes, ainsi que le port et le transport d'armes dans certains secteurs de la capitale". L'arrêté porte donc sur l'avenue des Champs-Elysées, dans sa partie comprise entre la place Charles-de-Gaulle (incluse) et le rond-point des Champs-Elysées, ainsi que sur les voies perpendiculaires sur une distance de 100m à partir de cette portion. Un périmètre comprenant la présidence de la République et l'Assemblée nationale est aussi concerné.

Les cortèges, défilés et rassemblements des Gilets jaunes, sont également interdits dans le périmètre de Notre-Dame-de-Paris. 


Par ailleurs, à compter de 6 heure du matin, la circulation des véhicules à moteur est interdite dans le périmètre comprenant l'avenue de Marigny, la place Beauvau et la rue du Faubourg Saint-Honoré. 

NOUVEAU BILAN À TOULOUSE 


Le bilan actualisé des manifestations à Toulouse samedi est de :

- 21 blessés en urgence relative dont un blessé parmi les forces de l’ordre,

- 45 interpellations en centre ville dont 15 pour dissimulation volontaire du

visage, ces interpellations ont donné lieu à 43 placements en garde à vue.


La préfecture de la Haute-Garonne qui vient de donner ces nouveaux chiffres rappelle que deux manifestations ont eu lieu dans la ville rose, une déclarée, l'autre non déclarée. Elle précise qu'un arrêté préfectoral interdisait toute manifestation ou rassemblement de gilets jaunes sur la place du Capitole.

35 INTERPELLATIONS


Selon un bilan définitif, communiqué par la préfecture de police de Paris, 35 personnes ont été interpellées ce samedi dans la capitale.

MAINTIEN DE L'ORDRE


Alors que les Gilets jaunes se sont mobilisés pour le 22e week-end de suite, les dispositions de la loi anti-casseurs ont été appliquées pour la première fois ce samedi 13 avril 2019. Reportage.

TOULOUSE


Selon un bilan encore provisoire communiqué par la préfecture de Haute-Garonne, 37 personnes ont été interpellées ce samedi à Toulouse. "On dénombre 14 blessés en urgence relative dont un blessé parmi les forces de l’ordre, onze blessés parmi les manifestants et deux blessés qui sont des personnes tierces (passants)", indiquent les autorités.

Urgent

CHIFFRES 


Le ministère de l'Intérieur a décompté 31.000 manifestants ce samedi dans toute la France, dont 5000 à Paris. La semaine dernière, 22.300 personnes avaient défilé, dont 3500 dans la capitale.


Les Gilets jaunes, qui contestent les chiffres officiels, estiment, eux, le nombre de participants à 80.504, selon la page Facebook de comptage, et évoquent "un petit regain de mobilisation" avant la date "exceptionnelle" du 20 avril.

PARIS 


À Paris, quelques centaines de manifestants sont toujours rassemblés sur la place de la République, entourés des forces de l'ordre. De légers heurts ont eu lieu. Selon la préfecture de police, 27 interpellations et 9473 contrôles préventifs avaient été menés à 18H30 dans la capitale. 

TOULOUSE 


Alors que des tensions émaillent la fin de la manifestation toulousaine, la préfecture de Haute-Garonne indique que 23 personnes ont été interpellées en centre-ville, notamment pour jets de projectiles, dégradations ou port d’arme.

Parmi ceux-ci, plusieurs l’ont été pour dissimulation volontaire de visage, comme le permet la loi anti-casseurs. Les autorités dénombrent par ailleurs deux blessés en urgence relative.

RÉCIT


Alors que les Gilets jaunes appelaient à faire de Toulouse la "capitale" de la contestation, des violences ont éclaté à la mi-journée. À peine lancée, la manifestation, non déclarée, a rapidement tourné au face-à-face avec les forces de l’ordre.

VIDÉO - Toulouse en proie aux violences pour le "22e acte" des Gilets jaunes

VIDÉO - Toulouse en proie aux violences pour le "22e acte" des Gilets jaunes

DOUCHE FROIDE À TOULOUSE


Alors que les forces de l'ordre tentent de disperser le cortège à Toulouse avec le canon à eau, des manifestants rétorquent... 

INSOLITE


Alors que la tension est retombée à Toulouse, un manifestant s'est déguisé en personnage de la série Power Rangers, vêtu évidemment d'un gilet jaune. 

MOBILISATION


Le ministère de l'Intérieur a décompté 7500 manifestants en France à 14h. Ils étaient 6300 à la même heure samedi dernier, selon la même source. Une hausse qui n'est pas constatée à Paris. La place Beauvau en a décompté 1300 à Paris. C'est trois fois moins que pour le 21e "acte".

TOULOUSE 


Selon la préfecture de police à LCI, des individus habillés en noir, masqués ou cagoulés, ont bien été observés dans le cortège de la manifestation toulousaine. 


Les forces de l'ordre ont riposté aux attaques de ces individus qui ont pris à partie les forces de l'ordre avec de multiples jets de projectiles et feux d'artifices, toujours selon la même source.

VÉHICULE INCENDIÉ À TOULOUSE


Un autre véhicule a été incendié à Toulouse selon un journaliste de France  3. Sur les images, un utilitaire est en flamme dans la petite rue de Bellegarde. 


Les pompiers sont intervenus quelques minutes plus tard sans encombre.

POLICIERS PRIS À PARTIE


Plusieurs tensions ont éclaté également à Paris après que des manifestants se sont retrouvés face aux forces de l'ordre, comme a pu le constater notre équipe dans le 12ème arrondissement parisien.


Un petit groupe a également pris à partie des véhicules de police, d'après les images d'un journaliste sur place. Visées par des projectiles, les forces de l'ordre ont été obligées de s’éloigner.

PLACE DU CAPITOLE


Un groupe de manifestants, qui ne portent pas de gilet jaune, est arrivé à pénétrer sur la place du Capitole, interdite aux manifestations. Ils criaient "on a gagné", selon l'un de nos confrères de France Bleu Occitanie. 

TENSIONS À TOULOUSE


La tension ne redescend pas à Toulouse où les forces de l'ordre continuent de disperser les manifestants. Certains manifestants ont choisi le face-à-face, tirant quelques projectiles, tandis que d'autres se dispersent dans les rues adjacentes et cherchent refuge dans les cours d'immeubles, selon plusieurs journaliste sur place. 


Si la manifestation n'a pas été déclarée, elle n'est interdite que sur la place du Capitole, et non sur le parcours où les heurts éclatent depuis 13h. 

TOULOUSE


Après un usage massif des gaz lacrymogènes, les Gilets jaunes ont quitté les allées Jean Jaurès, selon plusieurs journalistes sur place. Ils sont désormais dans les rues adjacentes et redescendent le boulevard de Strasbourg.


Plusieurs interpellations ont également eu lieu.

TENSIONS À TOULOUSE


Des manifestants ont mis le feu à un camion et un engin de chantier incendié sur les allées Jean Jaurès à Toulouse. Des barricades ont également été levées.

TENSIONS À TOULOUSE


Des manifestants vêtus de noirs et cagoulés sont entrés dans un chantier. Ils utilisent les barrières pour lever des barricades. 

FACE-À-FACE À TOULOUSE


La situation se tend à Toulouse, avec la foule cantonnée sur les avenues Jean Jaurès et des forces de l'ordre qui tentent de disperser la foule à coup de gaz lacrymogènes. 


Selon notre envoyée sur place,  c’est la tête du cortège, composée de personnes cagoulées et vêtues de noir, qui s’est arrêtée en voyant une vingtaine de membres des forces de l’ordre stationnée à un croisement de rue.


La manifestation toulousaine n'a pas été déclarée, et un périmètre est interdit, comme depuis fin mars, à la place emblématique du Capitole. Plus de 800 policiers et gendarmes sont prévus sur place, selon le journal local La Dépêche du Midi.

PREMIÈRE CHARGE À TOULOUSE


Les forces de l'ordre ont encerclé le cortège des Gilets jaunes sur les allées Jean Jaurès, avant de lancer les premiers gaz lacrymogènes selon plusieurs journalistes sur place. La manifestation a débuté il y a moins d'une heure.

PARIS


Une altercation entre des Gilets Jaunes et des riverains, rapidement séparés par des "street medic".

NICOLLE ET LUDOSKY À TOULOUSE


Le cortège toulousain s'élance sur les allées Jean Jaurès en présence de Priscillia Ludosky et Maxime Nicolle, comme on peut l'observer dans un direct enregistré par la Gilet jaune sur Facebook.

TOULOUSE


Sur la place Jean Jaurès, située derrière le Capitole, interdit aux manifestations, des Gilets jaunes s’apprêtent à partir.  Ils sont nombreux à avoir répondu à "l’appel national" lancé dans la ville, proclamée "capitale" du mouvement pour ce 22ème "acte", selon notre envoyée sur place. 

"NE PAS BASCULER DANS LA PSYCHOSE"



S’il se dit "inquiet", le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc,  demande cependant à ce que la population ne "bascule pas dans la psychose". 


Car compte tenu de "l’ordre de mobilisation exceptionnelle", un renforcement des forces de l’ordre est prévu dans la ville. Interrogé par LCI, l'élu LR a ainsi salué des forces de l’ordre qu’il juge "particulièrement efficaces depuis sept samedi". Il regrette toutefois que le périmètre d’interdiction des manifestations, prévu autour de la place du Capitole par la préfecture, ne soit pas plus large. 

Suivez toutes les infos relatives au mouvement des Gilets jaunes dans le fil ci-dessus.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter