EN DIRECT - Gilets jaunes : "le but pour moi n'est pas de récupérer le mouvement mais d'être récupéré", dit Mélenchon sur LCI

Social
STOP OU ENCORE ? - Au lendemain d'une journée de mobilisation en forte baisse, le mouvement des Gilets jaunes va-t-il se poursuivre ? Et sous quelle forme ? 66.000 manifestants ont été recensés samedi dans toute la France, contre 125.000 la semaine précédente. En régions, des blocages persistent ce dimanche sur certains ronds-points. Suivez les dernières informations en direct.
Live

CE QU'IL FAUT RETENIR


- MOBILISATION EN BAISSE. La mobilisation des Gilets jaunes semble s'effriter. 66 000 personnes ont défilé dans toute la France samedi, c'est deux fois moins que le week-end précédent  même si dans certaines villes, comme Bordeaux ou Toulouse, les rassemblements ont encore été très suivis.


- PARIS ÉPARGNÉ -  On dénombre également beaucoup moins d'interpellations et de dégâts dans la capitale : les forces de l'ordre ont procédé à 179 interpellations  et 144 personnes ont été placées en garde à vue à Paris.


- STOP OU ENCORE ?  Plusieurs membres du gouvernement appellent désormais à lever les barrages. "Il faut réinventer autre chose que les ronds-points pour se retrouver", estime ainsi Jean-Michel Blanquer.   L'organisation d'un sixième samedi de mobilisation fait débat au sein des Gilets jaunes.  

242 GARDES A VUE 


Les forces de l'ordre ont procédé samedi à 351 interpellations dans l'Hexagone à l'occasion de "l'acte V" des Gilets jaunes. Au total, 242 personnes ont été placées en garde à vue. 

EN IMAGES


Le chef de file LFI réfute demander la démission du Président mais alerte : le mouvement va continuer.

"DÉTERMINATION INTACTE"


" Le contexte a pesé sur la forme, pas sur le fond. La détermination reste intacte "selon Jean-Luc Mélenchon, invité du Grand Jury. 

DÉMISSION DU PRÉSIDENT ?


"Aucun d'entre nous ne demande la démission d'Emmanuel Macron", assure Jean-Luc Mélenchon sur le plateau du Grand Jury. 

"DANS MON PROGRAMME"


"Ce que demandent les Gilets jaunes se trouve dans mon programme", assure Jean-Luc Mélenchon au Grand Jury. 


"Il y a de la marge les gens, alors luttez" pour l’augmentation des salaires lance-t-il au micro.

"ATTEINDRE SES OBJECTIFS"


Pour Jean-Luc Mélenchon,  il aurait «été stupéfiant que ce mouvement s’identifie à un parti politique ou à une personnalité 


"Nous vivons un événement que peu de générations ont vu", a-t-il estimé au micro du Grand Jury. Et d’ajouter : "Ce qui est important pour moi c’est que ce mouvement puisse atteindre ses objectifs". 

"ETRE RECUPÉRÉ"


"Le but pour moi n'était pas de récupérer ce mouvement mais d'être récupéré", affirme Jean-Luc-Mélenchon invité du Grand Jury.  

UNE "REVOLUTION CITOYENNE"


Invité du Grand Jury, Jean-Luc Mélenchon indique que le mouvement des Gilets Jaunes est une "révolution citoyenne". 


"Depuis la première heure, il y a des Insoumis en Gilets Jaunes. (...) Dans ce mouvement, il y a des gens d'extrême-droite mais dans une révolution il y a de tout", a estimé Jean-Luc Mélenchon. 

UNE BAISSE DE MOBILISATION ? 


Pour Jean-Luc Mélenchon, il est normal que la mobilisation ait pris des formes différentes.

JEAN-LUC MÉLENCHON


Une baisse de mobilisation des Gilets Jaunes ? "Le contexte a pesé sur la forme, mais pas sur le fond. La détermination reste intacte", estime Jean-Luc Mélenchon dans le Grand Jury LCI.  "Par définition,  les révolutions n'appartiennent à personne"

JEAN-MICHEL BLANQUER


Une 'étape est dernière nous", estime sur Europe 1 le ministre de l'Education nationale au sujet des Gilets jaunes. "Il faut réinventer autre chose que les ronds-points pour se retrouver".

INCENDIES SUR L'A9


L'autoroute A9 a cristallisé l’attention avec plusieurs blocages et incendies de cabines. A Narbonne, Orange et Perpignan, des cabines de péage ont été incendiées, entraînant des perturbations de la circulation voire des fermetures de l'autoroute.

POLICE


Nouveau bilan de la Préfecture de police : 179 personnes ont été interpellées à Paris dont 144 gardes à vue.

On compte également 9 blessés en urgence relative.

FUTURS ÉLUS ?


Quel avenir pour Eric Douet, Priscilla Ludosky ou encore Benjamin Cauchy ? Certains les imaginent déjà en figures politiques du pays ...

RIC


Nous vous en avions déjà parlé, le RIC ou référendum d'initiative citoyenne - absent des annonces d'Emmanuel Macron - est devenu l'une des revendications majeures des Gilets jaunes. On vous explique de quoi il retourne :

Le RIC ou référendum d'initiative citoyenne : cette revendication qui fédère les Gilets jaunes

Le RIC ou référendum d'initiative citoyenne : cette revendication qui fédère les Gilets jaunes
Live

AVIGNON


Malgré l'essoufflement du mouvement, des actions sont encore menées en région ce dimanche. A Avignon, on prépare même des élections :

RÉVEIL


Au lendemain de cette cinquième semaine de mobilisation, Paris se réveille sans dégâts sur les Champs-Elysées. 

(DÉ)MOBILISATION


Signe d'une certaine érosion, le ministère de l’Intérieur a comptabilisé près de 66.000 manifestants à travers la France ce samedi 15 décembre. C’est près de quatre fois moins que lors du premier "acte", qui avait, selon la même source, rassemblé plus de 282.000 personnes.

INFOGRAPHIE - Gilets jaunes : la mobilisation s'essouffle depuis le 17 novembre

INFOGRAPHIE - Gilets jaunes : la mobilisation s'essouffle depuis le 17 novembre
Live

VIDÉO


Retour en images sur le cinquième "acte" qui a mobilisé moitié moins de personnes que la semaine dernière, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur. 


À Paris, les Champs-Elysées ont été particulièrement calmes, et évacués dès 17h30. Ailleurs en France, des lieux de frictions ont été recensés. Ainsi, à Nantes, plusieurs face à face ont éclaté entre manifestants et forces de l'ordre, et à Toulouse, des Gilets jaunes ont été encerclés par les CRS après avoir tenté d'investir le centre-ville.

RONDS-POINTS "LIBÉRÉS" 


Sur Twitter, Christophe Castaner a réagi au décès d'une huitième victime lors de ce cinquième "acte" en estimant que "les ronds-points doivent être libérés".


Le ministre de l’Intérieur a également salué le "fort engagement" des forces de l'ordre, qui a permis à la journée de "bien" se terminer.

POSITIVE ATTITUDE


Une troupe de danseur, bloquée cet après-midi par des Gilets jaunes sur l’autoroute A7, a décidé de profiter de cet arrêt forcé pour divertir les automobilistes avec une chorégraphie - très - élaborée.


La danse a évidemment été filmée et postée sur les réseaux sociaux.

VIDÉO - Bloquée par les Gilets jaunes, une troupe de danseurs ambiance l’autoroute A7

VIDÉO - Bloquée par les Gilets jaunes, une troupe de danseurs ambiance l’autoroute A7
Live

MISE AU POINT


Face à de nombreuses rumeurs disant que le gouvernement a fermé des routes et des gares afin de faire baisser la mobilisation des Gilets jaunes, le ministère de la Transition écologique et solidaire a démenti sur Twitter. 


"Non, l’Etat n’a fermé aucune autoroute, aucune gare, ni bloqué aucun train."

BORDEAUX


À Bordeaux, la mobilisation est quasi-similaire à la semaine dernière, avec près de 4.500 Gilets jaunes dans les rues. Une manifestation encore une fois ponctuée par des débordements, avec quelques heurts avec les forces de l'ordre et des poubelles incendiées, comme a pu le constater un journaliste sur place.

66.000 MANIFESTANTS


Selon le ministère de l'Intérieur, le mouvement des Gilets jaunes a rassemblé 66.000 manifestants dans toute la France. Le cinquième "acte" aura donc mobilisé deux fois moins de personnes que la semaine dernière. Le  8 décembre ils étaient 125.000 Gilets jaunes dans le pays selon la même source. 

"LE TEMPS DU DIALOGUE EST VENU"


Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, salue la baisse de la mobilisation des Gilets jaunes, qu'il juge "nécessaire". L'élu LREM a également insisté sur le fait que "le temps du dialogue" était venu.


"L'heure n'est pas au combat, mais au débat", a ainsi déclaré Richard Ferrand,  à Cnews, depuis le marché de Noël de Strasbourg.

TOULOUSE


À Toulouse, la situation n'est pas encore revenue au calme. Sur la place du Capitole, quelques Gilets jaunes sont dispersés par des jets de gaz lacrymogènes selon un journaliste France Bleu Occitanie sur place. Les autorités font état de dix  blessés légers : trois du côté des forces de l'ordre et sept du côté des manifestants.


Une journée ponctuée par des altercations entre manifestants et forces de l'ordre, qui ont procédé à 30 interpellations. Dans la journée, les autorités ont recensé 4.500 manifestants. Certains d'entre eux ont construit, et mis feu, à des barricades dans l'après-midi. Et le marché de Noël a fermé ses portes.

SAINT-ÉTIENNE


Alors que la situation est sous contrôle à Saint-Étienne, les autorités font état de cinq blessés légers, dont un policier et un passant.


Lors de cette manifestation, qui comptait entre 1.500 et 1.800 participants selon les chiffres de la préfecture, les forces de l'ordre ont procédé à 40 interpellations. 

GARDES À VUE


115 personnes ont été placées en  garde à vue à Paris,  selon la préfecture de police de Paris. Les forces de l'ordre ont procédé à 168 interpellations dans la capitale selon un bilan à 18h.


Les autorités ont également dénombré sept blessés légers.

SAINT ÉTIENNE


Les autorités dénombraient 104 gardes à vue peu avant 18H00 et comptabilisaient cinq blessés légers transportés par les secours lors de cette journée marquée par une mobilisation en net recul.

SAINT-ÉTIENNE


Fin de la manifestation à St Étienne. La police a dispersé les manifestants, et les quelques 200 casseurs présents, à coups de gaz lacrymogènes. Désormais, l'hélicoptère de gendarmerie vérifie que la dispersion est totale, selon un journaliste de France Bleu présent sur place.

CHAMPS-ÉLYSÉES


Signe que la situation est désormais apaisée sur les Champs Elysées : la station de métro Charles de Gaulle - Étoile, proche de l'Arc de Triomphe, est rouverte.

SAINT-ÉTIENNE


La situation est de plus en plus tendue à Saint-Étienne où la préfecture a dénombré 2.000 manifestants et près de 200 casseurs qui s'en prennent au mobilier urbain. Des chiffres stables par rapport à la semaine dernière dans cette ville, où le maire LR, Gaël Perdriau, appelait pourtant les Gilets jaunes "à ne pas manifester" en début de semaine. 


Les forces de l'ordre ont procédé à près de 40 interpellations dans la ville.

ÉVACUATION DES CHAMPS ELYSÉES


Selon la préfecture de police, la circulation est relancée sur les Champs-Elysées et sur les quais rive gauche. L'avenue a été évacuée par les forces de l'ordre à coups de jets d'eau et de nombreux gaz lacrymogènes, comme ont pu le constater des journalistes de LCI sur place. 

PHOTOS


L'AFP a tweeté une série d'images, capturées par ses photographes en ce cinquième samedi de mobilisation. Parmi elles, le cliché de trois Gilets Jaunes faisant une pyramide humaine sur les Champs-Elysées.

GARDES À VUE 


112 personnes ont été placées en  garde à vue à Paris,  selon la préfecture de police de Paris. Les forces de l'ordre ont procédé à 168 interpellations dans la capitale.


Les autorités ont également dénombré cinq blessés légers.

PARIS


Alors que la circulation est relancée sur les Champs-Elysées, les tensions se déplacent ce samedi soir vers le 1er arrondissement de Paris, sous la canopée du centre commercial Forum des Halles.

COUPS DE FUSIL


Le député Bruno Questel (LREM) a fait savoir qu'il était la cible de plusieurs tentatives d'intimidation. Dans un tweet, l'élu de l'Eure dit notamment que des coups de feu ont été tirés avec des fusils de chasse devant son domicile vendredi soir. 

AVIGNON


Une "marche blanche" a eu lieu en Avignon en hommage à un Gilet jaune de 23 ans décédé dans la nuit de mercredi à jeudi. 


Présente en tête de cortège, la mère de la sixième victime depuis le début du mouvement a dit avoir "honte" face à cette injustice. "Il en faut combien de morts encore pour qu'il comprenne?"


Si la préfecture du Vaucluse avait interdit toute manifestation à l'intérieur des remparts de la ville, elle avait acceptée cet hommage, déclaré, et hors du centre-ville.

136 INTERPELLATIONS


À 16h30, les forces de l'ordre ont interpellé 136 personnes à Paris, selon la préfecture de police à LCI, contre 650 à la même heure samedi dernier. Parmi elles, 96 sont en garde à vue.

TOULOUSE


Après avoir bloqué le périphérique, les Gilets jaunes se sont rendus dans le centre-ville de Toulouse. Entre 3.000 et 4.000 manifestants étaient présents selon des chiffres diffusés par France Bleu Occitanie. Mais vers 15h, le cortège a été stoppé par les forces de l'ordre, qui ont usé du jet d'eau afin de dissiper la foule. 


Les CRS ont été la cible de tirs de projectiles selon un journaliste sur place, et ont donc riposté à coup de nombreux tirs de gaz lacrymogènes. 

MOBILISATION EN BAISSE


Si plusieurs manifestations ont lieu à travers la France pour ce cinquième samedi de mobilisation, le nombre de Gilets jaunes dans les rues est cependant en forte chute. Selon les chiffres des préfectures, il y avait jusqu'à dix fois moins de participants à la mi-journée que la semaine dernière. 


- Lyon : une centaine de personnes était devant le palais de justice, contre 7 à 10.000 personnes samedi dernier.


- Bordeaux : 4.500 gilets jaunes ont défilé. Un chiffre quasi-similaire à la semaine dernière.


- Marseille : moitié moins de personnes présentes pour ce cinquième "acte" avec près d'un millier de personnes rassemblées contre 2.000 le 8 décembre.


- Toulouse : la mobilisation comptait quelque 4.500 "gilets jaunes", contre 5.500 au quatrième samedi. 


- Caen : 300 personnes ont répondu à l'appel des "gilets jaunes" contre un millier la semaine dernière.


- Montpellier : Entre 850 (police) et 1.500 (organisateurs) Gilets jaunes ont manifesté pour ce cinquième "acte". Une participation qui ne faiblit pas par rapport aux samedis précédents.

NANTES


Environ 1200 manifestants défilent dans les rues de Nantes selon les chiffres de la police. Une mobilisation assez tendue, ponctuée par des salves de grenades lacrymogènes venant des forces de l'ordre.

PARIS


A Paris, les manifestants doivent retirer leur gilet jaune pour sortir de la place de l'Opéra. A quelques mètres, les magasins accueille les badauds venus faire leurs courses de Noël.

MOBILISATION


La mobilisation est en recul ce samedi avec 33.500 manifestants dans toute la France, selon les derniers chiffres du ministère de l'Intérieur, contre 77.000 à la même heure le 8 décembre.

EN IMAGES


Tour d'horizon des mobilisations en France ce matin :

DÉSINFORMATION


La police nationale de Haute-Loire a tenu à démentir une fausse rumeur qui était relayé sur les réseaux sociaux ces derniers jours. Une publication Facebook annonçait la mort d'un manifestant au Puy-en-Velay, des suites d'une blessure à un œil lors de la manifestation du 1er décembre.

Tenir ou faiblir ? S'ils étaient moins nombreux dans les rues, les Gilets jaunes ont une nouvelle fois battu le pavé à l'occasion de ce cinquième samedi de mobilisation dans toute la France. Après cette mobilisation en forte baisse,  quel est désormais l'avenir de ce mouvement inédit  ? Quelles suites aux négociations avec le pouvoir ?  Certains porte-parole du mouvement semblent désormais intéressés par un parcours politiques. D'autres revendiquent la création d'une liste "apolitique" aux européennes. Certains enfin, refusent de quitter les ronds-points.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes ne s'éteint pas

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter