EN DIRECT - Gilets jaunes : journée cruciale pour Emmanuel Macron, entre partenaires sociaux et allocution télévisée

Social
GILET JAUNE - Dans une capitale barricadée et dotée d'un dispositif de sécurité et répressif exceptionnel (près de 2000 arrestations), samedi 8 décembre, les nouvelles manifestations des Gilets jaunes n'ont pas donné lieu aux même scènes de chaos que la semaine précédente. Lundi 10 décembre, Emmanuel Macron rencontre les partenaires sociaux, avant une allocution à 20h.
Live

INSOLITE 


Pendant ce temps, sur un barrage de Gilets jaunes à Chalain-le-Comtal ... "Le commandant et une patrouille de l'escadron départemental de la sécurité routière ont eu l'étrange surprise de voir un radar automatique prendre la fuite à leur approche..."

JUSTICE 


Vous pouvez suivre les comparutions de certains Gilets jaunes arrêtés sur le compte Twitter de notre journaliste, Thibault Malandrin. 

SOCIAL - BAISSE DES APL 


Avant l'allocution d'Emmanuel Macron, le monde HLM demande au président l'annulation de la baisse des APL. "La baisse des APL, dans un pays qui connaît une précarisation croissante, était une erreur", juge dans un communiqué Jean-Louis Dumont, président de l'Union sociale de l'habitat (USH), confédération des bailleurs sociaux.


A l'été 2017, les premiers temps du quinquennat avaient été marqués par la décision d'abaisser de cinq euros par mois les APL. Cette décision, qui a suscité l'hostilité de l'opposition de gauche, est aujourd'hui critiquée au sein même de la majorité : le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, a reconnu lundi que ce n'était pas une "bonne idée".

RETRAITES 


Particulièrement touchés par la hausse de la CSG, nous sommes allés à la rencontre de retraités afin de savoir ce qu'ils attendent, eux aussi, des annonces du chef de l'Etat. 

ATTENTE 


Qu'attendent les Français de l'allocution d'Emmanuel Macron, ce soir ? Nous en avons interrogé... Voici leurs réponses. 

BLOCAGE DES LYCÉES ET UNIVERSITÉS 


L'actualité des blocages des divers lycées et universités en France, est à retrouver ici. 

EN DIRECT - Lycées : 40 établissement bloqués ce matin

EN DIRECT - Lycées : 40 établissement bloqués ce matin
Live

BLOCAGE DE NANTERRE 


Dans un communiqué, l'université indique que les bâtiments ont été débloqués mais certains partiels n'ont pu avoir lieu. Le Conseil d'administration est en cours. 

A LA POMPE 


L'une des revendications des Gilets jaunes était la baisse de la taxe sur les carburants. Emmanuel Macron a annoncé son annulation mais qu'en est-il des prix ? 

Prix des carburants : après un net repli, le diesel et l'essence stagnent

Prix des carburants : après un net repli, le diesel et l'essence stagnent
Live

JUSTICE


Dix  audiences de comparution immédiate, contre trois habituellement, siègent ce lundi pour juger les personnes 278 personnes qui ont été déférées au parquet de Paris à l'issue de leur garde à vue. Suivez l'une d'entre elles, sur Twitter, avec notre journaliste présent sur place

BLOCAGE DE LA FACULTÉ DE NANTERRE 


Les étudiants, réunis en AG ont reconduit le blocage de l'Université, à une très large majorité. 

CE QU'IL FAUT SAVOIR SUR CETTE JOURNÉE 


- Emmanuel Macron a réuni les partenaires sociaux, à l'Elysée, avant sa prise de parole à 20h, ce soir. Selon plusieurs d'entre eux, "aucune mesure n'a été annoncée (...) il nous as simplement écouté". 


- Plusieurs universités et lycées demeurent bloqués, ce lundi. Les manifestants protestent contre la hausse des frais d'inscription pour les étudiants étrangers. L'université de Nanterre a voté le blocage de l'université. Dans la matinée, le ministère de l'Éducation a recensé 120 lycées concernés sur toute la France, dont 40 bloqués. La semaine dernière, jusqu'à 400 lycées ont été perturbés.


- Des blocages demeurent sur le territoire français. 


- Les groupes PS, France Insoumise et Parti communiste déposeront une motion de censure  à l'Assemblée Nationale, après les annonces d'Emmanuel Macron. 

BLOCAGE DANS L'ALLIER 


Des gilets jaunes bloquent un centre des finances publiques ainsi qu'une usine de L'Oréal, dans l'Allier, indique l'AFP. Des cadenas ont été posés sur les grilles d'entrée du bâtiment. Suite au blocage, la direction de l'administration a décidé de ne pas ouvrir ses portes pour la journée.


Une vingtaine de "gilets jaunes" étaient toujours sur place en début d'après-midi. D'autres manifestants étaient aussi installés à l'entrée de l'usine Cosmétique Active Production, appartenant au groupe L'Oréal, située à Creuzier-le-Vieux. Cette usine est chargée de la fabrication de produits pour les marques Vichy, La Roche-Posay, Roger&Gallet et CeraVe.

ASSEMBLÉE NATIONALE - MOTION DE CENSURE 


Les députés socialistes vont "attendre" l'allocution publique d'Emmanuel Macron sur les "gilets jaunes", lundi soir, avant de déposer une motion de censure commune avec les Insoumis et les communistes contre le gouvernement, indique l'AFP.


"Le groupe socialiste attend de connaître les annonces du président de la République avant de déposer la motion", ont affirmé à l'AFP des sources au sein du groupe PS, en précisant que le texte pourrait être déposé mardi et non lundi comme initialement annoncé.

SUR LE TERRAIN 


Laurent Nunez, secrétaire d'état auprès de Christophe Castaner, rend hommage aux forces de l'ordre.

REACTION


En sortant de l'Elysée, le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a assuré : "Des positions contradictoires mais pas forcément antagonistes se sont exprimées".

ELYSEE


Jean-Luc Rigaut, président de l'Assemblée des communautés de France : "Nous avons proposé que dès janvier tous les maires soient dans leurs bureaux pour ces assises. (...) Discours de la méthode, quand il y a une crise il faut agir avec méthode, c'est ce que nous avons proposé au président."

ELYSEE


La réunion à l'Elysée en présence des partenaires sociaux s'achève.


Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT : "Nous avons eu cette réunion qui a été un long tour de table. En ce qui nous concerne, j'ai dit que nous vivions une crise sociale très importante (...) qu'il fallait une capacité à avoir de l'empathie, à comprendre ce qui se passe. Ce que  vivent nos concitoyens. Qu'il fallait des réponses de court terme, en matière de pouvoir d'achat, sur l'électricité (...) mais aussi les salaires. Mais aussi l'écologie, qui ne doit pas être perdue de vue. Enfin, il doit y avoir un débat fiscal (...)"

"Nous n'avons eu aucun élément de réponse sur la réponse qui sera apportée ce soir (...) nous écouterons cela avec beaucoup d'attention mais aussi un peu d'inquiétude, je ne vous le cache pas, au vue de la situation."

TURQUIE


Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé lundi les défenseurs des droits de l'homme de fermer les yeux sur les manifestations des "gilets jaunes" en France, soulignant qu'ils étaient en revanche prompts à critiquer Ankara.


Cette nouvelle sortie de M. Erdogan survient au lendemain de critiques que lui a adressées la ministre française de la Santé, Agnès Buzyn, qui l'a accusé d'"ingérence" pour avoir déploré samedi la "violence disproportionnée" des forces de l'ordre françaises face aux manifestations de "gilets jaunes"   

JULIEN COUPAT


Interpellé samedi à Paris où avaient lieu des manifestations de "gilets jaunes", Julien Coupat, longtemps présenté comme le leader du groupe d'ultragauche de Tarnac, va faire l'objet d'un rappel à la loi. Il avait été placé en garde à vue samedi pour "participation à un groupement formé en vue de commettre des violences ou des dégradations", après avoir été arrêté en fin de matinée dans un quartier du nord de la capitale.

SÉCURITÉ ROUTIÈRE


Les radars dans le viseur des Gilets jaunes ? Selon Europe 1, "au mois 250 radars automatiques ont été détruits, incendiés ou dégradés sur les routes de France" depuis le 17 novembre.". Selon la radio, "la moitié des radars automatique du pays a été mise hors de service. Dans certains départements ruraux, cela touche même la quasi-totalité des appareils. Du jamais vu." La facture ? Elle "se chiffre déjà en millions d'euros, sans compter le manque à gagner, avec le nombre de flashs en chute libre.

REACTION


Les "gilets jaunes" ont "peu d'espoir" de voir Emmanuel Macron annoncer des "mesures fortes et concrètes" lors de son allocution publique prévue lundi soir, et se préparent déjà à un "acte V", a expliqué lundi une des figures du mouvement protestataire. "Il va falloir des mesures fortes et concrètes tout de suite, mais on a peu d'espoir", a déclaré à l'AFP Laetitia Dewalle, figure de la contestation dans le Val-d'Oise.


"Ce qui est incontournable pour nous satisfaire, c'est le RIC, le référendum d'initiative citoyenne, remettre en place l'ISF, augmenter le Smic et les bas salaires par une baisse de cotisations sociales", a-t-elle détaillé. "Et s'il pouvait parler de la réduction des salaires des députés et des ministres, là on commencerait vraiment à pouvoir parler."

ECONOMIE


Les centres commerciaux ont connu samedi dernier leur "pire journée" depuis le début du mouvement des "Gilets jaunes", avec un recul de 17% de leur fréquentation, annonce lundi le Conseil national des centres commerciaux (CNCC) dans un communiqué.


 Le recul a été de 14% pour les centres commerciaux de périphérie et de 18,9% en province, contre -3,9% en Ile-de-France.

BILAN


Le bilan définitif du week-end à Paris s’établit à 1 082 interpellés, dont 974 gardés à vue, parmi lesquels 33 étrangers. Parmi les 974 gardés à vue figurent 37 femmes et 90 mineurs.

RUSSIE


Le Kremlin a démenti lundi toute implication dans le mouvement des "gilets jaunes" et assuré que toute allégation sur un rôle joué par la Russie dans la contestation, notamment sur internet, serait "de la diffamation". "Nous n'avons pas interféré et n'allons pas interférer dans les affaires internes d'aucun pays, y compris la France", a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, qualifiant les événements d'"affaire exclusivement interne à la France".

BILAN


Voici quelques précisions concernant les dégâts dans Paris à l'issue de la journée de samedi. Selon nos informations, s’agissant des véhicules, la préfecture a recensé 66 dégradations et 36 incendies. En outre, il y a eu 39 pillages de commerces.

POLEMIQUE


Invité ce lundi matin sur LCI, l'un des porte-paroles des Gilets jaunes Christophe Chalençon s'est expliqué concernant certains messages qu'il a publié sur Facebook.

JUSTICE

Info tf1/lci

REPRESSION

Le militant de l'ultra-gauche Julien Coupat, un temps soupçonné d'être à l'origine du sabotage d'un caténaire avant d'être relaxé, 10 ans plus tard, a été présenté au parquet, a appris LCI. Il avait été arrêté samedi 8, dans le XIXe arrondissement de Paris, dans sa voiture, la police y découvrant de la peinture en bombe, un gilet jaune et un masque à gaz. Assez pour que le parquet ouvre une enquête de flagrance pour "participation à un groupement formé en vue de la commission de dégradation ou de violence". Il devrait normalement écoper d'un rappel à la loi.

ELYSEE


La réunion entre Emmanuel Macron et les représentants des corps intermédiaires a débuté lundi matin à l'Élysée avant l'allocution du président à 20H00. Le chef de l'État s'est réuni, autour d'une grande table, avec 37 personnes, dont le Premier ministre Édouard Philippe et 12 membres du gouvernement, les patrons des principaux syndicats et du patronat, ainsi que les présidents de l'Assemblée nationale, du Sénat et des associations de collectivités locales.

MIGRATIONS


Objet de tous les fantasme depuis plusieurs jours, le Pacte mondial sur les migrations des Nations unies est désormais une réalité : il a été formellement approuvé lundi à Marrakech, après la proclamation orale et le traditionnel coup de marteau, devant quelques 150 pays réunis en conférence intergouvernementale.

Pour rappel, voici notre article consacré à ce Pacte et la réalité de son contenu.

REACTION


Le député LR Éric Ciotti a demandé lundi à Emmanuel Macron, qui doit s'exprimer en soirée sur la crise des "gilets jaunes", de "changer radicalement d'attitude", sur le fond comme sur la forme.


"Qu'il arrête avec le baratin, les entourloupes", a critiqué le député des Alpes-Maritimes sur France 2. "Ca fait un mois qu'il a l'attitude de Marie-Antoinette : le peuple réclame du pain, il leur dit: bon, on va leur donner de la brioche. Les mesures sur l'achat des véhicules électriques, tout ça était ridicule".

INSOLITE


Un mariage un peu particulier s'est déroulé ce weekend... 

ECONOMIE


Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, s'est déclaré favorable lundi à une "accélération" de la baisse des impôts en France, mais s'est opposé à la suppression de la hausse de la CSG pour les retraités. 

INTERVIEW


Laurent Berger : "Si j'avais reçu depuis le début de cette crise un coup de fil d'Emmanuel Macron, je vous le dirais. Ce n'a pas été le cas. (...) Cela illustre bien que tout seul on va plus vite, à plusieurs on va plus loin. 

Il y a une verticalité du pouvoir. (...) Il faut corriger cela, car s'(il veut faire sans cela, sans les élus, sans les partenaires, (...) il va dans le mur."

(...) Aucun d'entre nous n'a intérêt à mettre de l'eau sur le feu aujourd'hui."

HEURES SUPPS

Interrogé sur la possible défiscalisation des heures supplémentaires comme mesure susceptible d'apaiser la colère sociale, Laurent Berger a craint que cette mesure, prise par Nicolas Sarkozy, ne soit mauvaise pour l'emploi. Pour l'instant, le gouvernement n'envisage que l'exonération des cotisations salariales sur les heures supplémentaires. Une mesure moins ample, mais qui posait déjà ce problème, comme l'évoquait LCI au mois de septembre.

Budget 2019 : la "désocialisation" des heures supps, risque maximal pour le chômage et les finances publiques ?

Budget 2019 : la "désocialisation" des heures supps, risque maximal pour le chômage et les finances publiques ?
Live

INTERVIEW

INTERVIEW


Laurent Berger : "Il y a trois semaines, j'ai dit qu'il fallait renégocier un pacte social de la transition écologique. Il y a eu beaucoup d'inégalités depuis 18 mois, trop peu d'égalités."

"Il y a une forme de sécession dans le consentement des plus riches à l'impôt. Parmi nos propositions : révision de la fiscalité, pour une contribution plus forte des hauts revenus. Il peut y avoir une tranche supplémentaire pour les hauts revenus. Il faut une responsabilité de tous les acteurs : il faut parler de la répartition des salaires."

INTERVIEW


Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, est l'invité de LCI. "Je ne sais pas ce qui va sortir de notre réunion à l'Elysée, ce que je sais c'est que je vais demander qu'on redéfinisse notre pacte social. J'espère que ce sera une réunion utile.

Ce rendez vous a été précédé de rencontres la semaine dernière avec des ministres. Cela se prépare, j'espère surtout du coté de l'Elysée pour trouver une sortie de crise. Il va falloir redonner du sens au pacte social de notre pays."

INTERVIEW


Agnès Pannier-Runacher : "Ce que va faire le président, c'est de remettre tous les Français dans le même bateau.

(...) Je pense que le président de la République veut envoyer des signaux très forts. (...) Nous voulons lancer une concertation durant trois mois, pas juste auprès des Gilets jaunes mais auprès des Français, dans les communes."

INTERVIEW


Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat à l'Economie et aux finances est l'invitée de LCI : "Si tout le monde va acheter chez les petits artisans et les petits commerçants, vous pouvez en partie effacer les effets de cette crise", a assuré la secrétaire d'Etat concernant la baisse de 0,1% de croissance au 4eme trimestre.

INVITÉ POLITIQUE

A quelques heures du début des négociations avec les partenaires sociaux, LCI reçoit le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger.

ECONOMIE

Il convient toutefois de relativiser l'annonce faite par Bruno Le Maire : comme LCI le rappelait au moment où le gouvernement reprenait le même raisonnement lors de la grève de la SNCF, les points de PIB perdus sont généralement récupérés dans les mois suivants.

Grève à la SNCF : quel impact sur la croissance ?

Grève à la SNCF : quel impact sur la croissance ?
Live
Urgent

ECONOMIE

Les différentes manifestations des Gilets jaunes depuis quelques semaines en France perturbent le pays. Ainsi, annonce Bruno Le Maire, de récents calculs démontrent que le mouvement et ses différentes expressions a fait perdre 0,1 point de croissance à la France en 2018.

POUVOIR D'ACHAT

En effet, la hausse du Smic est jugée "destructrice d'emplois" par Muriel Pénicaud. Une théorie - qui ne fait consensus dans les rangs des économistes - qui veut que, si la hausse des salaires est décrétée par voie légale, elle désincite l'embauche, du fait de la trop grosse part de masse salariale que cela générerait dans les entreprises.

NEGOCIATIONS

Place au dialogue. Après les avoir longtemps ignorés, les syndicats se présentent à l'Elysée, ce lundi matin, mais pas au complet. Et avec un ordre du jour d'ores et déjà restreint : ainsi, la ministre du Travail a, sans surprise, écarté la possibilité d'une hausse du Smic.

VIDÉO - Interpellations massives : la nouvelle stratégie anti-émeute

VIDÉO - Interpellations massives : la nouvelle stratégie anti-émeute

VIDÉO - Interpellations massives : la nouvelle stratégie anti-émeute
Live

JUSTICE


A ce stade, 278 personnes ont été déférées au parquet de Paris à l'issue de leur garde à vue et 494 procédures ont été classées sans suite, dont 288 après notification d'un rappel à la loi par un officier de police judiciaire, indique le parquet de Paris à LCI. 

COUPAT


Interpellé puis placé en garde à vue pour "participation à un groupement formé en vue de commettre des violences ou des dégradations" samedi matin, l'ancien militant d'extrême gauche Julien Coupat a été déféré dimanche au parquet de Paris, selon les informations d'Europe 1.

Les Gilets jaunes ne lâchent pas. Moins nombreux dans les rues, chaque jour de la semaine, leur mouvement reste soutenu par les Français malgré les violences à Paris et à travers la France samedi 1er décembre. Conscient de la colère des Français, l’exécutif a reculé et a proposé la suspension de trois taxes pendant six mois. Mais les réponses d'Edouard Philippe ont été contestées car de nombreux Gilets jaunes considèrent que ces mesures arrivent "trop tard" et ne sont pas "suffisantes". 


Alors quel avenir pour le mouvement ? Quelles suites aux négociations avec le pouvoir ? Après le déchaînement de violences samedi 8 décembre, les Champs-Elysées seront-ils encore pris d'assaut par les Gilets jaunes ? Ne manquez aucune information en suivant notre live.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes ne s'éteint pas

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter